Orbe Stellaire

Le Forum de l'Orbe Stellaire, guilde du royaume des Clairvoyants. Petite guilde au grand coeur :)
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 13:34

( Han, ya pu personne qui lit ! Bon, beh tant pis, je poste quand même la fin ! Razz )





Chapitre 19 : Un simple changement.




Orbrim se figea devant l’horreur de la scène. La terre sous ses pieds vibrait, tremblait, gémissait. Des morceaux de roches et de glaces volaient autour de lui, dans un tourbillon sans fin. Des hurlement terrifiants provenant des entrailles de la planète résonnaient à ses oreilles. Azeroth se disloquait sous la puissance du titan déchu. Ce dernier riait à gorge déployée.
Il est cinglé… Ce fut la première pensée rationnelle qui réussit à atteindre l’orc. Avec difficulté, il s’arracha à cette scène et chercha du regard le dragon et son cavalier. Il les aperçut non loin de lui, en train de discuter. Avec prudence, le démoniste se rapprocha d’eux, évitant de peu la destruction. Tous son corps était tendu, prêt à esquiver les pans rocheux tournoyant tout autour de lui. Un grondement menaçant résonna à ses oreilles. Orbrim sauta à terre, évitant le morceau de glace tranchant qui passa au dessus de sa tête. Poussé par son élan, l’orc glissa sur la neige et tomba tête la première derrière le dragon et son cavalier qui ne se rendirent compte de rien. Au début lointaine , leurs voix devinrent de plus en plus claires aux oreilles de l’orc.


- Nozdormu…
Le dragon inclina sa large tête, et l’ébauche d’un sourire apparut sur ses immenses lèvres.
- Ouran… Non, Keltal.
Devant le regard interrogateur de son interlocuteur, il poursuivit.
- Je suis l’intemporel. J’ai déjà vécu tout ça…
Le paladin regarda le titan qui continuait de déverser sa magie dans les entrailles de la planète.
- Alors, vous devez savoir que tout est perdu…
- Non mortel. Il reste une chance.
- Une chance ? Quelle chance ?… Il n’y a plus d’espoir…
Nozdormu poussa un rugissement et parla d’une voix forte, colérique.
- Ressaisis-toi mortel ! Je t’apporte mes pouvoirs pour vaincre l’ancien. Si tu ne crois plus en la victoire, alors tu ne seras qu’un imbécile qui a conduit l’humanité à sa fin.
Keltal regarda le dragon bouche bée. Si on lui avait donné une claque, ça n’aurait pas fait un meilleur effet. Il était responsable de tout ça quelque part. De plus, même Darkël lui avait dit qu’il était le seul à pouvoir sauver ce monde… Il ne pouvait pas abandonner ! Il ne pouvait pas les abandonner. Keltal opina.
- Vous avez raison. Quel est votre plan ?
Nozdormu sourit.
- Remonter le temps bien sûr.
L’elfe semblait perplexe.
- N’avez-vous pas l’interdiction de modifier la trame du temps ?
- Si. Mais l’ancien l’a fait. Il a utilisé ses pouvoirs pour figer le temps. Il y a bien longtemps, les titans m’ont montré ma mort. Ils m’ont également montré l’unique fois où j’aurais le droit de modifier le cours des choses. Et ce moment est venu.
Keltal acquiesça, songeur et un sourire se dessina sur ses lèvres. Il y avait un espoir.
- Alors je dois récupérer l’artefact. Il me faut retourner au moment exacte de mon combat contre Sargeras, quand l’ancien lui fait lâcher la boîte… Et cette fois-ci, je ne dois pas échouer. Je dois la récupérer. Revenir plus tôt conduirait à la victoire de la légion et ça ne sera pas plus reluisant que l’état actuel…
D’un geste de la main, le paladin montra la région qui continuait de rapetisser. Le dragon acquiesça.
- C’est un pari risqué cela dit. Seul, il y a peu de chance que tu réussisses.
- Vous m’aiderez.
- Et moi aussi.
Les interlocuteurs se retournèrent, surpris, pour voir un orc qui s’avançait vers eux. Orbrim sourit.
- J’en suis. Voilà le changement.
Keltal dévisagea l’arrivant et murmura.
- Un simple changement…
Il opina et jeta un coup d’œil à Nozdormu. Ce dernier inclina la tête.
- Un simple changement peut faire toute la différence.
- Vous avez raison Nozdormu.
L’elfe s’avança vers le démoniste et lui tendit la main. Avec un grognement, Orbrim la serra. Ils se regardèrent dans les yeux.
- Sargeras ne doit pas gagner.
- L’ancien non plus.
Nozdormu poussa un rire ressemblant plus à un rugissement.
- Alors mortels, vous voilà à la croisée des chemins ! ( Il s’allongea sur le sol. ) Prêts ?
Avec un sourire, Keltal grimpa sur le dos du dragon, suivi par un démoniste peu confiant.



Keltal se pencha sur le cou du dragon. L’air siffla à ses oreilles. Mais une question le taraudait. Derrière lui, Killmaster semblait mal à l’aise sur ce léviathan. Nozdormu vira sur la gauche et esquiva un morceau de roche, puis continua son ascension dans les cieux hostiles. Keltal amplifia sa voix par magie et parla au dragon.
- Que va t’il arriver à nos nous du passé ?
L’intemporel émit ce qui pouvait passer pour un rire.
- Vous allez reprendre votre place au moment du combat. Seulement, vous vous souviendrez de tout. Et je serais là.
Keltal se redressa lentement et médita les paroles du dragon. Il espérait qu’il aurait bien le temps de mettre son plan à l’œuvre… Nozdormu fit demi tour et descendit en piqué. Avant de toucher le sol, il se redressa brusquement et avança à une vitesse folle. Keltal sentit le vent glacé s’engouffrer sous sa cape, ses cheveux, et son armure. Mais étrangement, il ne ressentit pas le froid. Il ferma les yeux et se laissa guider. Dans son dos, le démoniste lui claquait des dents. Le paladin sourit doucement, quelque peu moqueur.
Le dragon poussa un rugissement qui fit vibrer l’air. Des éclairs blancs descendirent des cieux et frappèrent un point précis devant le petit groupe, à plusieurs reprises. Le tonnerre gronda. La foudre sembla onduler sur une surface plate en plein ciel. Les contours devinrent flous, incertain. Une étrange matrice prit forme et s’ouvrit. Un portail venait de voir le jour. Des éclairs le parcouraient.
- Accrochez-vous !
A peine le dragon eut-il prononcé ces mots qu’il accéléra l’allure et se mit à tournoyer. Il entra en spirale dans le vortex. Un flash de lumière éblouit le groupe. Le portail se referma avec un son sec.
Des couleurs de toutes les natures brillèrent sous les yeux du paladin qui resta bouche bée. La foudre frappait des zones hors de son champ de vision à droite, à gauche, derrière, ne lui laissant que l’image d’un flash aveuglant sur la rétine. Les ondulations du vortex vibraient et tournoyaient en cercle réguliers. Puis, ils accélérèrent et perdirent leur uniformité. Au bout du tunnel, une nouvelle matrice semblait attendre le groupe. Nozdormu poussa un nouveau rugissement. Le bout du portail s’ouvrit et ils sortirent à l’air libre.

Puis, Keltal chuta. Il poussa un cri de surprise. Il tourna son visage vers le sol qui se rapprochait à une vitesse terrifiante. Les sons de la bataille lui parvinrent tels des murmures. Il apercevait faiblement la silhouette d’un démon gigantesque combattant un être de lumière.
Keltal atterrit brutalement dans son corps. La voix du titan résonna à ses oreilles, confuse. Il regarda son adversaire qui lui montrait une boîte tenue dans sa main avec un sourire carnassier.
- Il est temps de voir ce que renferme ce coffret alors.
Sargeras tenta d’ouvrir le coffret. Un grondement agressif résonna. La terre se craquela, et des choses noires s’en extirpèrent. L’un d’entre eux transperça le bras du démon qui poussa un cri de douleur. Il lâcha la boite. Un tentacule l’heurta et l’envoya en glissade sur la glace. Keltal secoua la tête. Il était donc revenu à ce moment là précis… Mais cette fois-ci, il savait comment réagir ! Le paladin prit appuis sur ses pieds et sauta à la suite de l’artefact. Le titan l’aperçut et envoya son pied contre le petit être. Keltal posa ses mains sur l’énorme forme, se propulsa par-dessus, et atterrit sur la boîte qui accéléra l’allure.
- Et maintenant… Je fais quoi ?
Le coffret faisait tomber toute créature sur sa trajectoire à la renverse. Keltal frémit. Il allait tomber avec si les choses continuaient ainsi. Derrière lui, il entendait le démon qui voulait à tout prix récupérer l’artefact. Keltal dégaina lentement son épée.
Si ça ne marche pas…
Il pria pour ne pas commettre une erreur. Levant son arme au dessus du vide sur sa gauche, il frappa le sol de la lame. Dans un éclat de glace, le coffret vacilla, mais garda sa trajectoire. Keltal grimaça. Les secousses de cette entreprise risquée n’étaient pas agréables.. Mais il n’avait pas le choix. Il recommença, encore, et encore, jusqu’à ce que la boîte change de route. Elle tourna sur sa droite et sauta par-dessus une crevasse. Les tentacules de l’ancien fouettaient l’air et le sol autour du cavalier et de son étrange monture qui filait à toute allure.
- Nozdormu !!
Keltal cria à s’en briser la voix. Il regarda le ciel menaçant dans son état de trou noir et frissonna. Et si le dragon n’était pas réellement ici ?…


Orbrim se redressa, haletant, et reprit son souffle. Le sol tourna autour de lui. Il s’accrocha à une saillie rocheuse le temps de reprendre ses esprits. Le démoniste se remémora les derniers événements. Une vision sinistre s’imposa à son esprit. Il revit son fils et sa femme, méconnaissables, allongés sur le sol, sans vie. Si il avait remonté le temps alors il devait être possible de l’empêcher ! Orbrim se précipita vers les réfugiés à l’écart de la bataille. Une ombre le recouvrit.
Non, pas maintenant….
Une serre se referma autour de son corps et le souleva de sol, lui coupant le souffle.
- Lâche-moi, je dois les sauver !
Le dragon émit l’équivalent d’un grognement et poursuivit sa route. Orbrim lutta contre la poigne de l’intemporel et frappa la patte griffue de ses poings. Il mit toute sa force dans ses tentatives pour se libérer et n’y gagna que des courbatures et des douleurs lancinantes.
- Il suffit ! Orc, si tu veux sauver ta femme et ta progéniture, alors aide moi à sauver le paladin et vaincre l’ancien, comme tu l’as promis !
Orbrim poussa un soupir. L’honneur. C’était la vertu première de son peuple. Il semblait qu’il n’avait guère le choix de toute manière. Il opina, se résignant à aider l’elfe. Soutenu par le dragon, le démoniste se hissa sur son dos. L’orc contempla le champ de bataille en contrebas à la recherche du paladin. Finalement, après de longues minutes de recherches infructueuses, il l’aperçut, filant à toute vitesse. Il se pencha sur le cou du dragon.
- Il est là bas ! Au milieu des tentacules !
Le dragon opina et suivit la direction pointée par son passager, virant sur la droite.


Keltal poussa un juron quand son embarcation de fortune tangua dangereusement au bord d’un gouffre. Les tentacules de l’ancien frappaient le sol autour de lui, créant des secousses qui modifiaient la trajectoire de la boîte. D’un mouvement fluide du poignet, l’elfe découpa l’un des appendice, ce qui causa des coups sur la glace encore plus forts et plus précipités. Le sol commença à se fissurer sur sa route. Keltal ouvrit de gros yeux, inquiet. A quelques mètres devant lui, un pan de glace entier s’écroula. Les membres de l’ancien continuaient de l’entourer, l’empêchant de bifurquer.
-.. Et merde !
Le gouffre se rapprochait à chaque secondes, et les possibilités du paladin s’envolaient comme neige au vent. Il ne vit pas tout de suite l’ombre qui le recouvrit. Pas plus qu’il n’entendit immédiatement la voix de l’intemporel qui gronda à ses oreilles tel un rire sauvage. Puis, les serres du dragon se refermèrent sur le coffret et le soulevèrent du sol. Keltal cria sous la surprise et s’accrocha aux griffes. Nozdormu battit plus vite des ailes et s’éloigna du sol avec son paquet. Orbrim se pencha sur le flanc droit de la créature et regarda le paladin.
- Alors, on préférait son ancienne monture finalement ?
Keltal chercha la voix du regard, puis leva la tête. Il éclata de rire, soulagé. L’orc sourit et lui tendit la main. Le paladin l’accepta volontiers et se hissa sur le dos du dragon. La voix de celui-ci résonna à nouveau.
- Alors, quelle est la suite du plan ?
- Ouvrir la boîte, récupérer l’artefact, et vaincre l’ancien !
Nozdormu opina.
- Alors c’est partit !
Le léviathan tourna sur sa droite, au moment ou un tentacule monstrueusement énorme sortait du sol. L’appendice le frappa à la tête de plein fouet. Le choc fit perdre tout repère au dragon qui partit en vrilles incontrôlées vers le sol, désarçonnant ses cavaliers, et lâchant la boîte.



- Renforcez vos positions sur la gauche !
Le soldat Thomas pointa son épée sur la zone un peu faible. L’écho de sa voix résonna quelques secondes au milieu du fracas de la bataille. Les hommes sous ses ordres obéirent et resserrèrent les rangs. L’officier nota les arcs des démons qui se dressèrent.
- Boucliers !
Les flèches masquèrent le ciel et tombèrent en pluie acérées sur les combattants mortels qui levèrent leur bouclier comme un seul homme pour se protéger. Les pointes pénétrèrent le métal des protections dans des couinements horribles.
- Attaquez !
Les soldats avancèrent au couvert de leur écu, puis, une fois à portée, ils brisèrent la défense ennemi en sortant des rangs. Les démons tombèrent rapidement avec des pertes moindres chez les mortels. Le général Thomas n’en revenait toujours pas de sa promotion et surtout de la capacité de son bataillon.

« Le jeune officier se remettait péniblement de ses blessures. Les meilleurs soigneurs avaient été dépêchés au temple de Darnassus. Après des heures qui étaient devenus des jours, ils avaient réussis à stopper la déchéance du corps de l’humain, et même à créer des prothèses pour remplacer les doigts perdus. Evidemment, cela grattait énormément le soldat car le bois ne s’associait pas bien avec la peau. Mais, une fois enchanté, la main de l’officier s’était avérée très utile et pratique. Il ne se sentait plus aussi inutile.
Avec joie, Thomas avait apprit la survie de quelques anciens membres de son unité à Hurlevent. Et après leurs rapports avec le roi, ce dernier avait demandé à le voir. Le Lieutenant entra donc dans la salle du temple où les chefs de l’alliance attendaient, penchés sur ce qui semblait être une carte. Légèrement intimidé, l’humain ne dit rien et s’avança aussi silencieusement que possible. Les discussions autour de la table étaient très animés. Après quelques minutes, le roi humain aperçut le jeune soldat.
- Ah, Lieutenant Thomas. Approchez donc. ( Varian fit face aux autres chefs. ) Prenons une petite pause si vous le voulez bien.
Thomas s’inclina respectueusement et se rapprocha de son roi. Les différents chefs lui offrirent un sourire chaleureux et s’installèrent en arc de cercle derrière Varian, voulant visiblement voir la scène.
- Vous m’avez fait appeler Sir ?
- Oui Lieutenant. Les différents rapports sur Hurlevent, la fuite des civils, la préservation de Menethil et de Theramore font souvent référence à une personne : Vous.
Le regard et la voix empli de sous-entendu du roi n’avaient fait que mettre le jeune homme mal à l’aise. Thomas dansait d’un pied sur l’autre, comme prêt à partir en courant.
- Il semblerait qu’à chaque fois, vous avez été étroitement lié aux événements. ( Varian sourit. ) Aussi, j’ai décidé de vous monter en grade. Lieutenant Thomas, pardonnez donc ce manque de formalité, mais je vous nomme Général et place dès à présent un bataillon entier sous vos ordres. Nous avons besoin de plus de soldats comme vous, félicitation !
Le changement brusque de ton de son roi surpris le nouveau Général qui sentit ses épaules s’affaisser comme si on lui retirait un énorme poids des épaules. En fait, il avait tout simplement plus de responsabilité ! Si il ne possédait pas un minimum de retenue, il aurait même pousser un soupir de soulagement. Varian s’avança vers lui, la main tendue. Thomas lui rendit son sourire et lui serra vigoureusement la main, ravi.
- C’est un honneur que vous me faites Sir ! Je… Je ne sais pas quoi dire.
- Dites que vous acceptez alors.
- Bien sûr !
Derrière le roi, les chefs de l’alliance applaudirent avec un sourire ravi aux lèvres. »

Thomas secoua la tête. Ce souvenir était bon, mais malheureusement, il n’était pas bon d’y repenser maintenant. Il avait des responsabilités et il devait s’y tenir.
Un rugissement sauvage résonna aux oreilles de l’officier. Ce dernier leva les yeux et aperçut au loin ce qui semblait bien être un dragon, qui chutait vers le sol. Puis, de nouveaux cris couvrirent le son des batailles et un nuage noir s’abattit sur la couronne de glace. Dans une bourrasque de vent, un essaim de léviathans, aux couleurs diverses allant du rouge au vert en passant par le bronze et le bleu, passa au dessus du bataillon du Général Thomas et s’engagea dans la bataille. Des hurlements de joies et des sifflements s’élevèrent des rangs. Les dragons crachèrent le feu sur les démons et firent reculer leur forces, laissant les mortels souffler. Une joie sauvage résonnait parmi les soldats qui pouvaient respirer un peu. Thomas lui-même n’en revenait pas et aurait bien embrassé le sol. Mais il devait se tenir un minimum. Alors il hurla des ordres pour reformer les rangs. A contrecœur, les soldats obéirent, euphoriques. Parmi les dragons, une silhouette rouge, plus grande que les autres se précipita vers le corps en chute.


Keltal sentit le vent fouetter son visage et malmener son corps tel une feuille. Il se força à ouvrir les yeux et aperçut une vision du sol bien trop familière et récurrente. En contrebas, un peu sur sa gauche, il vit le coffret qui s’éloignait de lui. Keltal plaqua les bras contre son corps et tendit les jambes pour accélérer sa chute. Le paladin rattrapa la boîte et s’y agrippa. Mais il n’avait aucun moyen pour stopper cette descente en enfer. Le vent étouffa un hurlement proche. Une griffe manqua de peu le paladin. Une patte se referma sur le coffret. La chute stoppa brutalement. Le choc coupa le souffle de l’elfe qui se raccrocha presque désespérément au métal.
- Alors, on fait de la chute libre Keltal ?
L’intéressé leva les yeux pour voir le sourire carnassier de la reine dragon.
- Mais comment ?…
Réussi-il à hurler au dessus du grondement de la tempête. Alextraza émit un petit rire.
- La magie de Nozdormu ne m’affecte pas à court terme. Même si je ne vous ai pas suivi dans la faille, mon esprit est demeuré intact. Je sais tout ce qui va se passer…Et avec le recul… C’est toi qui avait raison. Tâchons de réussir là où nous avions échoué !
- Et Nozdormu ?
Elle fit un petit geste de la tête sur sa gauche. Un grand dragon de bronze volait à coté d’elle avec pour cavalier un orc. Keltal sourit à l’intemporel. Ce dernier opina en réponse. Le maître du vol de bronze vola à hauteur de la reine rouge. Keltal cria pour couvrir le bruit du vent.
- Alextraza, il faut ouvrir la boite et récupérer l’artefact !
- Mais, et toi ?
- Je change d’hôte !
Et sans attendre de réponse, le paladin sauta en direction de l’intemporel. Orbrim le regarda faire, hébété, puis poussa un soupir. Il se pencha au dessus du vide et tendit la main. L’elfe l’attrapa au dernier moment et se hissa sur le dos du dragon.
- Tu aimes la mort elfe…
- Seulement la narguer ( plaisanta-t-il.)
Orbrim haussa les épaules. Keltal sourit pour lui-même, puis reporta son attention sur le coffret. Alextraza serra ses pattes sur la boite et tenta d’en forcer l’ouverture. Ses griffes raclèrent le métal, et dans un grondement plaintif, le couvercle s’ouvrit et tomba en poussière.



Arthas leva haut Frostmourne et s’élança à l’assaut du démon. Sargeras était comme fou. Il tuait même ses propres troupes dans un accès de rage. Les rangs des démons se clairsemaient sans cesse, et l’arrivée des dragons ne faisait qu’ajouter à la défaite de la légion. D’un revers de l’épée, le Roi Liche décapita un garde funeste. Le titan était juste devant lui. Arthas sauta. Frostmourne brilla d’un éclat bleu maléfique. Il frappa. La lame s’enfonça dans le bras affaibli du titan. Ce dernier poussa un cri de douleur et se retourna brusquement. Du plat de sa main, il repoussa son adversaire qui chuta lourdement au sol un peu plus loin. Arthas se leva comme de rien et un sourire sinistre barra son visage. Il fit un pas, puis un second. Un rugissement couvrit le bruit des combats. Un nouvel essaim obscurcit le ciel. Dans un concert de cri et de raclement d’os, les créatures ailées du fléau vinrent contester la main mise des dragons sur les cieux. Arthas sourit. Il étendit son esprit, et effleura du bout des doigts celui de Sindragosa, sa wyrm de givre, dont la volonté lui était liée.
- Ramène-moi le coffret.
Le Roi Liche ne savait pas pourquoi la boite était si importante. D’ailleurs, peu lui importait finalement. Seulement, il avait bien ressenti l’énergie de Keltal et l’incroyable puissance de l’artefact qu’il convoitait. De plus, il semblait que la bataille tournait autour de cette chose. Et, il tenait peut être là l’occasion de prendre le paladin et de remporter la victoire !
Arthas reporta son attention sur le titan. Celui-ci, sûrement impatient d’en découdre, le chargea. Au même moment, un grondement furieux retentit. Des éclairs noirs tombèrent en cascade sur le champs de bataille et frappèrent le sol. Le sol sembla s’électrifier, et noircit. La terre trembla. Le siphon que formait les cieux tournoya, se contorsionna, se tourna, et entra dans le sol, perçant la glace. Un murmure à glacer le sang résonna, suivi d’un craquement sinistre. La glace se fissura un peu partout. De larges crevasses zébrèrent la couronne de glace. Dans un grondement horrible, des pans de roches de soulevèrent, puis s’effondrèrent. Le sol s’écroula, entraînant avec lui les retardataires qui ne s’étaient pas éloignés. La légion ardente fut la plus touchée par ce désastre qui se solda par des milliers de morts parmi les démons.
Sargeras regarda la masse sombre au fond du gouffre et frémit. Il recula d’un pas ou deux, malgré lui. Dans un gémissement victorieux, la créature s’extirpa des entrailles de la terre. Ses centaines de tentacules sortirent du sol et convergèrent vers le titan.



Alextraza resta dubitative devant la facilité déconcertante avec laquelle le couvercle avait cédé. Elle se tourna vers le paladin. Celui-ci la regarda dans les yeux.
- Vous êtes l’aspect de la vie ! Le coffret a été laissé par les titans ! Il est normal que vous puissiez l’ouvrir !
La reine dragon opina. Ils survolaient à présent le corps de L’ancien, aux prises avec Sargeras. Keltal s’apprêta à bondir sur le dos de la reine rouge.
Un sifflement résonna aux oreilles de cette dernière. Elle tourna son immense tête à droite, juste à temps pour voir Sindragosa, la reine du givre, prendre une grande inspiration et cracher un souffle de glace. Alextraza battit plus fort des ailes et s’éleva. Le souffle de givre frappa ses pattes. Elle poussa un hurlement et se contracta. Le coffret se balança dangereusement. Des créatures volantes décérébrées, pantins du fléau, attaquèrent le petit groupe. Un drake squelette se rapprocha de Nozdormu et attaqua à son tour. L’énergie sortit de sa bouche et se précipita sur les mortels. Keltal leva un bouclier divin autour de lui et du démoniste. Le souffle explosa contre le bouclier, gelant le dos de l’intemporel. Celui-ci hurla et manqua désarçonner ses cavaliers. D’un coup de queue bien placé, il décapita son adversaire. Les monstres du fléau harcelaient les deux dragons sans cesse. Sindragosa fonça sur le coffret. Alextraza se tourna pour lui faire face. Elles entrèrent en collision dans un grondement sec et chutèrent toutes les deux. La lieuse de vie lâcha le coffret.
- Nooon !
Keltal plongea à la suite de l’artefact. Il plaqua les bras contre son corps et se tendit vers le sol. L’attraction terrestre lui donna plus de vitesse. Le paladin rattrapa la boîte. Il engouffra sa main à l’intérieur et retint un gémissement. Le coffret était vide. Un sentiment d’horreur s’empara de lui. C’était impossible ! Si la boîte était vide alors tout était fini, perdu. Un éclat en contrebas l’éblouit un instant. Keltal cligna des yeux. L’artefact tombait droit sur l’ancien… Il sauta. L’objet allait à une vitesse folle. Des morceaux d’os chutèrent tout autour de Keltal. Il jeta un rapide coup d’œil derrière lui. A des dizaines de mètres au dessus de lui, Orbrim envoyait des traits de l’ombre et autres sorts destructeurs sur les aberrations du fléau à la poursuite de l’elfe. Keltal lui en était reconnaissant. Il se concentra à nouveau sur l’objet.
Peu importe la vitesse qu’il pouvait atteindre, l’arme semblait toujours en avance. Le sol et surtout l’ancien se rapprochait de plus en plus. Le temps sembla tourner au ralentit. Keltal tendit les mains vers l’artefact. Encore vingt mètres. Encore quinze mètres. Encore dix mètres. Puis l’objet entra par la bouche de l’ancien qui se referma tout de suite derrière. Keltal cracha et concentra toute son énergie dans son poing. Sa main s’illumina d’une clarté éblouissante. Les nuages dans les cieux s’ouvrirent et un trait de lumière surgit et frappa le paladin. L’intéressé hurla et lâcha l’énergie sur son ennemi. Avec un grondement de douleur, ce dernier ouvrit la bouche et le paladin s’y engouffra.


L’endroit entier était plongé dans la pénombre. L’air était lourd, chaud, nauséabond. Keltal grimaça de dégout et se racla la gorge. Il toucha le sol irrégulier à tâtons. Qu’il était visqueux ! Les minutes s’écoulèrent comme des heures dans cette obscurité. Keltal poussa un soupir et se releva. Il se concentra sur l’énergie qui coulait dans ses veines et ferma les yeux.
- Puits solaire…Viens à moi.
La puissance brute du puits palpita au fond de lui. Il sentit la magie tournoyer en lui et tendre chaque muscles, chaque nerfs de son corps. Il poussa un cri, laissant cette énergie imprégné chaque fibre de son être. C’était comme si on le déchirait de l’intérieur. Le puits solaire brûlait, étirait, et semblait reformer toutes les parcelles de son être. Aussi vite qu’elle était arriver, la douleur cessa. Keltal reprit son souffle et ouvrit les yeux. Son corps irradiait d’une lumière douce, suffisante pour repousser les ténèbres. La terre trembla. Un grondement sourd résonna. Une fumée étrange s’élevait sous les pieds du paladin. L’aura sacré qu’il émettait brûlait son ennemi. Ce dernier se débattait. Un bruit sur sa gauche fit tourner la tête à l’elfe. Le sol se souleva, s’étira, et une aura noire dessina un cercle. Un tentacule s’échappa du trou et attaqua. Keltal dégaina son épée et trancha l’attaquant en l’espace d’une seconde. Partout autour de lui, d’autres appendices prirent formes. Des nuages violets volaient dans la zone. Keltal esquiva une attaque et concentra son attention sur ces vapeurs. Elles prirent la forme d’un crâne et lancèrent des rayons dans sa direction. Le paladin sauta pour les éviter. Les rayons frappèrent le sol rugueux et les appendices. Un hurlement résonna dans l’ancien. Keltal concentra sa magie et libéra des vagues d’énergies rayonnantes, anéantissant ses ennemis. Il n’avait pas de temps à perdre ! Mais à chaque adversaire abattu, deux prenaient sa place. Il ne savait plus depuis combien de temps il combattait. Il affrontait les créatures de l’ancien par dizaines, tournoyant, découpant, virevoltant, brûlant. Mais elles ne cessaient d’apparaître. Un rayon tiré par un crâne lui toucha les yeux. Keltal hurla de douleur et lâcha son arme qui se planta dans le sol. Le sol fut secoué de tremblements extrêmes et des cris résonnèrent. Le paladin avait l’impression que son esprit était prit dans un étau. Avec les cris et le sol qui bougeait en tout sens, il perdait ses repères. Devenait-il fou ?
- Concentre-toi Keltal, concentre ton esprit !
- Ouran ?
Keltal parla d’une voix hésitante. L’entité était restée silencieuse tellement longtemps…
- Retrouve l’artefact. Tu ne peux vaincre ton adversaire par un autre moyen.
- Je ne vois plus rien !
- Tu peux soigner tes yeux. Vite, le temps est comptée.
Keltal ouvrit la bouche pour protester, mais se ravisa. Un appendice le frappa dans le dos et le fit tomber au sol. Les cris de l’ancien avaient cessé. Le sol restait à peu près stable. Keltal en conclut que son ennemi avait reprit ses esprits lui aussi. Bien ! Il apposa sa main sur ses yeux, et une énergie chaude, bienveillante, inonda son visage blessé. Il soupira de joie. L’elfe se redressa maladroitement et ouvrit les yeux, un sourire barrant son visage. Sa main brillait toujours de la même lueur. Mais subitement, elle gagne en intensité, devint plus agressive, plus puissante. Keltal sauta en avant et frappa le sol, déversant sa magie sacrée dans le corps de l’ancien. Ce dernier hurla à nouveau et fut prit de violents tremblements. Keltal se raccrocha à ce qu’il put et avança prudemment. Un éclat sur sa gauche lui fit tourner la tête. L’artefact reposait là, fiché dans la chair de la créature. Le paladin se précipita dessus. Il agrippa la poignée de la dague et sentit toute la puissance de celle-ci. Un chant résonna à ses oreilles au moment où il la toucha. Il se laissa bercer par cette douce symphonie. Elle était si belle, si enivrante.
Je t’attendais paladin. Je chante pour toi. Je combat pour toi.
Keltal regarda l’artefact avec un sourire. Utiliser un tel instrument de beauté pour apporter la mort, ce serait un sacrilège.
- Ne te laisse pas distraire ! Détruis l’ancien maintenant !
La voix d’Ouran retentit quelque part dans son esprit. Mais il n’en tint pas compte. Seul le chant de la dague lui parvenait clairement. Elle était belle et tout à lui. Mais un doute s’insinua au fond de lui. Une voix agressive retentit.
- Tu es pathétique. Et c’est toi qui doit sauver la planète ? Tu me donnes envie de vomir !
Keltal hésita.
- D-Darkël ?
Il n’y eut pas de réponse. Le silence s’installa durant quelques instants. Les appendices de l’ancien restaient en retrait de l’artefact. Keltal était seul avec la dague qui continuait de chanter des notes hypnotiques d’une beauté sans égale. Il se laissa de nouveau envoûter par ce chant, ne prenant plus rien d’autre en compte. La crâne du paladin vibra. La voix du chevalier résonna de nouveau, plus forte, plus agressive.
- Tu as prit mon énergie. Maintenant fais-le ! Sois impitoyable ! Détruit-le !
Keltal regarda la dague et eut un mouvement de recul. Pouvait-il réellement abandonner tout un monde ? Non ! Il y avait trop en jeu. Il se redressa et prit une profonde inspiration.
- J’ai un travail à terminer.
Le chant de la dague s’intensifia pour faire écho à sa décision. Un chant doux, enchanteur. Mais il le sentait, elle approuvait pleinement sa décision. Il avait triomphé de l’artefact, désormais, il était sien. Et il comptait bien s’en servir. Keltal leva haut la dague au dessus de sa tête. Elle scintilla et son chant gagna en force, résonnant dans l’estomac de l’ancien. Les notes apparurent dans l’air et brillèrent des couleurs de l’arc en ciel. Keltal frappa. La lame s’enfonça sans résistance dans la chair. La musique devint plus forte. Les notes tournoyèrent autour de l’elfe, de plus en plus vite. Un sentiment de bien être parcourut le corps de l’elfe. Il enfonça encore plus loin la lame. Les hurlements de l’ancien résonnaient quelque part à l’orée de sa conscience. Mais seule la musique lui parvenait, ainsi que sa tâche. Il concentra son énergie, toute sa puissance, en un point. Il en imprégna l’arme et l’utilisa pour déverser leurs deux magies dans l’ancien. Les parois de l’estomac se contractèrent. De violents cris retentissaient. Le sol tremblait comme jamais. Les rares appendices restant à l’intérieur ondulaient dangereusement, comme privé de tout contrôle.
Une pensée traversa le paladin. Et si Darkël était toujours vivant dans cette réalité ? Se pouvait-il qu’il existe en deux endroits à la fois lui ? Si c’était le cas, que se passerait-il quand ?…Il ne le saurait sûrement jamais.
Le corps de l’ancien fut prit de violents spasmes qui se répercutèrent au paladin à travers la dague. Keltal hurla au moment où la dague entamait la note la plus grave et intense de son répertoire. Toute sa magie, celle de l‘artefact, du puits solaire et la sienne pénétrèrent l’ancien. Le corps de ce dernier s’illumina entièrement La voix d’Ouran parvint aux oreilles du paladin.
- Bravo mon ami. Adieu.
L’énergie sous le paladin explosa. La lumière gagne en intensité ! Il eut une dernière pensée pour Alextraza.
- Cela devait se passer ainsi.
Et une puissante déflagration balaya l’estomac de l’ancien.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 13:54

Chapitre 20 : Ultime pouvoir.


Un vent léger soufflait sur la couronne de glace, balayant les pans rocheux. Un éclair éclaira les cieux. Puis, une pluie fine s’abattit sur la région. Le tonnerre gronda, ponctué par le cri inhumain de l’ancien. Alextraza risqua un coup d’œil vers le dieu. Ce dernier convulsait fortement, et un liquide étrange se déversait par sa peau. Il était couvert de cloques. Les appendices de l’ancien frappaient nerveusement le sol, signe des derniers réflexes primaires d’un être vivant. La reine dragon reporta son attention sur son adversaire. Sindragosa lui donna un coup de queue. Le léviathan l’attrapa entre ses larges mâchoires. Elle fit tournoyer la wyrm avant de la lâcher subitement sur… Nozdormu. Alextraza toucha l’esprit de l’intemporel. Ce dernier la frappa d’un puissant coup de queue dans le dos. Elle poussa un rugissement. La reine dragon en profita pour envoyer un puissant torrent de flamme sur Sindragosa. Profitant de l’étourdissement de son adversaire, la dragonne se jeta sur elle et referma ses pattes sur son crâne. D’un coup sec, elle le lui brisa. Le squelette de la wyrm chuta.
Alextraza reprit son souffle un instant. Au même moment, un image frappa son esprit. Elle aperçut Keltal entouré d’un bouclier scintillant. Il se tenait au milieu d‘un flot de liquide visqueux. La voix du paladin s’éleva dans son esprit.
- Cela devait se passer ainsi.
- Keltal !
Faisant fi des monstres volants autour d’elle, elle se précipita sur l’ancien. Celui-ci eut un dernier spam, puis se recroquevilla sur lui-même.


Sargeras, prisonnier des appendices de l‘ancien, remarqua que l‘étreinte faiblissait. Il profita de l‘état second de son adversaire pour arracher rageusement ses tentacules et se libérer. Il ne prêta pas attention au sang verdâtre qui coulait en flot ininterrompu des plaies de la créature. Prenant son arme à deux mains, il la planta sauvagement jusqu’à la garde dans le corps visqueux. L’ancien n’eut aucune réaction. Il continua de se recroqueviller sur lui-même. Puis, il gonfla de façon démesurée. Sargeras tenta de retirer son arme. Mais il n’y parvint pas. Un frisson de terreur le secoua. Il recula de plusieurs pas. Le corps de l’ancien continua de grossir, faisant craquer la glace tout autour de lui. Puis, il devint inerte. Un grondement sourd résonna. Et le corps explosa. La déflagration repoussa le titan sur plusieurs mètres. Le souffle balaya plusieurs centaines de soldats de tout les camps. Un vapeur noire couvrit le champ de bataille. Un calme lourd se posa sur la région. Le vent chassa la fumée. Un immense cratère fumant tenait lieu et place de l’ancien. Ce dernier avait tout simplement disparu. Des pans de roches et glaces alentours cédèrent et s’écroulèrent. Des gémissements s’élevèrent de la planète même. Le tonnerre gronda avec plus de force, la foudre électrifia les cieux. Le vent et la pluie forcirent. Des vagues d’énergies noires et blanches sortirent du cratère et s’envolèrent.
Puis, tout se calma. La planète se tut. Le vent perdit en puissance. La pluie devint plus fine.
Alextraza reprit son équilibre. L’explosion l’avait ballotté au loin. Elle étendit son esprit vers le paladin. Tout ce qu’elle eut en réponse fut un grand vide. Le cœur de la dragonne se serra. Keltal avait cessé d’exister.


Orbrim risqua un coup d’œil vers le sol et se cramponna désespérément au cou du dragon. Pourquoi fallait-il qu’il ait peur du vide bon sang ? Une puissante explosa secoua sa monture qui peina à garder son équilibre. Le démoniste oublia sa peur en sentant un affût d’énergie noire en contrebas. Il étendit ses sens et toucha toute cette magie. Elle n’était pas d’origine démoniaque. Mais elle était quand même faite d’ombre. Et très proche de la sienne… Repoussant sa phobie, il se mit debout sur le dos du dragon. L’intemporel parla à l’orc. Mais celui-ci ne l’entendit pas. La magie de l’ancien était libre, et elle l’appelait. Il ne pensait plus à rien d’autre. Il était comme hypnotisé. Killmaster sauta à bas du dragon et se laissa chuter vers l’énergie noire. L’orc palpa la puissance d’ombre. Il concentra toute son essence et effleura la surface de puissance brute. Et il l’absorba ! Son corps se tendit tandis que la nouvelle magie pénétrait son corps comme un torrent furieux, balayant ses anciens pouvoirs, les inondant, puis, les intégrant. Une véritable tempête d’énergie le déchira de l‘intérieur. Son corps gonfla. Ses muscles grossirent. Ses veines se firent d’ombre et ressortirent sur sa peau. Il hurla comme un fou, à s’en déchirer le gosier. Il eut l’impression que tout son être se perdait dans des abimes sans fond. Qu’on le tuait, encore et encore. Et ce pendant des heures. Puis, tout ce calma et il ouvrit les yeux. Il se sentait …différent. Non ! Il était différent ! C’était évident. Orbrim regarda ses grosses mains. Sa peau était craquelé à divers endroits, laissant une étrange aura noire sortir. Il ne saignait pas, ne souffrait pas. Sa peau était grise. Le démoniste reporta son attention sur sa chute et le sol qui se rapprochait dangereusement. Il sourit. Même sa phobie n’était plus. Il laissa sa nouvelle magie couler en lui. Il sentit chaque fibre de son être frémir de plaisir. Il passa en revue les possibilités que lui offraient tout ces pouvoirs. Mais les choses les plus simple étaient souvent les meilleurs. Dans un nuage de souffre, il disparut, pour réapparaître au bord du cratère. Il fit volte-face. A une centaine de mètres devant lui, Sargeras, son ennemi juré, se relevait péniblement. Le titan grogna. Et une multitude de créatures du fléau se jetèrent sur lui. Orbrim sourit férocement et se rapprocha de son adversaire désigné.


Darkël ouvrit les yeux, et se massa le crâne. Il se releva lentement, et posa un regard mauvais sur le champ de bataille. Une violente déflagration balaya la région. Darkël eut un reniflement de dédain. Depuis combien de temps était-il inconscient au juste ? Il ne le savait pas ! Tout ce qu’il se rappelait, c’était le début de la bataille, l’excitation à semer la mort… Un orage s’était déclaré loin au dessus de sa tête. Un phénomène très étrange s’il s’en souvenait bien. Comme l’ouverture d’une espèce de portail. Puis, plus rien. L’avait-on assommé ? Il en doutait. Dans ce cas précis, il ne se serait sûrement jamais réveillé dans son corps. En tout cas, l’explosion qui l’avait ranimé était d’une puissance ahurissante. Darkël fit jouer ses muscles et huma l’air. Il ferma les yeux et visualisa l’image de son jumeau. Une odeur bizarre chatouilla ses narines. Mais il n’en tint pas compte. Il étendit son esprit pour trouver Keltal. Il balaya mentalement le champs de bataille. Il vit le titan déchu totalement fou qui combattait les armées du Roi Liche. Il vit également ce dernier, un peu en retrait, qui regardait ses alliés de fortune avec un sourire malsain. Mais nulle trace de son frère. Après plusieurs bonnes minutes, le chevalier dut se rendre à l’évidence. Keltal avait disparu ! Il ouvrit les yeux et cracha. C’était très ennuyeux…
L’arrière de son crâne vibra. Une énergie étrange habitait le champs de bataille. Elle était à la fois lointaine et proche. Mais surtout, Darkël la connaissait, il en était sûr ! Elle flottait à sa gauche… Mais aussi sur sa droite ! Devant lui, mais également derrière. Elle l’appelait, semblant scander son nom. Et ceux de plus en plus fort. Et cette odeur étrange qui l’entourait…Le chevalier se prit la tête entre les mains. Il avait le tournis. La voix résonnait à ses oreilles avec insistance.
Mais oui ! Il s’agissait de l’énergie de Keltal… Mais alors, cela signifiait que le paladin était mort. Comment ? Pourquoi ? Tant de questions lui venaient à l’esprit. Mais il les chassa. Peu lui importait. Il se concentra sur cette énergie volatile. Il l’effleura, la toucha, l’huma. Et puis, tel un trou noir, il l’attira à lui ! La magie du paladin, son essence, tournoyèrent autour du chevalier. Le vent s’en mêla. Un véritable tourbillon d’énergie encercla l’elfe. Darkël, au centre du phénomène, riait aux éclats. L’essence du paladin pénétra sa peau. Elle se faufila jusqu’aux tréfonds de son être. Elle entailla son corps, faisant voler en éclats son lui passé. Il se tordit dans tout les sens, hurlant à s’en déchirer les cordes vocales. Le vent gagna en intensité. Le tourbillon grondait férocement. La tempête d’énergie souleva le corps meurtri du chevalier. Elle détruisit les derniers fondements de son être. Puis, la tornade se brisa.
Darkël tomba à genoux, haletant. Il déglutit et regarda ses mains, tout en se redressant. Son torse se souleva au rythme de sa respiration. Il garda les yeux fixés sur ses mains. Il la sentait. Toute cette force, toute cette énergie qui coulait en lui, comme un torrent furieux… C’était délicieux. Il fit un petit geste de la main. La neige à vingt mètres devant lui explosa, ne laissant qu’un cratère fumant d’une bonne taille.
Darkël sourit férocement. Il empoigna son arme, qui venait de changer avec lui. Une lame jumelle, comme celle de feu Keltal. Mais elle n’inondait pas de lumière. Elle irradiait d’énergie glacé. Une fine vapeur de givre s’échappait du métal. De petites particules de glaces recouvraient le corps du chevalier. Ses yeux étaient toujours d’un éclat rougeoyant maléfique. Mais une lueur blanche brillait tout au fond de son regard. Le chevalier fit jouer sa lame entre ses long doigts fins. Maintenant que la dernière pièce était en place, il ne restait plus qu’une chose à faire. Avec un sourire carnassier, il se dirigea vers le champs de bataille.



Arthas sourit et envoya un ordre mental aux troupes qui n’attaquaient pas le titan. Il se retourna face à ses alliés de fortune.
- Votre route s’arrête ici. Tuez-les tous !
Les morts vivants se lancèrent sur les armées mortels avec un raclement horrible. Comme un seul homme, les défenseurs de l’humanité levèrent leur bouclier. La masse grouillante frappa le métal dans un bruit sourd. Sylvannas jura. Elle devait reconnaître que l’aide du Roi Liche avait été décisive. Mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il veuille livrer bataille sur deux fronts à la fois. Mais les vivants n’étaient pas si faibles qu’il le croyait ! Du bout des doigts elle effleura les flèches spéciales qu’elle avait préparé pour lui. Bientôt elle aurait sa vengeance. La reine noire rejoignit les autres chefs qui vociféraient des ordres, et aida au regroupement des défenses.
Arthas, satisfait, se retourna et regarda Sargeras. L’immense masse du titan était recouverte de goules et autres créatures du fléau sur quasiment toute sa longueur. Le Roi Liche concentra ses énergies au travers de sa lame runique. Deuillegivre s’illumina. Le roi lâcha la puissance cumulée sur le titan. Ce dernier la renvoya du revers de la main. La boule d’ombre explosa sur Arthas. L’ancien paladin fut propulsé en arrière et s’écroula dans la neige. Son casque glissa à quelques mètres de lui.
Sargeras poussa un rugissement de colère. Il n’en revenait pas ! Se pouvait-il qu’il soit si affaibli ? La masse grouillante du fléau commençait à faire céder ses jambes sous lui. Il concentra sa magie. Elle coula en lui. Elle piqua chaque centimètre de sa peau, roulant sous le bronze le composant. Et d’un coup, il la libéra ! Une déferlante d’énergie noire frappa les monstres agglutinés sur lui. Les morts vivants beuglèrent, propulsés au loin. Le titan se redressa. Il avait dû utilisé beaucoup de puissance pour repousser ces minables ! Ce combat devait finir vite… Il se tourna vers le Roi Liche.
Ce dernier l’attendait, debout. Un rictus haineux barrait son visage. Du sang noir suintait de son nez, et gelait directement sur sa peau blanche. Il l’essuya du revers de son gant. Son corps se mit à trembler en voyant cette étincelle de vie étalée sur la plaque recouvrant sa main. Il empoigna son arme avec rage. Et il se précipita sur le titan.
Sargeras regarda le petit être foncer sur lui, indécis. Il fit jouer ses puissants muscles, puis, alla à la rencontre de son adversaire. Le Roi liche se prépara à parer. Le titan passa sous la garde de ce dernier et le frappa de son énorme poing en pleine poitrine. Arthas s’écroula au sol avec un bruit mat. Il grogna, roula sur lui-même, et se releva d’un bond. Raffermissant sa prise sur son arme, l’ancien paladin feinta. La lame prit une trajectoire incertaine et ricocha sur la peau de métal du titan. L’intéressé éclata de rire. Sargeras concentra toute sa magie dans son poing, et l’abattit sur son ennemi. Arthas fit un pas de coté. Mais la masse imposante de son adversaire dépassait de loin la sienne. Le coup le toucha à la poitrine et il s’enfonça dans la neige, le souffle coupé, dans un bruit de verre brisé. Son coté droit était en miette. La cuirasse en plaque était en bouillie et pénétrait sa peau. Le Roi Liche roula sur le coté, et poussa un hurlement de douleur. Il manqua perdre connaissance. Avec un grognement, il toucha l’esprit de ses esclaves. Il leur envoya l’image du titan, avec un ordre simple. L’attaquer ! Le fléau convergea vers le démon, abandonnant l’assaut sur les mortels et passa à l’attaque.
L’ancien paladin se redressa péniblement et s’éloigna du champs de bataille en titubant, laissant son ennemi aux prises avec les restes de son armée.



Lühanne feulait. Sous sa forme de félin, elle avait du mal à garder son calme. D’un coup de pattes, elle arracha le bras d’un mort vivant. Dans le dos de son ennemi, une ombre se mut. Une elfe apparut subitement, et planta ses dagues dans la gorge de la goule. La créature chuta lourdement avec un râle plaintif. Le fléau délaissa les rangs des mortels et partit à l’assaut du titan. Mirlina les regarda partir, incertaine. Son amie reprit sa forme première.
- Est-ce terminé ?
- J’ai de gros doutes…
La voleuse garda son regard fixé sur Sargeras. Ce dernier ployait sous la masse des créatures décérébrés. Mais où était le Roi liche ? Elle laissa ses yeux courir sur le champs de bataille. Après quelques secondes, elle le trouva, s’éloignant difficilement, en direction de sa citadelle.
- Il fuit !
Lühanne poussa un rugissement et laissa l’image du félin venir à elle. Son corps se changea, et en un éclair, une panthère prit la place de l’elfe. Avec grâce, elle se précipita à la suite de leur ennemi. Mirlina la regarda s’éloigner. La druidesse eut vite fait de rattraper le Roi des morts. Elle lui sauta dessus. Ils tombèrent en roulé boulé dans la neige. Ne laissant aucun instant de répit à son adversaire, elle lui grimpa dessus et referma ses crocs sur sa gorge. Mais Arthas n’était pas aussi faible qu’elle le pensait. Il apposa sa main libre sur le ventre de l’animal et libéra un voile mortel. Les crocs de la druidesse ne mordirent que le vide alors qu’elle était repoussée sur plusieurs mètres. Elle se redressa avec agilité. Arthas se remit debout également. Elle tourna autour de lui, grognant sauvagement. Son ennemi fléchit une seconde. Elle n’attendit pas plus longtemps. Elle sauta sur lui. L’ancien paladin sourit et tendit son arme vers l’animal. Cette dernière, incapable de modifier sa trajectoire, s’empala sur l’épée. Avec un petit cri de douleur, elle tenta de donner un coup de griffe à son adversaire. Puis, la dernière étincelle de vie la quitta. Sans cérémonie, Arthas laissa le corps tomber dans la neige. Il envoya distraitement une boule d’énergie impie dessus, et s’éloigna.



Mirlina regarda la scène bouche bée. Un cri venu du plus profond de sa gorge résonna au dessus du tumulte de la bataille. Elle tomba à genou et se mit à pleurer. Elle était… Elle était… Il avait osé ! Il l’avait tué ! Lühanne, sa meilleure amie, son amante… Sa voix se brisa. Elle resta là, à genou dans la neige, gémissante de douleur. Mais ce n’est pas ce qu’elle aurait voulu… Lentement, la voleuse se redressa, manquant retomber plusieurs fois. Lühanne devait être vengée… Elle dégaina ses dagues et partit à la poursuite du Roi Liche. Elle passa en trombe devant les chefs de factions sans leur décocher un regard. Un murmure la fit frémir. Sylvannas jurait. L’elfe arrêta sa course et jeta un coup d’œil vers la reine Banshee. Non pas que le fait qu’elle soit en colère lui importait réellement. Mais elle venait de se rappeler du début de la bataille. Sylvannas semblait alors sûre de pouvoir battre Arthas. Elle revit la reine noire décocher son magnifique arc ouvragé, et tirer sur le faux roi. Rappelée à l’ordre, elle avait ensuite mit les flèches à sa ceinture…
Mirlina se rapprocha lentement, discrètement. Elles étaient toujours là, fermement accrochée. La voleuse risqua un coup d’œil vers Arthas. Il avançait péniblement dans la neige, faisant de gros efforts pour ne pas tomber à chaque pas. Une silhouette au loin l’attendait, faisant tournoyer une longue lame dans ses mains. Du moins, c’Est-ce qu’elle pouvait voir d’ici. Elle reporta son attention sur la porteuse des flèches. Sylvannas aboyaient des ordres à tout va et tirait ses projectiles sur les forces ennemies. Son attention était totalement prise ailleurs, ce qui arrangeait fort bien la voleuse. Se mettant à l’abri au milieu des ombres, l’elfe s’avança aussi prudemment que possible, quasiment sur la pointe des pieds. La neige crissait légèrement sous ses chaussures. Mais fait était de constaté qu’avec le vacarme des combats, on ne l’entendait pas ! Se faufilant derrière sa cible, elle attrapa le paquet de flèches et d’un mouvement rapide et précis, découpa la mince cordelette les retenant. Puis, elle s’éloigna du champs de bataille. Devant elle, au loin, se tenait la citadelle qui déposait son ombre menaçante sur la couronne de glace. Sur sa gauche, le sol s’élevait, offrant une visibilité parfaite sur la forteresse. Un sourire en coin, limite sadique, se dessina sur les lèvres de l’elfe. Elle grimpa à toute vitesse la petite colline, puis sortit son arc. Elle tendit la corde, prit une flèche et l’encocha. Puis, elle se tourna vers Arthas. Il serait bientôt à la portée parfaite.



L’orc ouvrit lentement les yeux. Où était-il ? Il n’aurait su le dire. Il porta la main devant son visage, et fixa son regard dessus. Les contours de son corps étaient flous. Différentes couleurs miroitaient autour de lui. Il détailla son environnement. Mais il n’y avait rien de bien intéressant. Mise à part…Son regard se fixa sur une sorte de miroir. Se rapprochant comme il pouvait, il se pencha au dessus. Et ce qu’il vit là dedans lui rappela tout. Du sang, des batailles, la mort… L’orc poussa un soupir. Il vit les siens, aux cotés de l’alliance, combattre différentes créatures. Des démons ainsi que quelques morts vivants. Au loin, il voyait une masse étrange. Et sous ce tas grouillant, des yeux plein de colère, sans aucune pitié. Il déglutit. La bataille avait donc à ce point avancée sans lui ? Il devait trouver un moyen de sortir d’ici ! Son attention fut de nouveau aspiré par le miroir. Un démon érédars envoyait une salve d’ombre sur les mortels. Les mages contraient comme ils pouvaient l’attaque. Mais l’explosion en résultant souffla les rangs. Les dernières forces de la légion ardente sortirent du brouillard et tentèrent une ultime attaque. Pris au dépourvu, les premiers rangs des combattants cédèrent vite sous la poussée ennemie. Varian se redressa maladroitement. Derrière lui, un garde démoniaque attaqua Jaina. Le Roi humain contra l’arme de l’assaillant au dernier moment, et le décapita d’un seul coup. Une autre créature infernale arriva derrière lui et entailla douloureusement son épaule droite. Les démons se rapprochaient des deux humains.
L’orc poussa un cri de rage. Il vit dans le miroir que la légion s’arrêta une seconde, incertaine. Alors, cela voulait dire qu’il pouvait… ? Il allait bien voir ! Prenant son courage à deux mains, Thrall, chef de guerre de la horde, passa à travers le miroir. Il atterrit derrière la masse de gardes.
Esprit de l’eau, Esprit du vent. J’en appelle à vos pouvoirs. Permettez moi de venir en aide à mes alliés et de repousser les démons. J’ai besoin de manipuler les éclairs !
Les éléments lui répondirent positivement. Le jeune orc sentit la puissance de l’eau et du vent circuler en lui. Il concentra cette magie brute dans sa masse. Ses yeux jetèrent des éclairs bleus. D’un coup, il libéra la formidable attaque sur les gardes démoniaques et les toucha tous. Ils s’écroulèrent, calcinés. Thrall inclina la tête vers un Varian éberlué. Il posa un genou à terre, haletant. L‘attaque avait vidé ses réserves d‘énergies à une vitesse folle. Un cri dans son dos lui fit tourner la tête. Un autre démon lui fonçait dessus. Et il ne pouvait rien faire. Varian se précipita au secours de son allié. Il dévia la lame ennemie qui frôla le chaman. Mais le gangregarde n’en resta pas là. Il appuya sur son arme. La lame ripa contre celle de l’humain et entra dans son ventre. Varian émit un cri rauque, et s’affaissa. Jaina porta les mains à sa bouche, effarée. Elle secoua la tête, une larme roulant sur sa joue, et lança une boule de feu sur le démon. Il explosa. La jeune magicienne se précipita au secours de son roi. Ce dernier la regarda.
- Vous…aviez raison… Jaina… Ils… ne sont plus les mêmes…
Thrall se tenait derrière l’humaine. Celle-ci tenait la main de Varian dans la sienne.
- Tenez bon Varian, je vous en prie… Nous pourrons vous soigner… Thrall ?
Mais l’orc secoua la tête. Il avait déjà appelé l’esprit de la vie. Mais ce dernier avait répondu que l’heure du Roi humain était venue.
- Je ne peux rien faire…Je suis désolé…Roi Varian… Vous m’avez sauvé la vie… Merci.
- Nous sommes quittes…. Jaina…Prenez soin de mon fils… Thrall….respe…respectez le…en tant que souverain…
Le corps de l’humain se contracta une dernière fois… Puis il s’affaissa. Varian wyrm Roi d’Hurlevent, venait de mourir. Jaina pleurait à chaude larmes. Elle se réfugia dans les bras de Thrall. Ce dernier l’enlaça, silencieux.



Arthas chuta lourdement dans la neige et toussa. Maudit soit ce corps meurtri ! Il ne se laisserait pas vaincre comme ça, jamais ! Prenant appui sur son arme et soutenu par une force invisible, le Roi liche se releva lentement. Sa citadelle n’était plus très éloignée maintenant. Sa vue se brouilla. Il secoua la tête. Il ne devait pas abandonner. Pas maintenant ! Ces forces étaient balayés ? Peu importe ! Il reconstruirait ! Une fois remis, il serait l’entité la plus puissante qui existe. Et rien ne pourrait se mettre en travers de son chemin !
- Et bien et bien… Qu’avons-nous là ?
L’ancien paladin se figea, et risqua un coup d’œil à sa droite.
- T-toi !
Il lança un regard haineux au nouvel arrivant. Ce dernier poussa un petit rire.
- Pas ravi de me voir paladin ?
- Je te ferais payer cet affront ! Au centuple !
- Rien du tout.
Arthas sourit. Il recula d’un pas, l’air très sur de lui.
- Ah oui ?
Darkël ricana. Il dégaina son épée et d’un simple geste coupa en deux la tête d’une panthère sur sa droite. L’animal s’écroula au sol.
- Tu te ramollis vieillard.
L’intéressé cracha et leva son arme, prêt à se défendre. Il allait vendre chèrement sa peau !
- Tu es pathétique. Keltal n’est plus. Je suis tout ce qui reste. Et je suis l’avenir.
Arthas grimaça. Les paroles du chevalier n’avait aucun sens. Mais avant qu’il n’ait eu le temps de rétorquer, la lame de son assaillant le frôla, manquant de peu son cou. Le Roi Liche regarda l’épée, désemparé. Darkël ramena la lame vers lui et frappa à nouveau. Arthas réussit à contrer l’attaque. Le métal rencontra le métal dans une gerbe d’étincelle. Mais l’ancien paladin était trop affaibli. Son arme était trop lourde. Ses doigts étaient engourdis. Il lâcha Deuillegivre. La lame runique tomba au sol. L’épée du chevalier passa à travers le corps du Roi Liche. Ce dernier étouffa un hoquet.
- Imbécile… ça ne me tuera pas…
Darkël le regarda avec haine. Il retira son arme et se prépara au coup suivant.
- Et si je te décapite ?
Arthas ouvrit des gros yeux, alimentés par la peur. Il recula d’un pas, incertain. L’elfe sourit férocement et leva haut son arme. Au même moment, un sifflement bourdonna aux oreilles du Roi Liche, suivi d’un bruit mat. Il cracha. Une douleur sourde s’empara de lui. Ses veines ressortirent sous sa peau. Elles prirent une couleur verdâtre tandis qu’une chose étrange passait dedans. Arthas hurla. Ses jambes cédèrent sous lui. Il leva les yeux vers son adversaire, puis chuta lourdement au sol.
Darkël resta figé un instant. Puis, il éclata de rire. C’était pathétique. Le corps devant lui convulsait fortement. Arthas se débattait contre quelque chose en lui. Mais la bataille était perdue d’avance. L’ancien paladin tenta de s’éloigner en rampant. Mais il s’affaissa sous le manque de force. Darkël se pencha au dessus de lui.
- C’est la fin.
Il referma ses doigts sur Deuillegivre. L’épée s’illumina. L’aura entoura l’elfe et pénétra son corps. Le chevalier garda ses yeux fixés sur la lame. Son visage se déforma sous la douleur et la concentration. Des éclairs secouèrent l’arme et son corps. L’aura bleue s’échappa de l’elfe. Elle retourna vers l’épée qui poussa un murmure frustré.
- Tu peux toujours essayer. Je n’ai pas d’âme à dévorer.
Le chevalier ricana et imposa sa volonté sur l’épée. A contrecœur, celle-ci dissipa l’aura bleu, vaincue. Il reporta son attention sur le Roi Liche. Ce dernier émettait d’horribles gargouillis. Darkël fit semblant de bailler. Il fit jouer la lame entre ses doigts.
- C’est trop long !
Il empala son ennemi d’un coup sec. Arthas écarquilla les yeux. Une aura bleue l’enlaça. Les énergies du paladin s’envolèrent et pénétrèrent l’elfe. Celui-ci se redressa, les yeux fermés. Il passa la langue sur ses lèvres, se délectant de cette puissance. Puis, il ouvrit les yeux. A ses pieds, gisait le corps sans vie d’Arthas Menethil.
- Bien, maintenant…
Avant que le chevalier n’ait pu terminer sa phrase, une nouvelle flèche fendit l’air et se planta dans son épaule. Le choc fit tomber l’elfe à la renverse avec un grognement. Comme pour Le Roi Liche avant lui, ses veines ressortirent et prirent une couleur verte. Il hurla, se débattant. Finalement, Darkël se releva tant bien que mal. Un projectile le manqua de peu, rasant son oreille. Un nouveau frappa son bras. Le chevalier résista tant bien que mal à la puissance du coup, et resta campé sur ses jambes. Mais il sentait déjà le poison courir ses veines. Même si la substance n’était pas prévue pour le tuer lui, elle lui faisait un mal de chien ! Et les dommages pourraient s’avérer fatals… Avec un grognement, il se mit en route vers la citadelle, évitant tant bien que mal les flèches qui sifflaient autour de lui. Il pénétra dans la forteresse…Et s’écroula mollement.



Sargeras poussa un rugissement. C’en était assez ! Ces créatures pathétiques, indignes de fouler le sol, osaient se mettre en travers de sa route ? Foi de titan, il ne se laisserait pas abattre par ces minables ! Laissant une nouvelle fois sa magie s’écouler en lui, il envoya une onde de choc qui envoya virevolter les derniers morts vivants au loin. Reprenant son souffle, le titan noir posa son regard sur l’armée ennemie. Il vit le dernier de ses soldats succomber, entraînant avec lui un orc et une elfe. Les mortels n’étaient plus très nombreux, pourtant, leurs forces se comptaient encore en centaines. Mais, où étaient les restes de son armée à lui ? Ils ne pouvaient pas avoir été vaincu par des monstres décérébrés sans forces et des mortels sans pouvoirs ! Une aura magique explosa contre son oreille, lui causant une douleur atroce. Sargeras tourna lentement la tête, une main sur sa blessure, et dévisagea un orc à la mine étrange. Ce dernier lui lançait un rictus plein de haine. Sans rien dire, il sauta dans les airs. Le titan regarda, abasourdit, la petite créature puiser dans ses réserves d’énergies pour invoquer un trait de l’ombre surpuissant. Il se reprit. Il ne savait pas comment, mais l’orc avait une puissance folle. Il s’apposa rapidement un bouclier réflecteur. Le sort frappa sa défense de plein fouet. Les forces de Sargeras faiblirent, mais le bouclier tint bon. L’attaque repartit sur le démoniste. Orbrim jura, et invoqua une protection contre l’ombre. L’attaque le toucha, drainant la protection, puis explosa, projetant le petit mortel au loin.


Killmaster tomba lourdement au sol, et cracha du sang. Bien qu’affaibli, le titan restait un formidable adversaire. En réalité, il était même beaucoup plus puissant que tout ce qu’Orbrim avait jamais vu. Il n’était pas de taille. Mais, vu son propre état, il ne pouvait rester sans rien faire. Il se releva, et disparut dans un nuage de souffre. Il réapparut derrière son ennemi, et relança une attaque simple. Mais Sargeras y était préparé. Le titan fit un simple pas de coté, évitant l’attaque, qui fonça sur les mortels. Avec un sourire triomphant, il fit face à l’orc.
- Non !
Orbrim regarda, impuissant, son sort foncer droit sur ses camarades. Une ombre couvrit le champ de bataille. Un dragon apparut subitement entre le titan et les mortels. La boule d’ombre quant à elle, filait vers les cieux. Le démoniste écarquilla les yeux. Il ne savait pas comment, mais son attaque avait été déviée. Des bruissements d’ailes attirèrent son attention vers le ciel. Dans un concert d’hurlements et de battements d’ailes, les dragons fondirent sur le titan. Ils délivrèrent des torrents de flammes, des déflagrations arcanique. Chaque vol allait de sa spécialité pour repousser le démon. Le concerné frappait les cieux au hasard, attrapant de temps à autre un des léviathans qu’il broyait dans sa main. Mais il n’arrivait pas à endiguer le flot d’attaque sur sa personne. Les mortels au sol n’étaient pas en reste. Profitant de l’inattention du titan, ils se mirent à couvert. Les différents maîtres de la magie déchainaient leurs forces sur leur ennemi. Les fusils et les mortiers crachaient leurs projectiles. Sargeras essuyait une véritable tempête d’énergie. Il usa à nouveau d’un bouclier. Mais la puissance des attaques le détruisit instantanément, causant des pertes minimes chez les défenseurs d’Azeroth. Il n’en revenait pas. Lui, le puissant champions des titans, le redoutable maître de la légion ardente, lui qui avait détruit des milliers de mondes, il allait mourir ici ? Ainsi ? Non ! Il refusait ce destin peu glorieux ! Sa croisade n’était pas fini ! Azeroth devait être purifiée elle aussi. Malgré ses forces qui déclinaient, il se redressa. Les combattants cessèrent leurs attaques une seconde ou deux devant l’imposante carrure du démon. Sargeras poussa un cri de rage et concentra sa magie au bout de ses doigts. Une boule d’énergie commença à prendre forme.


Orbrim déglutit. Il n’y avait pas de temps à perdre. Il invoqua les pouvoirs de l’ancien et se précipita sur le titan. Déployant une quantité de magie considérable, il frappa le torse du démon. Ce dernier poussa un hurlement. Sa concentration se brisa. Son attaque se dissipa. Il recula d’un pas en titubant, une main posé sur son torse. Comment ? Oui, comment ! Une créature aussi insignifiante avait osé le blesser ?! Le démoniste flottait devant lui. Son épiderme se désagrégeait, laissant entrevoir son lui profond, un être d’ombre. Sargeras envoya un éclair noir de ses yeux. Killmaster se retrouva tétanisé. Sargeras en profita pour aplatir son ennemi au sol. Il posa le pied sur le corps meurtri et l’écrasa. Orbrim hurla de douleur alors que tout les os de son corps se broyaient sous la pression. Il concentra les dernières forces qui lui restait et planta ses doigts dans la peau du titan. Malgré la résistance qu’il rencontra, ses mains rentrèrent dans le pied de son assaillant. Il déversa sa magie. Sargeras n’eut aucune réaction. Les dernières pensées d’Orbrim furent pour sa femme et son fils. Il ne tiendrait pas ses promesses. Il ne reviendrait pas. Il ne vengerait pas son peuple. Dans un dernier souffle, il maudit le titan. Puis son corps se désintégra sous la puissance du démon.



Galathea poussa un cri muet et serra son fils contre elle. Une larme roula sur sa joue. Il était mort. Elle ne savait pas comment, mais elle l’avait sentit. La douleur, physique et morale, le désespoir, l’amère défaite, la mort… Tout ce que son mari avait éprouvé, elle le ressentait. Elle regarda son fils, dernier vestige de son amour perdu. Ils étaient seuls maintenant. Elle chercha les meilleurs souvenirs d’Orbrim dans sa mémoire. C’était de sa qu’elle devrait se souvenir. Si les mortels gagnaient, elle savait que ce serait grâce à lui de toute manière. La puissance du démoniste imprégnait encore l’air, se dissipant petit à petit. Il était mort avec honneur. Elle recula, et se rapprocha des civils, qui attendaient, anxieux, la fin de la guerre ou de la planète, selon le vainqueur.



Sur les conseils de la reine dragon, les mortels s’étaient éloignés des lieux du combat. Ainsi, les vols draconiques avaient toute la place pour déchaîner leurs magies. Une véritable tempête d’énergie s’abattait sur le titan. Ce dernier se protégeait comme il pouvait, cherchant un moyen efficace et rapide pour se débarrasser de ses opposants et prendre cette planète une bonne fois pour toute. Bien entendu, les mortels prenaient eux aussi part à la bataille. Si le gros de l’armée avait été déplacé et mise à l’abri, les lanceurs de sorts et autre fusiliers et canonniers en tout genre ne se privait pas d’apporter leur pierre à l’édifice.
Sargeras décida qu’il était temps d’agir. Laissant la magie démoniaque parcourir son corps, il la canalisa un instant, puis libéra une nouvelle onde de choc. Les dragons furent balloter au loin. Quelques mortels trop téméraire furent broyés par l’attaque. Libre de ses mouvement, le titan se focalisa sur les petits êtres. Avec une rapidité que sa taille ne laissait soupçonner, il arriva au milieu d’un petit groupe de mage. D’un simple geste, il raya jusqu’à leur existence de la surface du globe. Un dragon se précipita sur lui. Sargeras fit un pas de coté pour l’éviter. Puis, usant de sa sombre magie, concentrant ses pensées sur l’image du léviathan, il lança un sort diabolique. Tout d’abord, les écailles vertes du dragon se détachèrent les unes des autres. Puis, une force invisible les arracha une à une, soutirant à la créature des cris de douleur à vriller les tympans. Sargeras se léchait les lèvres, jubilant. Le sort gagna en intensité, enlaçant le dragon dans une bulle violette. Le cocon rétrécit au fur et à mesure que son prisonnier se débattait. Ses chairs se liquéfiaient à une vitesse ahurissante. Puis vint le tour de ses os. Finalement, la boule se volatilisa, et le liquide infâme qu’était devenu le léviathan tomba sur le sol dans un bruit mat. Le démon semblait au bord de l’euphorie.
Sargeras ricana, délaissa les restes de son adversaire et se tourna vers l’armée des mortels. Il réunit à nouveau ses énergies dans le bout de ses doigts. La boule magique grossit de façon considérable, assombrissant le champ de bataille. L’énergie noire crépita. Puis, elle faiblit avant de tout simplement disparaître.
- Mais que…
Sargeras posa un genou à terre, le visage déformé par un rictus de douleur. Que lui arrivait-il ? Une étrange douleur envahissait son corps, tel un poison vicieux qui brûlait chaque fibre de son être. Il sentait la noirceur gagner en intensité au fur et à mesure qu’il luttait contre l’affaiblissement. Cette magie était profondément enfouie en lui. Comment avait-il pu ne pas la voir avant ? D’où venait cette corruption qui passait par son sang pour toucher tout son être ? L’image d’un orc au corps d’ombre s’imposa à lui. Sargeras frémit. Ce misérable avait … ? Non ! Il était Sargeras ! Maître incontesté de la légion ardente ! Cette…souillure ne pouvait le vaincre ! Son corps se contracta. Il hurla. Sa main ! Il avait l’impression qu’on l’avait plongé dans de la lave en fusion, ou de l’acide… C’était comme si elle brûlait de l’intérieur. Il la porta devant son visage et se figea. Le bronze de sa peau dégoulinait lentement, laissant place à ce quel les mortels appelaient la chair. Jamais le titan n’avait été plus surpris et effrayé. Il avait l’impression que sa mâchoire allait se décrocher tant elle pendouillait. Ses yeux étaient sur le point de sortir de leurs orbites tant ils étaient grand ouvert. Faible. Voilà ce qu’il était. Cet étrange sortilège se propageait à tout son corps, réduisant ses pouvoirs et sa concentration à néant. Sa nouvelle peau était comme celles des misérables peuplant la planète. Elle était faible, facile à déchirer, à percer ! Le démoniste lui avait donné la malédiction de la chair touchant les habitants de ce monde.


Profitant de la faiblesse du titan, les vols draconiques se mirent en cercle au dessus de lui. Sargeras tenta de se redresser, en vain. Les léviathans déchainèrent leurs pouvoirs sur lui. Le démon hurla, cherchant une solution pour se défendre. Mais sa peau se craquelait sous l’avalanche de magie. Son sang suintait de ses multiples blessures. Son cerveau vibrait. Tout son corps était tendu, prit de spasmes puissant. Il était totalement à leur merci. La corruption continuait de s’insinuer en lui. Chaque centimètre de sa peau se transformait. Il ne tiendrait plus longtemps. Mais il ne mourrait pas seul. Décidé à jouer le tout pour le tout, Sargeras concentra les ultimes ressources qui lui restaient. Etrangement, ce fut plus facile qu’il ne le crût. Certainement car il commençait à ne plus rien sentir tant la douleur était immense et provenait de partout à la fois. Il laissa les derniers vestiges de sa puissance s’insinuer dans chaque cellule le composant. Tout son être se chargea en magie sauvage. Sa peau s’électrifia. L’énergie se chargea, comme dans un accumulateur. Puis, avec un rictus haineux, il relâcha toute l’énergie. Son corps entier se transforma en une bombe d’une puissance terrifiante. L’air devint lourd et étouffant. Sargeras hurla. Sa chair se déchira. Une forte explosion ébranla les fondations même du monde. Une puissante déflagration balaya la zone, emportant avec elle les restes du titan. La puissance libérée parcourue la région, hachant menu les fous trop près de l’épicentre. Les mortels tombèrent à la renverse. Un calme lourd se posa sur la couronne de glace.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 13:56

Epilogue.


Un soleil au teint rouge se levait à l’est, baignant le mont Hyjal d’une douce lumière cuivrée. Les rayons filtraient au travers des branches mortes de l’Arbre Monde. Les oiseaux chantonnaient gaiment sur des notes douces. Au sol, des notes de musiques s’élevaient d’instruments diverses. La guerre était finie. La bataille finale avait prélevé un lourd tribut. Les morts ce comptaient en milliers. Le Roi Liche avait disparu. Sargeras, l’effroyable maître de la légion ardente était mort après une attaque d’une puissance inouïe. Les mortels avaient survécus malgré tout. L’aide des héros avait été décisive.
Thrall regarda la foule assemblée, lisant la joie et le soulagement sur les visages et sourit. Oui, ils avaient beaucoup perdu. Mais ils en étaient sortit plus fort et plus unis que jamais. Tyrande lui fit signe. Le chef de guerre inclina la tête et la rejoignit. Ensemble, ils montèrent sur la petite estrade devant l’arbre Monde, rejoint par les autres chefs de factions. Ils firent face à l’assemblée. Les dragons arrivèrent, décrivant de larges cercles dans les cieux avant de se poser. Ils s’inclinèrent devant les mortels. Thrall leva haut les mains. Peu à peu, le silence s’installa.
- Nous avons connu des moments difficiles. Ce monde, celui sur lequel nous vivons, celui que nous aimons, a beaucoup souffert.
L’assemblée resta silencieuse, écoutant.
- Des créatures venant d’autres mondes ont essayé de le détruire. De nous anéantir. Chacun de nous à payer un lourd tribut de ses attaques. Je pense notamment aux humains, qui ont perdu leur roi dans cette ultime bataille. Mais également aux Sindo’rei, qui ont faillit être détruit par leur propre prince et qui aujourd’hui, n’ont plus de chef, Lor’themar étant tombé au combat. Il y a eu beaucoup trop de sacrifice, de mort. Mais à présent… Que nous avons vaincu ces menaces… Nous pouvons dire que ces sacrifices n’étaient pas inutiles. Que nous sommes toujours là. Alors je vous demande une chose. En leur mémoire. En mémoire de leur sacrifice ! Varian, Cairne, Vol’jin, Velen, Lor’themar… Orbrim…( En entendant le nom, Galathea poussa un soupir de reconnaissance. Il n’était pas oublié… ) et pour tous nos frères morts au combat…Honorez-les !
Thrall poussa un rugissement puissant. Les orcs suivirent leur chef, hurlant à s‘en déchirer la gorge, bien vite imités par toutes les races présente. Un concert de cris retentit dans la région. Les dragons y allèrent de leur torrent de flammes et rugissement pour ponctuer cet hommage. Après quelques temps, le silence revint. Alextraza prit sa forme d’elfe et s’avança sur l’estrade. Thrall se recula respectueusement, lui laissant la place.
- Oui… Ne les oubliez pas. N’oubliez pas leur sacrifice. N’oubliez pas l’héroïsme dont-ils ont fait preuve. Et je vous demande de garder le souvenir d’une autre personne… Keltal. Un elfe de sang, un paladin. Il a donné sa vie pour détruire Yogg-saron… Et sauver tout nos peuples.. ( La voix de la dragonne s’enroua. Elle garda le silence une minute, puis reprit.) C’est votre victoire, par votre alliance. Cela montre bien que vos querelles ne doivent pas vous entraver. Ce monde a connu bien trop de guerre. Votre union est la véritable défense de ce monde. Celle qui doit tenir au-delà de toutes les autres. Conservez la…. Faites ce don à notre monde. Nous, dragons, avons été les gardiens d’Azeroth. Aujourd’hui, c’est votre tour.
Alextraza s’écarta et montra l’Arbre Monde. Les autres chefs des vols draconiques la rejoignirent sous formes humanoïde.
- Si vous restez unis, alors l’Arbre Monde, que nous avions autrefois offert aux elfes en remerciement de leurs sacrifices, sera également le vôtre. Aujourd’hui, nous, vols draconiques, décidons de redonner les pouvoirs à l’arbre de vie. Moi, Alextraza, Aspect de la vie, je vous offre la résistance aux maladies et la force. ( Elle se tourna vers les réprouvés ) Et vous promet de mettre mon énergie à contribution pour vous sauver de cet état.
Sylvannas s’inclina légèrement, troublée. Les réprouvés poussèrent des acclamations.
Une lueur rouge s’échappa des mains de la reine dragon et frappa l’énorme tronc. L’arbre Monde grandit légèrement. De petites feuilles couvrirent le bois qui reprit une couleur marron. Elles grandirent bien vite pour lui redonner son aspect d‘antan. Nozdormu s’avança.
- De mon coté, j’offre aux mortels… L’immortalité. ( L’ébauche d’un sourire apparut sur son visage.) Tant que vous restez unis, tant que vous ne combattrez plus les uns contre les autres….( L’intemporel ouvrit les mains, et une lumière jaune s’envola vers l’arbre, et le baigna.) Vous vivrez éternellement.
Les feuilles gagnèrent en taille, devenant plus colorée, plus vivante ! Ysera s’avança à son tour.
- Je vous offre… Un monde verdoyant. Mes disciples et moi-même travaillerons à rendre à Azeroth sa beauté d’antan. Et certains d’entre vous se verront offrir mes pouvoirs sur la nature…
Une lueur verte engloba le tronc. L’arbre grandit encore. De nouvelles branches poussèrent, et de nouvelles feuilles virent le jour.
Kalecgos se mit devant l’assemblée, mal à l’aise. Il bégaya légèrement.
- Q-Quand à moi… Je vous offre l’usage de la magie…Et sa compréhension. Tant que vous en ferez un usage consciencieux, alors, vous pourrez puiser dans l’arcane même. La magie est partie intégrante de ce monde…Et de vous désormais.
La zone baigna dans une lumière bleutée. L’Arbre Monde grandit encore. Le Mont Hyjal se recouvrit d’herbes et de fleurs aux tons allant du rouge au bleu en passant par le fuchsia et le jaune. Les mortels regardèrent, émerveillés. Elles étaient toutes plus belles les unes que les autres, et elles continuaient à perte de vue. Les festivités reprirent, et terminèrent tard dans la nuit. Azeroth semblait être en paix pour longtemps.
Du haut d’une colline, Mirlina regarda le spectacle. Elle laissa les larmes obstruer sa vue, et couler le long de ses joues. Lühanne aurait été fière. Quand à elle, elle n’avait plus sa place dans ce monde. Elle y était étrangère. Et elle devait s’assurer que rien d’autre ne menacerait la planète. Elle devait vérifier qu’il était bien mort….



Une vent froid soufflait sur la Couronne de glace, emportant avec lui les cendres de la bataille et les dispersant. Le Northrend était entièrement ravagé. D’énormes cratères détruisaient le paysage. Toute vie semblait avoir quitté ce continent. La citadelle du Roi Liche était quand à elle miraculeusement intact. Bien qu’elle semblait déserte au premier abord, il n’en était rien. Quelques survivants du fléau avaient trouvés refuge dans la forteresse… Et autre chose.
L’intrus avançait difficilement, traînant derrière lui une large lame. Des grognements ponctuaient ses mouvements. Le sol derrière lui était maculé de sang. Des grondement et diverses écho résonnaient à ses oreilles, semblant venir de partout à la fois. Et à chaque fois, il se mettait en garde, prêt à se défendre chèrement. Mais rien ne venait. Le silence, le noir et rien de plus. Alors, il reprenait péniblement sa route, aux aguets.
Les secondes devinrent des minutes, les minutes des heures, les heures des jours. Depuis combien de temps tournait-il dans cet endroit ? Une goule surgit au détour d’un couloir et lui sauta dessus. L’homme leva son épée et laissa la créature s’empaler seule sur l’arme. Le chevalier poussa un grognement et retira maladroitement sa lame du corps pourrissant. Reprenant son souffle, il s’éloigna en titubant, visiblement exaspéré.
La citadelle était plongée dans une semi pénombre qui la rendait plus inquiétante qu‘à l‘ordinaire. Chaque ombre se transformait en silhouette menaçante, chaque bruit se répercutait en écho. Finalement, il arriva aux portes de l’aile de sang. Si ce qu’il cherchait se trouvait quelque part en ces lieux, c’était forcément ici. Il poussa un soupir de soulagement, et pénétra dans le long couloir. Un petit escalier le séparait de la première salle. Prenant une longue inspiration, il avança prudemment, et monta la première marche. Il continua, passant la deuxième, puis la troisième. Son corps était lourd et perclus de douleur. Son pied cogna dans la dernière marche, et il s’étala de tout son long sur le sol avec un bruit sourd qui se répercuta à n’en plus finir. L’intrus cracha. S’il restait encore de ces créatures décérébrées, elles allaient rappliquer rapidement. Il se redressa en prenant appui sur sa longue arme runique. Faible… Mortel… Voilà ce qu’il était devenu. Il porta une main ensanglantée à son visage et toussa. Son corps se détériorait. Avant, il n’aurait pas souffert à ce point. Mais maintenant…. Il devait faire vite. Il s’aida du mur pour continuer sa progression. La première salle était vide. Il jura. Et s’il n’y avait plus rien ? Il aurait fait tout ça pour mourir ici ? Non ! Jamais ! Personne ne l’empêcherait de prendre son destin en main. Il quitta la pièce et pénétra dans une seconde. Son regard se posa presque immédiatement sur la lumière rouge qui éclairait le fond de la salle. Le cœur de l’homme fit un bond dans sa poitrine. Maladroitement, il se précipita sur l’artefact. Sa chance de salut était toute proche maintenant. Il se prit les pieds dans quelques chose de dur et trébucha avec un bruit de verre brisé. Le sol était jonché de globes en verre brisés. Le sang de l’inconnu ne fit qu’un tour. Quelqu’un prenait toutes les orbes… Il se releva et tomba nez à nez avec une goule. La lueur rouge de l’orbe vacilla , puis s’approcha. Et une voix froide et dure comme l’acier résonna.
- Alors alors… Il semblerait que nous ayons un visiteur ? ( Il ricana. ) Cette orbe est à moi. Tuez-le !
Deux autres goules s’approchèrent, l’une sur la gauche de l’intrus, et l’autre sur sa droite. Il allait devoir combattre…Très bien ! Il ne serait pas dit qu’il était mort à genou !

Avec une vivacité que son état ne laissait soupçonner, l’homme faucha son premier ennemi. Les deux autres goules sautèrent sur lui. Il se laissa tomber au sol, et poussa un cri quand un bout de verre pénétra sa chair. Une blessure de plus… Il grimaça, roula sur le coté, et se redressa avant que les goules ne se soient remit à sa poursuite. Un éclat blanc illumina les yeux de l’intrus. Un sourire carnassier se dessina sur ses lèvres. Il laissa un voile d’énergie blanc parcourir son corps. Le bout de verre sortit de sa chair, et se brisa sur le sol. La plaie du chevalier se referma tout simplement. Un éclair blanc éclaira la salle, et une boule de lumière foudroya l’une des deux créature, suivie par une boule d’ombre qui fit exploser la seconde. Sans état d’âme, l’homme s’avança, marchant sur les corps pourris. Le nécromancien recula d’un pas, incertain. Il raffermit sa prise sur l’orbe, et commença à en puiser le contenu. Un éclair rouge se précipita sur le chevalier qui tomba au sol en grognant. Il se releva d’un bond, couru jusqu’à son adversaire, et le décapita avant de le laisser faire quoi que ce soit d’autre. Son épée s’illumina brièvement, et une aura bleue l’entoura ainsi que son propriétaire. Le nécromancien resta figé sur une expression d‘incompréhension totale. Ses doigts s’ouvrirent, et la sphère tomba. L’inconnu la rattrapa in-extrémis, se blessant à nouveau sur le verre brisé. Son corps avait beaucoup souffert de son état lumineux et était dans un état encore plus pitoyable. Puisant dans ses dernières forces, il ponctionna toute l’énergie sanguine de l’orbe. Aussitôt, son corps se tendit, et il poussa un cri de douleur mêlé à la joie. Ses plaies se refermèrent, sa peau et sa chair se recomposèrent. En un instant, il était sur pied. Mais il se sentait encore un peu faible. Il s’en alla fouiller les salles suivantes. Il ne restait que deux autres orbes. Il en consomma une immédiatement, et rangea l’autre dans un sac à sa ceinture. A présent, il pouvait s’atteler à son autre tâche…


La jeune elfe garda son regard fixé sur les ténèbres. Depuis combien de temps avançait-elle ainsi, à l‘aveuglette ? Elle déglutit, et s‘obligea au calme. Mais le silence ambiant n‘était pas rassurant… Il était lourd et l‘oppressait ! Elle secoua la tête. Elle ne devait perdre de vue ses objectifs ! Surtout pas ! La jeune femme reprit sa route. Au bout d’un long moment, les salles de l’aile de sang s’ouvraient à elle. Une macabre découverte l’y attendait. Elle se pencha sur les corps sans vie. Sa cible était certainement responsable de ce carnage… Mais elle n’était plus là. L’elfe poussa un soupir de désespoir. Où pouvait-il bien être passé ? … Au même moment, une terrible secousse fit trembler toute la citadelle. Puis, d’autres survinrent. Mirlina se figea. Ça n’augurait rien de beau… Elle fouilla la salle du regard et s’approcha d’une fenêtre isolée. Elle la brisa d’un coup de dague et jeta un coup d’œil à l’extérieur. Elle recula précipitamment, effarée. Le ciel, il bougeait ! Ou plutôt, c’était la citadelle qui bougeait… Elle se soulevait… Et des bruits de concassions résonnaient à l’extérieur. Les secousses semblaient venir des sous-bassement de la citadelle. Quoi qu’il se passe, sa cible en était responsable, elle le sentait ! Et elle allait l’arrêter.


Après une bonne heure de recherche, elle finit par le trouver. L’inconnu était là, en train de manipuler une boule bleue, certainement une orbe de contrôle quelconque ! Discrètement, elle se faufila dans la pièce. Sa cible ne semblait pas l’avoir remarqué. Parfait ! Elle se rapprocha de lui, marchant sur la pointe des pieds. Sa dague alla presque d’elle-même dans sa main, prête à égorger. Le bras de la voleuse passa au dessus de l’épaule du chevalier, et la lame lécha la peau. Puis, elle frappa. Ou plutôt, il frappa. Mirlina se retrouva trois mètres plus loin, une main sur le ventre, le souffle coupé. La cible ricana, ramenant son pied vers lui.
- Tu es très discrète. J’ai bien cru un moment jouer de paranoïa. Mais tu as trop tardée à frapper petite fille.
Mirlina se redressa tout en adressant un regard noir à son ennemi.
- Je n’ai pas de conseil à recevoir d’un monstre comme toi !
L’intrus pinça les lèvres.
- Un monstre ? Oh, mais c‘est très méchant ça… Et puis, je me considère plus comme… Un vrai démon !
D’un coup, il dégaina une large épée à la lame bleue. Frostmourne vibra entre ses doigts. Il sourit, et se déplaça avec une vitesse ahurissante. En l’espace d’une seconde, il était dans le dos de la voleuse. Celle-ci eut à peine le temps de voir le déplacement qu’un poing la cognait en pleine tête. Darkël ricana et attrapa l’elfe dans sa main libre.
- Quel dommage que ce combat si prometteur s’achève déjà.
Il attaqua avec Frostmourne ! Hébétée, Mirlina ne dût son salut qu’à son incroyable volonté de vivre. Au dernier moment, elle se contorsionna, évitant la lame de justesse. Dans le même mouvement, elle envoya un bon coup de pied dans la mâchoire de son adversaire qui lâcha prise, sous la surprise ou la douleur, elle n’aurait pu le dire. Toujours est-il qu’il émit un grognement et se mit en garde. Mirlina en profita pour se remettre debout, et masser l’arrière de son crâne qui sifflait. Le chevalier la fixait du regard, la jaugeant. Puis, il sourit férocement.
- Plus forte que je ne le croyais. Tu feras un parfait petit soldat.
La voleuse le regarda sans comprendre. Puis, ses yeux s’arrêtèrent sur la lame runique, et l’image de son amie changée en bête aveugle lui revint d’un coup.
- Tu ne m’auras jamais créature impie !
Elle fonça sur lui. Darkël leva haut son arme. Mirlina sourit. Il réagissait comme elle l’avait prévu. Laissant ses jambes céder sous elle, elle glissa sous le chevalier et d’un mouvement vif et précis, planta sa dague dans son dos, transperçant l’armure. Son ennemi poussa un cri de douleur et lui donna un nouveau coup de pied dans le ventre avant de s’effondrer. Mirlina se releva maladroitement et s’approcha prudemment du corps. Elle posa la main sur la poignée de sa dague. Mais au moment où elle allait la reprendre, le chevalier se redressa et fit tournoyer son arme. Elle recula précipitamment, la lame ripant contre son plastron, laissant une belle trace de coupure. Darkël recula d’un pas ou deux, un rictus haineux le défigurant. Il empoigna la dague et la tira d’un coup sec, non sans émettre un cri inhumain au passage. Finalement, la lame sortit de sa chair, qui se referma aussi sec. Il dévisagea la voleuse.
- Tu ne devrais pas laisser tes armes sur tes ennemis. ( Il accrocha l’arme à sa ceinture.) Ne t’inquiètes pas. Je te ferais oublier tes mauvaises habitudes, esclave.
Mirlina recula d’un pas, apeurée. Mais comment avait-il fait ça ?! Il n’était pas humain ! Son dos saignait abondamment et d’un coup, il n’y avait plus rien ! Et maintenant, elle se retrouvait amputé d’une arme… La charge de son adversaire la tira de sa rêverie. Elle fit une roue sur sa gauche et contre-attaqua aussitôt. Mais Darkël avait disparu. Elle balaya la salle du regard. Personne. Pourtant, une sensation dans sa poitrine lui disait qu’il était toujours dans la pièce. Elle se sentait oppressée. Soudain, la voix du chevalier résonna, la faisant sursauter.
- L’ombre et la lumière… On pourrait presque dire le noir et le blanc. A eux deux, ils regroupent toutes les couleurs qui existent. Et si on arrive à les modeler… Alors on peut se fondre dans le décor !
Son rire résonna dans toute la pièce. Mirlina recula, en proie à la panique, donnant des coups autour d’elle, au hasard. Puis la voix de son ennemi s’éleva à nouveau, mais juste derrière elle. Il murmurait à son oreille.
- Tu as déjà perdu.
D’un geste vif, elle se retourna et frappa de sa dague. Darkël réapparut et attrapa le bras de la voleuse. La lame s’arrêta à quelques millimètres de sa gorge.
- De plus en plus impressionnant.
D’une simple torsion du poignet, il fit lâcher l’arme à la jeune femme et lui brisa la main. Mirlina recula en toute hâte, des larmes obstruant sa vue, la douleur secouant tout son corps. Le chevalier la regarda gémir et s’avança, prenant un malin plaisir à tourmenter sa victime avant d’en finir, se délectant de sa souffrance. La voleuse prit un objet à sa ceinture, et le jeta au sol à ses pieds. Un nuage de fumée s’éleva et aveugla le chevalier. Darkël jura et fit tournoyer son arme pour chasser le brouillard. Mais une fois fait, sa cible avait disparue. Il sourit. Elle était toujours dans la pièce. Ou trop arrogante pour s’enfuir, ou trop faible pour y parvenir. Toujours est-il qu’elle était camouflée, mais pas hors de danger. Le corps du chevalier se chargea en énergie d’ombre et de lumière. Il libéra la magie, envoyant des ondes des deux forces dans toute la salle.
Sur sa droite, Mirlina réapparue et tomba lourdement sur le sol, haletante. Sans émotion, il s’approcha d’elle et se mit à genou.
- Et voilà. Tu souffres et on en arrive au point que j’avais mentionné. Mais n’ai crainte, j’y ai prit beaucoup de plaisir.
Il lâcha un rire mauvais puis leva haut Frostmourne. L’épée s’illumina d’un éclat maléfique. Il l’abattit. Mais Mirlina, dans un dernier sursaut d’énergie, roula sur le coté et se redressa. Elle soufflait fortement, son corps ruisselant de sueur, ses yeux mis clos noyé par ses larmes. Le chevalier inclina la tête de coté, attendant. Mais elle ne bougea pas. Elle peinait déjà à rester debout apparemment. Avec un soupir, Darkël la rejoignit. Mirlina tenta le tout pour le tout. Sa main glissa jusqu’à sa ceinture. Puis, elle fit un pas de coté, manquant de perdre l’équilibre et attaqua. Son ennemi sourit. La main de la voleuse s’arrêta juste devant les yeux du chevalier dans un hoquet. Elle regarda son ventre, puis son adversaire avec incompréhension. Avait-elle été si lente ? La lame de l’ennemi la transperçait.
- Ce sera sans douleur.
De sa main libre, Darkël absorba l’énergie vitale de la voleuse. Le corps de cette dernière convulsa fortement. L’énergie d’une couleur grise tirant vers le blanc l’engloba. Il la toucha, créant des pics acérés, la modifiant jusqu’à ce qu’elle devienne rouge et agressive. Alors seulement, il la relâcha sur sa propriétaire. La force passa à travers l’épée qui les reliait toujours. Frostmourne ajouta sa propre magie à la force vitale. Une aura bleue s’y mêla, et des étincelles résultèrent de cette nouvelle transformation. Darkël fronça les sourcils, légèrement inquiet. Mais l’énergie continua sa route et retourna dans le corps de sa propriétaire. Le chevalier retira son épée. La plaie se referma. Mirlina respira à nouveau. Tout était parfait. Darkël tendit les doigts vers sa nouvelle servante sans ajouter un mot. Elle posa sa main blessée dans la paume de la sienne. Une aura blanche partit du chevalier vers le poignet brisé. Aussitôt, il dégonfla et reprit une posture normale. Mirlina fit jouer ses articulations. Il était comme neuf.
- Tu es la première. Prête ?
Elle acquiesça en silence. Que pouvait-elle faire d’autre ? Il était son maître. Ou du moins, il le croyait. Mirlina sentait au fond d’elle que l’épée du chevalier avait interagi d’une quelconque façon dans le remaniement de sa force vitale. Lui avait-elle laissé son libre arbitre ? Elle n‘aurait su le dire. Mais elle n‘était pas idiote. L‘épée liait les âmes. Hors, être l‘esclave d‘un être tout puissant ou d‘une arme était la même chose au final. De plus, elle n’avait toujours pas la force pour le vaincre.
Darkël décrocha la dague à sa ceinture et la tendit à la première. Cette dernière la reprit. Puis, sans un mot, il s’éloigna, Mirlina sur ses talons. Ils descendirent un escalier jusqu’à présent voilé, et arrivèrent dans d’anciennes cavernes creusées par les nérubiens. Ils longèrent un couloir aux murs de bronze. La couleur changea pour devenir bleue foncée avec des teintes jaunes ors. Les murs étaient recouverts d’anciens écrits, semblables aux hiéroglyphes. Ils pénétrèrent dans une pièce gigantesque. Et ce que vit Mirlina lui figea le sang sous le rire dément de Darkël. La guerre n’était peut être pas finie…



Fin

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 14:01

Lühanne a écrit:
( Han, ya pu personne qui lit ! Bon, beh tant pis, je poste quand même la fin ! Razz )
Han ! j'attendais la fin pour imprimer le tout et le faire relier !
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 14:07

Et bah, elle est là la fin Very Happy
Je demande pardon pour les fautes, et les erreurs de style, elles sont nombreuses...
J'ai amélioré mon style, je vous le promet...
Ptete qu'un jour, je vous mettrais le prologue de mon récit...
On verra Smile

Bonne lecture à tous !

Lühanne - Qui stresse sur les possibles avis... oO

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 14:51

Nul nul nul!!!


















Mais non, c'était bien, en tout cas bravo, en un seul chapitre, tu écris plus q'une bd de wow.
Tu as un don pour l'écriture continu sur cette lancée. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 15:30

Lühanne a écrit:
Lühanne - Qui stresse sur les possibles avis... oO

Ne t'inquiète pas, j'ai toujours été un lecteur très lent, je prends mon temps !
Et puis, je dois finir Procrastination avant toute chose ! Livre commencé, livre à finir ! (et avec ce livre je n'ai pas l'impression de perdre mon temps, hu hu)
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 16:00

Han ! Lina trouve ça nul ! OUIN !

Lühanne - Qui, du coup, n'a pas lu le bas du message Razz

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mar 21 Juin 2011, 16:48

Lühanne a écrit:
Lühanne - Qui, du coup, n'a pas lu le bas du message Razz
Ne lie pas, c'est un chat, ça n'en vaut pas la peine !
Est-ce que je lis moi après tout ?

Aëthu - qui n'a pas dit de bêtise, non, du tout
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mer 22 Juin 2011, 15:44

xD
Bon, ya personne qui lit donc !
Quoi ? :p
Maieuh !
Ah si, Lina Smile

Lühanne - Qui flood, flood, flood...

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Mer 22 Juin 2011, 19:16

Lühanne a écrit:
Lühanne - Qui flood, flood, flood...
Aëthu - qui peut flooder aussi si il veut
Revenir en haut Aller en bas
yümï
Sage
avatar

Messages : 1179
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 09:37

J'aimerai bien le lire mais sur l'écran ça fait vraiment mal aux yeux surtout en rose Sad Sad

_________________
"L'amour comme épée, l'humour comme bouclier"
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 13:41

Haon :'(
Faut l'imprimer ! :p

Lühanne - Qui aime que son travail soit lu et apprécié ! Normal nan ? :p

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 15:27

Lühanne a écrit:
Haon :'(
Faut l'imprimer ! :p
C'est fait, j'aime beaucoup, très joli coup de crayon, mais j'aimerais que tu me laisse du temps pour en faire une critique plus construite (et que j'imprime aussi la dernière partie, je prends beaucoup de temps pour refaire la mise en page)

Aëthu - qui prend du temps, beaucoup de temps, énormément de temps...
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 16:53

Ah, euh, vi, tu fais comme tu le sens Smile
Oh, je sais que c'est loin d'être pafait, fautes de styles, d'orthographes, de français en général. Et un manque de cohérence parfois avec l'univers vu les libertés que je prend :p
Mais j'attend ta critique Smile

Lühanne - Qui aime savoir que deux personnes lisent !

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 17:48

Moi je ne peux pas critiquer, ze suis une quiche en littérature. ^^
Thuthu sera plus t'aider sur la chose, que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Jeu 23 Juin 2011, 23:23

Halas était contente que je lui apporte la version imprimée !
Revenir en haut Aller en bas
yümï
Sage
avatar

Messages : 1179
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Ven 24 Juin 2011, 10:03

Et tu me l'envoi à moi ?

_________________
"L'amour comme épée, l'humour comme bouclier"
Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Ven 24 Juin 2011, 14:05

yümï a écrit:
Et tu me l'envoi à moi ?
J'ai pas ton adresse !
Mais je met une copie dans ton moule.
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 15 Aoû 2011, 10:47

Et donc, vous avez lu ?... :p

Lühanne - Qui se questionne.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 15 Aoû 2011, 11:08

Oui.
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 15 Aoû 2011, 11:15

C'est...Enrichissant comme commentaire !

Lühanne - Qui a des doutes...

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Hyponeros
Orbeux(se)


Messages : 89
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 44
Localisation : Acheres

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 25 Juin 2012, 21:35

Que dire
A part
J'adore ton style
Il faut juste que je l'imprime, car la lecture sur écran en rose, me fusille les yeux

De plus, je dois maintenant porter des lunettes (sniff)
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 25 Juin 2012, 21:53

ça c'est du déterrage, personne ne l'a lu !

Merci du compliment Smile


Lühanne - Qui espère avoir bien amélioré son style justement. Et qui sait que ça peut faire mal aux n'yeux.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Aëthu
Ancien
avatar

Messages : 3533
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 37
Localisation : Torcy

MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   Lun 25 Juin 2012, 22:05

Merci du... heu... déterrage ?
Question histoire, c'est pas mal, mais il faudrait sortir du fond "wow" (enfin, c'est un goût personnel... moi je lis plein de Pratchett !)
Question style... correct, mais il faut l'affirmer. Ca reste encore limité, du genre "machin dit... truc fait... bidule réagit".
Mais il faut continuer. En parlant de Pratchett... les premiers livres sont très brouillons. Pas vraiment de ligne directrice, et on a presque l'impression que l'auteur invente l'histoire de fil de l'eau. Mais plus on avance dans les tomes, plus on s’aperçoit que ça s'améliore, il y de la profondeur... et un humour toujours plus mordant !

Je ne suis pas écrivain, alors je ne saurais dire si ça se travail ou si ça doit venir avec la maturité, ou un truc dans le genre... mais bon, à suivre quoi ! Envoie un truc peut-être un peu plus lisible pour que je passe pas à chaque fois quelques heures à remettre en page, mais continue ! je veux voir la suite et boire jusqu'à la lie une fois que tu auras bien fermenté...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'avenir... ( Rajout du prologue dans le premier post.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» bonjour mon premier post je vous presente mes kroots ...
» Qui jouez-vous dans ce premier opus de la série SSB ?
» les papillons
» Deck dragon joute (choix difficile et premier post !)
» Présentation d'Eberron - premier post de recherche de joueurs 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orbe Stellaire :: L'avenir-
Sauter vers: