Orbe Stellaire

Le Forum de l'Orbe Stellaire, guilde du royaume des Clairvoyants. Petite guilde au grand coeur :)
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le Guerrier Millénaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: le Guerrier Millénaire   Mar 19 Juil 2011, 10:33

( Bonjour à tous. aujourd'hui, j'ai décidé de vous poster un petit prologue sur un homme exceptionnel, le Guerrier Millénaire. Cette histoire n'a absolument rien à voir avec wow, je dois bien l'avouer, mais je ne savais pas où le poster :p Ce texte est également en vente sur le Kindle d'Amazon sous le nom de prophétie :p.
Il s'agit d'un premier ( Alors que je fais le second du reste déjà :p ). Donc, pas final, pas totalement corrigé, je demanderais donc de l'indulgence ! Si vous êtes sages et demandeurs, je pourrais vous poster deux-trois chapitres :p.
Bonne lecture.)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Prologue


Le pan de mur s’abattit dans un fracas assourdissant de pierres brisées, soulevant un nuage de poussière qui masqua le soleil. La fumée resta quelques minutes au dessus du sol, causant aux personnes présentes des maux de gorges et des quintes de toux. Le docteur Williams, chef de l’expédition, masqua sa bouche et son nez d’un mouchoir, en proie à l’excitation.
La poussière se dissipa et laissa entrevoir l’entrée d’une grotte. Le docteur s‘en approcha et regarda à l’intérieur. Un large escalier descendait dans les profondeurs de la terre sans qu’on ne puisse apercevoir quoi que ce soit hormis le fait que les marches étaient faites…d’or… brillant dans la pénombre. Les faibles rayons du soleil qui réussissaient à filtrer à travers les arbres ne suffisaient pas à éclairer la caverne. Le groupe se massa derrière le professeur, manquant de le faire tomber, et masquant un peu plus le soleil. Légèrement nerveux, il leur fit face.
- Et bien ne restez pas planté là ! Apportez les lampes !


Williams se passa la langue sur les lèvres, trahissant son émotion. Il n’en revenait pas. C’était peut être bien la découverte du siècle ! Et pourtant, le siècle venait à peine de débuter. Les membres de l’expédition s’éloignèrent et revinrent quelques minutes plus tard avec des lampes. Williams réajusta ses lunettes sur son nez aquilin et recoiffa hâtivement ses cheveux frisés et argenté. Prenant une profonde inspiration pour calmer son excitation, et le cœur qui tambourinait dans sa poitrine, le docteur alluma la lampe que son élève venait de lui donner et pénétra dans la grotte. Pas à pas, il descendit le long escalier. Très vite, ses narines furent assaillis par une forte odeur de renfermé et de moisissure. Avec un grognement, il se masqua le nez de son mouchoir et poursuivit sa descente. L’escalier était fait d’or de tout son long, la lumière artificielle se reflétant quelque peu pour éclairer la grotte.
- Vous vous rendez-compte ?… Un escalier fait d’or menant dans le flanc de la montagne…
Dans son dos, les suivants se mirent à murmurer d’excitation ou d’inquiétude, se demandant ce qui pouvait bien avoir été enseveli avec un tel respect, ou pensant déjà à la célébrité et la gloire d’une telle découverte. Pour Williams, rien n’égalait la joie d’apporter une nouvelle richesse à l’archéologie et à l’histoire. Qui sait ? Cela changerait peut être beaucoup de choses !
Enfin, l’escalier s’arrêta, dévoilant une douce pente montante. Des toiles d’araignées d’une belle taille encombraient le passage de temps à autres, mais leurs propriétaires ne venaient jamais se plaindre quand elles étaient détruites.
- Professeur ? Qu’est-ce que c’est à votre avis ?
Benjamin, l’élève du docteur, pointait de sa lampe un muret qui longeait la pente jusqu’à son sommet et se perdait dans la pénombre. Avec un regard intrigué, Williams s’approcha et adressa un sourire affectueux à son élève. Sur le dessus du muret reposait une sorte de gouttière remplie d’un liquide poisseux. Après une seconde d’hésitation, le chercheur plongea l’extrémité de son index dedans, puis porta le liquide à son nez. Il recula son doigt de son visage, l’air songeur.
- On dirait… Quelqu’un a du feu ? ( Dit-il tout en faisant face aux membres de son expédition.)
Les hommes s’échangèrent des regards en haussant les épaules, pris au dépourvu.
La joie du professeur décrut au fur et à mesure des réponses négatives de ses suivants. Une main se leva.
- J’ai des allumettes Monsieur.
Le jeune homme s’avança et donna le paquet au chercheur. Ce dernier le gratifia d’un sourire et embrasa l’une des brindilles en bois.
- Écartez-vous…
Williams lança le bout enflammé sur le muret. Aussitôt, le liquide s’embrasa. La flamme s’avança dans toute la salle et l’illumina.

Tous les membres de l’expédition écarquillèrent les yeux de surprise et d’excitation. La grotte était immense. Le plafond était un dôme de métal terni de plusieurs mètres de hauteur. Un trou permettait à la fumée de s’échapper en son sommet tel une cheminée. De petits alcôves perçaient le dôme ci et là, créant un système d’aération. Des peintures rupestres ornaient les murs. Plusieurs toiles couvraient le sol. Des sculptures et des objets en or ou en argent étaient exposés sur les cotés de la salle, couverts de poussières. Des murmures d’excitation s’élevèrent. Les guides se précipitèrent sur l’or.
- Nous allons être riches !
- C’est merveilleux ! Tout cet or…
Benjamin les regarda faire, incrédule, tandis que le professeur s’approchait des peintures murales. Williams sortit un mémo vocal ainsi qu’un petit pinceau. Benjamin le rejoignit.
- Mais monsieur…Ils ?…
Le professeur n’accorda qu’un soupir à son élève.
- Dis leur de ne rien toucher pendant que je cherche la signification de ces peintures…
Sans attendre de réponse, Williams épousseta de son pinceau le mur et commença à l’examiner. Le chercheur parcourut du pinceau et de sa main les gravures. Dans son dos, son assistant luttait pour ramener un semblant d’ordre avec les guides et autres chercheurs d’or qui jouaient avec les pièces. Le feu continuait de brûler avec intensité, créant des ombres mouvantes dans la grotte.
Après plusieurs minutes, le jeune homme rejoignit le professeur.
- Professeur… Sommes-nous dans… Une chambre funéraire ? Un tombeau ? Est-ce l’or du défunt ?
Williams poussa un soupir, exaspéré.
- Les escaliers mènent directement ici Benjamin. Qu’en déduis-tu ?
L’intéressé réfléchit pendant près d’une minute.
- Que nous sommes…dans une espèce…d’antichambre ?
Le chercheur gratifia son élève d’un sourire.
- Exactement…Je ne pense pas que ce soit les possessions du « défunt » comme tu l’appelles… Mais plutôt…des offrandes..
D’un geste de la main, Williams ordonna à l’étudiant de s’écarter et de rester silencieux. Il activa son mémo vocal.


15 juin 2006.
J’ai retrouvé les traces de ce que j’avais toujours soupçonné. Personne ne me traitera plus de fou. Benjamin avance la théorie d’une chambre funéraire, mais je sais qu’il n’en est rien. On dirait des offrandes…Une salle où l’on a rendu hommage à quelque chose… Ou quelqu’un…
Les dessins sur les murs sont-ils un événement passé ? Ou à venir ? Peut être les deux ? Je crois reconnaître le signe du passé et du futur sur le mur…Tant de chose à découvrir.



L’appareil grésilla et le professeur le rangea dans sa poche.
Une bonne heure s’écoula ainsi, dans un silence troublé seulement par les marmonnements du chercheur qui semblait enthousiaste à certaines moments et très contrariés à d’autres. Finalement, il poussa un petit cri de triomphe.
- Ça y est ! Je crois avoir compris !
Benjamin se précipita vers le professeur, suivi d’un pas lent, presque à contrecœur , du reste de l’expédition qui n’attendait qu’une chose, ramasser l’or !
- Qu’y a-t-il professeur ?
L’homme agrippa son étudiant et le regarda dans les yeux.
- C’est plus énorme que tout ce que j’ai pu voir de ma vie Benjamin ! Tu ne te rends pas compte ! Écoute ça…
Williams lâcha son élève. Ce dernier se massa les bras, mal à l’aise. Le professeur reporta son attention sur les gravures. Il pointa du doigt celle la plus à gauche. Elle représentait une énorme boule avec des traits s’en échappant, comme un symbole de la chaleur et plusieurs petits points alignés. Le troisième point était une autre forme ronde d’une taille moins impressionnante que la première.
- Tu vois ? Ce que j’ai pris au départ pour une sorte de travail géométrique… Mais non ! C’était…( Il pointa le gros rond ) une étoile…. Le soleil ! Benjamin, combien y a-t-il de point ou cercle après ?
- Neuf professeur.
- Exactement ! Notre système solaire…En alignement parfait…Et d’après mes estimations, ces gravures ont des millénaires !
- Mais comment…
Williams interrompit son élève.
- Plus tard, plus tard !
Il montra le dessin suivant. Celui-ci représentait des formes étranges, semblable à des créatures de cauchemars munies de longues dents, de griffes ou de cornes.
- Ces…créatures hideuses.. Appelons les des démons, apparaissent à ce moment là. D’une manière ou d’une autre, je pense que l’alignement libère une sorte…d’énergie.. Qui permet à ces choses de passer dans notre dimension peut être ?
- C’est…impossible…Une fausse légende encore ?
- Je ne sais pas…Cela semble irréel…Mais regarde autour de nous…Certaines choses ne datent pas de la nuit des temps…Il y a de tout…Des vieux objets en os, de l’or pur, des soieries, des tapisseries…Des sculptures…il y en a de pratiquement toutes les époques, du moins, jusqu’à il y a quelques siècles…
- Une …secte ?
Le regard de Williams se perdit dans la pièce quelques secondes. Puis, il reprit son exposé et pointa le dessin suivant. Plusieurs hommes étaient dessinés et un autre plus grand s’élevait au dessus.
- Qu’en penses-tu Benjamin ?
- Un …Dieu ? Protégeant les hommes ?
- Tu n’y es pas…
Les yeux du chercheur pétillaient de joie et d’excitation.
- Un homme élevé… au rang de dieu… une sorte de…guerrier suprême…un rempart pour protéger le monde !
- C’est.. Incroyable professeur… Et..( L’étudiant montra les deux derniers dessins ) ça, qu’est-ce que c’est ?
- Ah ça…Si j’ai bien compris…
Williams posa la main sous la première gravure représentant deux hommes côte à côte, celui de gauche à genou, celui de droite posant quelque chose sur ses épaules.
- Une sorte…De protecteur du guerrier… Quelqu’un qui l’aide… Quand à l’autre… C’est la mort du guerrier.
Benjamin commença à ressentir une excitation vis-à-vis de ces dessins. Il ne comprenait pas d’où cela lui venait. Après tout, ce n’était là qu’inepties. Un humain qui repoussait une horde de démons sanguinaires et disparaissait à son tour. Une secte, voilà tout. Les gens le vénéraient comme un dieu. Et pourtant, il sentait que tout cela était plus, beaucoup plus. Son regard passa des dessins au professeur puis aux objets éparpillés dans la salle. Il devait le reconnaître. Il y avait un fond de vérité dans tout ça. Cette prophétie semblait dater de la nuit des temps au vu de la façon rudimentaire dont les dessins avaient été fait. Les offrandes dataient de diverses époques, s’approchant de l’âge de pierre jusqu’à il y a quelques siècles. Williams ramena son élève à la réalité en tapant son pinceau contre la paroi.
- Et ça…Une sorte de…De mauvais augure ?
L’étudiant dévisagea l’homme.
- Un élément de mauvaise augure ?
Williams ne prêta pas attention à son élève et commença à marmonner, fouillant dans sa mémoire les signes qu’il venait d’apercevoir. Après quelques minutes, il reprit d’une voix rauque.
- Si je comprends bien…Étant un homme… par défaut, un être imparfait.. Le guerrier peut choisir de se dédier non à la vie et à la protection, mais à la mort et à la destruction…


Des bruits de pas tirèrent le professeur de ses rêveries. Il se tourna vers le nouvel arrivant, qui malgré la lumière gardait le visage couvert d’un voile d’ombre le rendant impossible à identifier. L’inconnu s’approcha un peu et se mit à applaudir.
- Magnifique exposé Monsieur. Oh oui, vraiment magnifique. Vous êtes un expert non ?
- Qui êtes-vous ?
- Moi ? Oh, personne. Juste… Un admirateur ? Donc, vous avez découvert la prophétie annonçant la venue du guerrier.
Williams coula un regard à son assistant, puis le reporta sur l’homme, visiblement tendu. C’était une affirmation, pas une question. Benjamin, de son coté, déglutit. Cet homme face à eux semblait être un illuminé. Il parlait d’une voix joviale comme si le rêve de sa vie venait de devenir réalité. Prenant son courage à deux mains, l’étudiant s’approcha de lui.
- Vous n’avez pas le droit d’être ici Monsieur. Sortez je vous prie.
Benjamin posa sa main sur l’avant bras de l’homme. Ce dernier le repoussa sans effort.
- En voilà des manières.
Sa voix venait de changer. Elle était plus dure, plus grave, plus féroce aussi.
- C’est vous qui ne devriez pas être ici. Vous avez découvert des choses échappant à votre contrôle humains. ( Un sourire froid barra son visage.) Je me souviendrais toujours de notre première rencontre professeur.
Benjamin recula d’un pas, effrayé. L’air dans la pièce était plus lourd à présent. Une pression invisible s’exerçait et l’étouffait. Il peinait à respirer. De son coté, le professeur se plaqua au mur. Il suait à grosses gouttes, visiblement dans un état assez proche de celui de l’étudiant.
- Je ne vous ai jamais vu !
La voix du chercheur n’était plus qu’un murmure tremblotant. La pression qu’émettait l’inconnu lui broyait le crâne, comme si son cerveau se liquéfiait. Il n’arrivait plus à penser et posa une main sur son front, cherchant à reprendre ses esprits.
Un rictus sadique s’afficha sur les lèvres de l’homme. Il fit face à l’élève, ses yeux brillants sous l’effet des flammes et s’avança d’un air menaçant. Il pointa d’une main un guide sur sa droite. Aussitôt, un trait de lumière rougeoyant en sortit et frappa sa cible dans une explosion qui leva un nuage de poussière. Une terreur pure déforma les traits du second guide et de l’étudiant. Dans un moment de lucidité, ce dernier prit les jambes à son cou. Mais il trébucha et s’étala de tout son long dans un bruit sourd. L’assassin s’avança et le souleva d’une main, puis lui empoigna la gorge. Benjamin se débattit avec l’énergie du désespoir, sentant ses poumons se vider, son cou se broyer. Il frappa des pieds le ventre, les hanches de son agresseur, ses poings tambourinaient le bras qui le maintenait sans peine en l’air. Et à chaque coup qu’il donnait, il sentait sa vie s’échapper un peu plus. L’inconnu ramena le visage du jeune homme près du sien, plongeant son regard au fond de ses yeux. Benjamin put y voir la démence et le plaisir malsain que lui procurait la mort. Avec un craquement sinistre, le tueur brisa la nuque de sa victime et prit le temps de savourer la dernière étincelle de vie qui s’éteignait dans ses yeux, puis, il envoya le corps rouler plus loin sans considération.


Williams tremblait de tout son être, plaqué contre la paroi. Il ne voulait qu’une chose, qu’elle s’ouvre et lui donne une chance de salut. N’importe quoi pouvant le sauver. L’agresseur affichait un rictus sadique et avait le regard pétillant d’une joie malsaine. Avec un craquement sinistre, il acheva la courte vie de ce pauvre Benjamin qui n’avait jamais rien fait de mal, et se débarrassa du corps. Avec la même nonchalance, il envoya un nouveau trait d’énergie du bout des doigts sur les autres membres de l’expédition, rayant jusqu’à leur corps de la surface de la planète. Puis, il se tourna face au professeur et s’avança tout doucement, ses pas résonnant dans le silence de la grotte et s’arrêta à quelques mètres du chercheur. Une barbe naissante couvrait le bas de son visage. Ses yeux étaient d’un rouge étincelants et ses cheveux d‘une teinte foncée, presque noire. Il se pencha en avant, posant un regard bienveillant sur le chercheur. Ce dernier se plaqua encore plus contre le mur et ferma les yeux, s’apprêtant à rejoindre l’au-delà. Il ne savait pas qui était cet être, il semblait irréel…
- Docteur Williams… Je vais vous avouer un petit secret. Vous avez tout à fait raison.
Le chercheur écarquilla les yeux, déboussolé. La voix de l’homme était redevenue douce. Il contrôla tant bien que mal ses tremblements.
- R-raison ?
L’homme lui offrit un sourire chaleureux et acquiesça.
- Oui. Tout ça…( D’un geste de la main, il désigna la caverne et se mit à marcher de droite à gauche). Vous avez raison. Une salle de prophétie, des offrandes données à cet être. Et surtout, un homme comme les autres au départ. Tout est vrai !
Oubliant la prudence, le docteur se retourna et regarda les gravures avec un enthousiasme renouvelé. Il parlait tout seul, disant qu’il l’avait toujours su, que c’était merveilleux, le plus beau jour de sa vie, qu’il allait tout changer avec cette découverte.
L’homme se pinça les lèvres, et reprit d’une voix froide.
- C’est bien là le problème.
Williams se figea, paniqué, et se retourna lentement. Le visage sombre, l’homme s’approcha de lui.
- Le monde ne doit pas connaître cette histoire…( Un rictus sadique barra de nouveau son visage) Ne doit pas me connaître.
- V-vous.. ?
L’homme partit dans un fou rire et laissa tomber sa main sur l’épaule du chercheur. Le corps de Williams trembla de la tête aux pieds. Le choc de cette simple tape avait manqué lui briser quelques os.
- Vous mourrez l’esprit tranquille.
Le professeur sursauta. La main de son agresseur se plaqua contre son ventre, lui coupant le souffle. Une douce chaleur envahit son ventre, puis sa poitrine, et enfin tout son corps.
- Adieu.
Williams plongea son regard dans celui de l’inconnu. Il sentit sa peau se couvrir de cloques alors que la chaleur allait en s’intensifiant, puis l’énergie entra dans son ventre et se répandit en lui.
- Choisir…la…destruction…
La dernière chose que vu le professeur était l’acquiescement et l’air satisfait de son meurtrier alors qu’il se consumait.


Le guerrier poussa un soupir alors que les dernières cendres volaient autour de lui pour se déposer sur le sol de la grotte. Il longea le mur en pensant qu’il en avait peut être fait trop à jouer ainsi avec ses victimes. Mais c’était si plaisant… Capter la dernière étincelle de vie miroitant dans l’œil de la personne quand elle mourrait… Il ne s’en lasserait jamais ! La gentillesse ? La bonté ? Foutaises ! Seul le pouvoir prévalait, et la joie de l’utiliser. Il était spécial, différent. Un être à part !
L’homme fixa le mur, son visage reflétant une certaine concentration. Il leva la main en l’air d’un geste vif. Sa voix fut couverte par le bruit du mur s’effondrant dans un nuage de poussière.
- Gardien, je suis là !
La fumée se dissipa. Derrière les débris du mur se trouvait un petit renfoncement vide.
- Où te caches-tu ?!
Il fouilla la pièce du regard, visiblement énervé.
- Tu ne peux pas m’échapper ! Je ne te laisserai pas l’occasion de me nuire ! Viens, ou je détruit ta grotte !
Le silence lui répondit. L’homme attendit quelques minutes, les sens en alertes. Mais rien ne se produisit. Personne ne vint. Il poussa un soupir de mépris.
- Tu l’auras voulu !
L’inconnu poussa un cri de colère et lança des traits d’énergie dans toute la pièce.
- Montre-toi !
Une série d’explosions ébranla la grotte. Le dôme commença à s’effriter, des morceaux de rocs tombèrent dans l’espace qui s’amenuisait. Le visage de l’homme ne reflétait plus que la rage. Il s’arrêta et regarda autour de lui. La poussière masquait une bonne partie de la caverne.
- Tu ne veux toujours pas sortir ? Jouer à cache-cache ? Très bien !
Poussant un soupir exaspéré, il s’envola d’un bond, détruisant le dôme en passant au travers. Il survola la grotte et fit apparaître dans sa main une boule d’énergie rouge qui grossit rapidement, jusqu‘à la dépasser. Avec rage, il la lança sur les restes de la caverne qui explosèrent dans un fracas assourdissant.
Les minutes s’écoulèrent. Et l’assassin scruta les décombres, une nouvelle boule rouge dans la main, prêt à frapper. Mais rien ne vint. Il devait se rendre à l’évidence… Il était arrivé trop tard. Le gardien était déjà parti. Il cracha et fit exploser les derniers vestiges de la grotte, ne laissant qu’un cratère fumant.
Son corps se mit à luire d’une aura rougeâtre. Et sans un regard en arrière, il partit à une vitesse folle, fendant les cieux. Et hurlant avec rage.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Hyponeros
Orbeux(se)


Messages : 89
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 44
Localisation : Acheres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mar 19 Juil 2011, 14:47

c'est fait, je suis accroché, la suite viiiiitttteeeeee......... bounce
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mer 20 Juil 2011, 12:17

Chapitre 1 : Dérèglement climatique.




Le jeune homme se réveilla en sursaut, couvert de sueur, le souffle court. Il passa une main sur son front en inspirant fortement. Le cauchemar était encore fort dans son esprit. Jamais un rêve ne l’avait autant troublé, ne lui avait autant semblé réel. Il se souvenait de chaque détail.
« Le jeune homme se tenait en haut d’une colline, sous une pluie battante. Il bouillonnait d’une colère inexplicable. Face à lui se tenait la mer, déchaînée, furieuse, dangereuse… Il sentait la pluie battre son visage, l’eau ruisseler sur sa peau, couler dans ses cheveux. Il entendait le tonnerre qui grondait comme jamais. Les éclairs transperçaient les cieux, changeant la nuit en jour pour une fraction de secondes.
Un son étrange lui parvint des nuages. Et il leva les yeux. Au dessus de la mer se dessina une silhouette, comme un hologramme. Celle d’un homme vêtu d’une cape noir, masquant en grande partie son visage. Un sourire barrait ses lèvres. Et une voix résonna.
- Je t’avais prévenu.
Drake se surprit à lui répondre.
- Disparaît.
L’inconnu éclata de rire.
- Toujours aussi impétueux. (Il reprit son sérieux. Ses yeux rouges brillèrent sous sa cape.) Rejoint-moi.
Une odeur de souffre titilla les narines du jeune homme. Et il sentit plus qu’il n’entendit le petit bruit dans son dos. Il serra les dents et fit mine de rien, focalisant son attention sur le portrait au dessus de lui.
- Te rejoindre ? Tu plaisantes j’espère ! Laisse moi !
Drake fit un geste de la main, et une nouvelle série d’éclair s’abattit sur la région. Le vent forcit et la mer frappa contre la falaise avec rage.
Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine alors que les paroles de l’homme lui parvenaient avec difficulté.
- C’est ta dernière chance. J’ai été indulgent. Je t’ai laissé voir par toi-même ce qui se passe pour les héros. Mais maintenant ça suffit ! Viens avec moi… Ou… Meurs !
Au moment où l’inconnu prononça ces mots, une créature apparut dans le dos de Drake. Sans crier gare, elle chargea. Le jeune homme fit un pas de coté, évitant le monstre sans aucun dommage. La chose se retourna et repassa à l’attaque. Elle griffa l’air devant Drake, crachant, sifflant.
- Est-ce là tout ce que tu peux m’envoyer ? (Dit-il tout en esquivant chaque coup avec une aisance sans pareille.) Tu ne m’auras pas avec une créature aussi faible !
Drake attrapa la patte du monstre avant qu’elle n’atteigne son visage. De l’autre main, il lui donna un coup dans l’estomac. La créature se plia en deux. Drake poussa un soupir de mépris et lui envoya un trait d’énergie en pleine tête. Elle tomba au sol, morte. Une autre créature surgit du portail. Puis encore une autre. Et toute une meute se jeta sur lui. Le jeune homme envoya des boules de feu dans toutes les directions, tuant des dizaines de ces chiens infernaux. Mais il en arrivait toujours plus.
- Assez !
Drake poussa un cri. Et une onde de choc balaya la falaise, tuant les créatures. Il contempla le carnage. Les animaux étaient en charpies. Et le portail ne crachait plus rien. Il se retourna vers la silhouette.
- Prépare-toi. J’arrive.
L’inconnu ricana pour toute réponse. Des bras puissants attrapèrent les pieds du jeune héro. Et d’autres enlacèrent ses bras. Prit de court, Drake se retrouva bloqué.
- Alors tu as choisis.
Une forte lumière s’échappa de l’hologramme.
- Meurs !
Drake laissa la magie envahir son corps et exploser. Une aura l’enlaça et coupa les bras qui le retenaient.
Une explosion retentit. Un cri s’éleva. Une vive lumière inonda le champ de bataille. Puis, plus rien. »
Le jeune homme reprit lentement son souffle, puis se leva. Il alla dans la salle de bain et se passa de l’eau sur le visage. Ses yeux trouvèrent son reflet dans le miroir. Il alluma la lumière et se regarda un instant. Ses iris étaient d’un bleus profond, tirant sur le violet. Son visage ovale et son nez droit le rendait plutôt beau. Drake poussa un soupir.
- Ce n’était qu’un rêve… Juste un putain de rêve…
Il s’essuya le visage, éteignit la lumière et retourna se coucher.



Le soleil était déjà haut dans le ciel quand Drake se réveilla. Machinalement, il alluma la télé et tomba sur le journal. Les infos de ces derniers temps étaient toujours les mêmes. Climat étrange pour la saison. En plein mois d‘août, la France était recouverte d’une épaisse couche de neige. Le continent africain était quasiment gelé. Du coté de l’Amérique du nord, les récoltes mourraient et la sécheresse gagnait du terrain. Drake écouta avec attention la journaliste Maya Chesia.
« Le bouleversement climatique majeur qui secoue la planète entière ne semble pas sur le point de se régler. La ville de Saint-Malo a été engloutie hier soir par un raz de marée. Il y aurait des milliers de mort. Pourtant, le niveau des océans n’aurait pas augmenté. Rejoignons maintenant notre envoyé sur place. Jean, les secours sont t-ils arrivés ?»
Le plateau de télé fut remplacé par des ruines englouties. Un homme se tenait devant la caméra, un micro à la main, sur une barque. Divers embarcations flottaient ci et là avec à leur bord secouristes et sinistrés. Le journaliste mit une main sur son oreille et acquiesça devant la caméra.
- Et bien oui Maya, comme vous pouvez le voir, les secouristes sont déjà sur place. Des hélicoptères survolent la zone et des centaines de personnes ont déjà pu être secourue. Des scientifiques sont également ici pour déterminer les raisons d’un tel désastre. En effet, rien ne laissait présager un raz de marée aussi grand et surtout puissant. Car faut-il le rappeler, la ville entière et tout les alentours sont engloutis. Je vous tiendrai au courant si j’ai d’autres nouvelles.
Maya réapparut à l’antenne.
« Merci Jean. En Amérique du nord maintenant, les agriculteurs ont perdu toutes leurs récoltes. Les températures qui règnent sur le continent nord américain sont infernales. La canicule frappe et menace de transformer les États-Unis en désert.
Les spécialistes donnent un à deux mois avant que les changements apportés par ce climat ne soient irrémédiables. L’alignement des planètes de notre système solaire pourrait avoir un rapport avec ce phénomène étrange. Mais pour l’heure, il est trop tôt pour donner de plus amples informations.
Point positif, la région parisienne subit une très légère hausse de température en passant à 5 degrés. La neige devrait fondre dans les trois jours si le temps reste le même.
Autre nouvelle. Nous vous en parlions à la une. Une montagne dans le massif central aurait explosé, ne laissant qu‘un énorme cratère. Le professeur Williams, un scientifique aux idées assez peu reconnue par ses pairs était sur place. (La photo du professeur apparue à l’écran durant quelques secondes.)Son hélicoptère aurait été retrouvé à moins de deux kilomètres du lieu de l’explosion. Pas de nouvelles du chercheur. Les autorités ont fermés le secteur et demandent à la population de partir pour quelques temps si possible. Les sismographes craignent une possibilité d‘éruption.
Nous partons maintenant pour la chine. Il y a une semaine nous vous avons parlé d‘une terrible explosion qui a ravagé la ville de Mangya et sa région. Les autorités chinoises restent assez muettes, mais les rumeurs vont bon train sur l‘explosion d‘une centrale nucléaire. Nous vous tiendrons… »
Drake éteignit la télé et se gratta le menton. Quelles nouvelles déprimantes. Tout foutait le camp…Il se demandait quelles pouvaient bien être les causes d’un tel chamboulement. La Terre était-elle en train de mourir ? Il haussa un sourcil, songeur.
Mais…Venait-elle de dire que la neige commençait à fondre ?… Drake ouvrit les volets, toujours aussi pensif. Les routes étaient dégagées même si le fond de l’air était assez froid. Il haussa les épaules. Après tout, il ne pouvait absolument rien faire.
-Bon, beh, on va en profiter un peu tant que ça dure.

Vingt minutes plus tard, le jeune homme était lavé et habillé, prêt à partir.
- Tu vas où ?
Drake sourit à sa mère en prenant une pomme.
- J’profite de la fonte des neiges pour sortir un peu. J’vais exploser à force de rester enfermé.
- En moto ? Ce n’est pas très prudent…
Avec un sourire, il embrassa sa mère sur le front.
- T’inquiètes pas. Je suis toujours prudent.
Drake croqua la pomme et poursuivit, la bouche pleine.
- Et pich, ch’est pas comme chi y’avait du monde shur la route.
Il attrapa son casque et sortit la moto. Le métal froid lui donna des frissons. Drake enclencha le starter, vérifia les rétroviseurs et mit le contact. Il démarra. Mais le moteur ne se lança pas. Le jeune homme fronça le nez. Il appuya à nouveau sur le démarreur. Et encore une fois, puis encore. Au bout de quelques essais, le moteur rugit. Drake poussa un petit soupir et s’amusa avec la manette des gaz. Le rugissement du moteur faisait trembler toute la moto et le rendait euphorique. Il ne connaissait rien de mieux que de conduire sa deux roues. Il s’élança à travers son quartier.
Prudent au départ, Drake accéléra rapidement, doublant les rares voitures de sortie. Il ferma les yeux quelques secondes, profitant du vent fouettant son visage. Il abaissa sa visière et fit monter l’aiguille du compteur jusqu’à dépasser les quatre vint dix kilomètres heure. Mais une image s’imposa à son esprit. Il revit l’homme de son rêve, flottant dans les airs. Sans vraiment s’en rendre compte, il doubla une nouvelle voiture alors qu’un semi remorque arrivait en face. Drake se rabattit précipitamment, sous les coups de klaxons furieux du chauffeur. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits. Le son grave du klaxon résonnait dans son crâne et lui donnait des maux de tête. Drake arriva à un virage. Il utilisa son poids pour faire tourner la moto en la penchant sur le sol encore gelé. Mais il allait trop vite. Sa roue arrière glissa, la moto tangua. Et le jeune homme en perdit le contrôle. Il sortit de la route. Drake lâcha le guidon et laissa sa moto finir sa course dans la forêt. Après un roulé boulé, il finit dans le fossé.


« - Alors tu as choisis…. Meurs !
Une vive lumière transforma la nuit en jour. Drake poussa un cri. Une explosion retentit. Et plus rien. »
Drake ouvrit les yeux, le souffle saccadé. Encore ce rêve… C’était la deuxième fois qu’il revenait… La première fois, c’était… Le jeune garçon grogna et tenta de se relever. Son corps était endolori et trempé. Tant bien que mal, il glissa sur le dos. Il neigeait fortement. Drake poussa un autre grognement en s’asseyant. Sa tête tournait. Il regarda autour de lui et se rendit compte qu’il était dans un fossé. Comment avait-il atterrit ici ? Il retira son casque et le jeta un peu plus loin puis se massa le crâne. Il fit jouer ses doigts légèrement engourdis et ne nota aucun soucis particulier. S’adossant au fossé, le motard fouilla sa mémoire. Il avait eu… Un accident ? Le klaxon d’un camion résonna dans son crâne pour son plus grand déplaisir.
« Je doublais une voiture…et… Ma moto ! »
Drake se releva d’un bond avant de rechuter. Une main se posa sur son épaule. Et une voix douce s’éleva.
- Ta moto n’a que de menus dégâts.
Le jeune homme releva la tête pour dévisager cet inconnu bienveillant. C’était un homme d’âge avancé dans les cinquante ans supposait Drake. Sa peau était légèrement trop clair pour qu’il puisse s’agir d’un antillais ou d’un métis, et pourtant, il n’était pas tout à fait blanc. Drake aurait presque dit qu’il avait la peau grise… Son mystérieux sauveur lui souriait amicalement. Il était vêtu d’une espèce de robe blanche assez ample. On aurait dit une toge simple.
« Oh non, un excentrique… »
Ce fut la seule pensée qui traversa Drake alors que l’inconnu l’aidait à s’allonger.
- Repose-toi un instant. Et non, je ne suis pas un excentrique.
Drake le regarda sans comprendre.
- J’étais persuadé de l’avoir pensé…
- C’est le cas. (Dit l’homme avec un sourire moqueur.)
Le jeune homme se figea.
« Il se fout de moi ou quoi ? »…
- Quelle impolitesse.
Drake se redressa subitement.
- C’est une mauvaise blague, c’est ça ?
L’inconnu se redressa, visiblement surpris.
- Déjà debout ? Tu te remets vite dis moi.
Drake resta figé. Ils se dévisagèrent. Les secondes s’écoulèrent.
- Je t’ai enfin trouvé. (Finit par dire l’homme.)
- Vous me cherchiez ?
Il acquiesça.
- Et nous avons déjà perdu beaucoup de temps. Suis moi.
Une voiture s’arrêta à quelques pas de Drake. Le conducteur baissa la vitre et parla d’une voix forte.
- Rien de cassé ?
Drake ne réagit pas tout de suite, ses yeux toujours fixés sur son mystérieux sauveur. Finalement, il lança un vague « Tout va bien, merci » au conducteur et franchit d’un bond le fossé. Alors que la voiture redémarrait, le motard ramassa son casque.
- Merci pour votre aide.
Espérant ainsi mettre fin au plus vite à la conversation, Drake prit la direction de la forêt, suivant les traces à moitié recouverte de neige laissée par sa moto.
- Nous n’avons pas beaucoup de temps.
Le jeune homme poussa un soupir, visiblement déçu.
- De temps pour quoi ?
- Pour faire de toi le sauveur du monde.



Drake resté figé un instant. Avait-il bien entendu ?
- Le sauveur du monde ? (Il éclata de rire. Un rire sans joie, mais de soulagement.) J’avais bien raison, vous êtes fou.
Sans perdre son sérieux, l’homme s’avança jusqu’à être à moins de cinq pas de Drake.
- Bien sûr. Tu es l’élu.
- L’élu ? Genre celui qui est choisit pour avoir un destin hors du commun et tout ?
Il acquiesça.
- Oué, c’est ça. Aller, salut hein.
Drake se retourna et avança d’un pas rapide, pressé de s’éloigner de cet ahuri. Il se massa le cou en grognant. Il était encore endolori de partout… Un petit bruit dans son dos le fit se retourner. L’étranger avait disparu.
« Bon débarras » se surprit-il à penser. Il fit volte-face et se figea entre la surprise et la peur. Devant lui apparaissait une forme nébuleuse faisant vaguement penser à un homme. Ses contours étaient flous et le corps transparent et difforme, comme porté par le vent.. Mais deux yeux de couleur dorés brillaient au niveau du visage. Rapidement, l’homme se matérialisa. Tout d’abord, ses contours se dessinèrent. Ensuite, une à une, en commençant par la tête, les parties de son corps se solidifièrent et reprirent des couleurs.
- Tu vas quelque part ? (Dit-il alors que la moitié de son corps était encore vaporeuse.)
Drake regarda la transformation qui n’avait duré que quelques secondes à peine et ne bougea pas. Il tremblait légèrement.
- Vo… Vous…
- Je suis le gardien.
- Ok… Alors moi je vais…
Et sans terminer sa phrase, Drake s’enfuit à toute vitesse. Il glissa à coté de sa moto et la releva d’un coup sans tenir compte de son poids.
« Etrange… Elle est lourde pourtant… » Mais il ne s’en soucia guère plus. Le gardien s’approchait lentement de lui, l’air déçu. Drake frissonna et lança le moteur. Par miracle, la machine se lança immédiatement. Le jeune motard la regarda rapidement pour vérifier les dires du fou. Effectivement, mis à part quelques rayures, elle semblait en parfait état. Il enclencha la première vitesse et s’élança. Le moteur rugit et la moto démarra en trombe. Il sortit de la forêt et sauta par-dessus le fossé. La roue arrière toucha le sol en première et glissa sur la neige. Drake posa un pied à terre pour conserver son équilibre. Il rejoint la route et partit en trombe, laissant le gardien derrière lui sans un regard en arrière. Mais alors que les mètres défilaient, une nouvelle image s’insinua dans son esprit. Celle d’une montagne qui explosait.
L’homme regarda son protégé s’en aller, le cœur lourd.
- Tant à faire… Et si peu de temps.
Il regarda le ciel et à travers les nuages. Un grondement sourd résonna. La neige se transforma en pluie. Le ciel se déchira et un éclair frappa un arbre proche. Mais le gardien ne broncha pas. Il fixait un point précis, au-delà des nuages. Une espèce de trou noir qui s’ouvrait parmi les étoiles…

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Hyponeros
Orbeux(se)


Messages : 89
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 44
Localisation : Acheres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mer 20 Juil 2011, 16:41

J'adore la suite, la suite .....
Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mer 20 Juil 2011, 23:39

Ah ouais tout ça !!!! Je lirai ça demain sur mon ordi, parceque sur iPhone c'est pas top. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Ven 22 Juil 2011, 09:36

Han, ya que Hypo qui lit ? Very Happy La suite ? Nan xD ça sera pas la suite direct Razz

Lühanne - Qui ne postera pas tout !

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Sam 23 Juil 2011, 10:21

(Et voici....)




Chapitre 4 : L‘Outrelgante.




Drake faisait les cent pas dans le bar de son nouvel associé. Ce dernier était parti depuis près de deux heures. Ce qui énervait prodigieusement le futur Illdinus. Ces yeux passaient régulièrement de sa montre aux cieux. Ils seraient bientôt là. Drake pouvait déjà sentir toute l’énergie qui s’accumulait quelque part en orbite. Un frisson remonta le long de son dos. La terre trembla une fois. Il regarda le ciel. Par delà la distance et les nuages, il vit très nettement l’agglomérat de magie qui explosait pour former un vortex géant. Le portail s’ouvrait… Et il grandissait rapidement. C’était là. Les démons arrivaient enfin. La matrice se contracta avant de recracher une forme gigantesque. Drake plissa les yeux. L’Outrelgante… En langage démoniaque, on pouvait traduire cela par : Le transporteur. Une base stratégique construite par les démons pour tenir un siège et également permettre aux démons mineurs de respirer dans l’espace... Bien entendu, ce n’était pas un vrai vaisseau. Il n’y avait pas de poste de pilotage, de cabines, ni aucun élément technologique. Ainsi, c’était grâce à la magie et non à des propulseurs que le transporteur pouvait se déplacer. Et cette même magie renouvelait l’air, sans l’assistance de système de survie. Drake soupira. Il devrait tout refaire. L’Outrelgante serait à nouveau une merveille technologique, un vaisseau spatial sans égal ! Car pour l’heure, il ressemblait plus à un bocal de métal, retourné sur un plat. Une poche d’oxygène au milieu de l’espace infini.
Un champ de force magique camouflait le vaisseau aux yeux des plus faibles. Dans sa jeunesse, Drake ne l’avait pas vu. Il trouvait cela si stupide désormais. Il fallait être aveugle pour ne pas le voir. Ou dénué de magie, comme les humains. Leurs pauvres yeux ne pouvaient percer le voile de magie et contempler l’Outrelgante. Et les rares capables n’étaient pas prit aux sérieux. Le plus souvent, on les traitait de fou.
Vive les asiles, s’amusa Drake.
Le gardien devait avoir rencontré son double désormais. L’homme pinça les lèvres. Comment cette entrevue c’était-elle passée ? Comment son jeune lui avait-il prit la mission qui lui était confiée ? Avait-il fuit ? Il l’espérait… Après tout, il préférait ne pas avoir à s’affronter lui-même.
Un petit bruit dans son dos attira son attention. Darnielin venait de se poser. Le démon avait de larges ailes dans son dos, et quelque chose brillait au milieu de son torse. Il restait dans la pénombre.
- L’as-tu senti ?
Sa voix était plus… grave et menaçante. Drake sourit en faisant face au démon. Celui-ci s’avança. Les membres de son dos rétrécirent jusqu’à disparaître, et il rapetissa légèrement. Il tenait un parchemin sous son bras. Son allure n’avait pas changé. Il était semblable à la dernière fois.
- Pile à l’heure. Je ressens une…curieuse excitation. L’as-tu ?
Darnielin opina et se posa devant son bureau. Il déroula le parchemin dessus.
- Voici les plans.
Drake n’y accorda qu’un rapide coup d’œil avant de se détourner.
- Je n’aurais pas du attendre. Ils sont pareils à mon souvenir.
Il grimaça et sortit, Darnielin sur les talons.
- Méfie-toi de mon père. Son pouvoir est grand.
L’homme cracha.
- Je l’ai déjà vaincu par le passé. Il ne me fait pas peur.
Il lança un regard à son associé.
- Je te sonnerai.
Et il s’envola sous le regard du démon. Ce dernier attendit que l’homme ne soit plus qu’un point à l’horizon avant de retourner à son bureau. Il replia le parchemin et s’installa confortablement dans son fauteuil. Un sourire se dessina sur son visage.
- Oui, va. Débarrasse-moi de mon père. Libère moi !



Drake s’approchait de l’Outrelgante. La gigantesque base était en orbite lunaire, et préparait son amarrage. Des grincements résonnèrent alors que de gigantesques pinces se déployaient sous la coque. La station descendit rapidement et se posa sur le sol lunaire. Ses pattes s’enfoncèrent profondément dans la roche. Drake regarda la scène en silence. Qu’attendait-il ? Lui même ne le savait pas vraiment. Il hésitait tout simplement. Il avait déjà fait cela par le passé. Et normalement, tout devrait être semblable. Mais… Et si ça n’était pas le cas ? S’il y avait des cabines en fin de compte ? Si la structure interne était légèrement plus élaborée que dans son époque ? Il n’avait aucune envie de terminer dans un mur. Pas qu’il ne risque d’en mourir. Mais il pourrait en venir à détruire le vaisseau…Et il ne le souhaitait pas.
Drake poussa un soupir. Il n’allait pas rester là éternellement ! Mais alors qu’il allait s’élancer, quelque chose le retint. Le haut du dôme s’ouvrit et laissa échapper une dizaine de démons avant de se refermer. L’homme se pinça les lèvres. Une troupe d’éclaireurs. Peut être… Un sourire se dessina sur ses lèvres. Il fallait savoir saisir les opportunités. Tout en veillant à rester camouflé, il s’élança à leur poursuite. Une fois à bonne distance de l’Outrelgante, il passa à l’attaque. Quatre soldats périrent en l’espace d’une seconde. Trois de plus suivirent sans avoir le temps de réagir. Les trois survivants se regroupèrent et sortirent leurs armes.
- Humain ! Tu as eu tort !
Drake ne répondit que d’un sourire. Alors que les démons chargeaient, il se téléporta dans leur dos et envoya une salve d’énergie sur les deux plus faibles, les tuant instantanément. Le lieutenant, désormais seul, frappa de sa lame. L’homme l’attrapa à main nue et la brisa sans effort. Puis, il referma sa main sur la gorge du démon et amena son visage à hauteur du sien.
- Pitoyable.
Le sourire sadique de l’humain glaça le sang du démon. Il se débattit, en vain. Le regard de son ennemi capta le sien. Il sentit la volonté de l’homme passer ses défenses, écraser la sienne, et pomper dans son cerveau. Les images de l’Outrelgante traversèrent son esprit pour se diriger vers l’humain.
- Merci.
Le lieutenant poussa un hurlement alors que la main de son agresseur lui broyait les os du cou, lui retirant la vie.
Drake jeta le corps sans vie et l’atomisa, satisfait. Il ferma les yeux et analysa les images volées au démon. Le vaisseau n’avait que peu changé de son souvenir. Mais une salle attira son attention. Une salle protégée, emplie de magie et de mystère… Il sourit et reprit la direction du vaisseau.



Darnielin, seul dans son bureau, rouvrit les yeux. Une troupe démoniaque d’importance moyenne venait de disparaître en l’espace d’une minute… Bien qu’éloigné de milliers de kilomètres, le satyre pouvait sentir l’énergie résiduelle provenant du meurtrier. Un humain… Son nouvel associé, le fameux Guerrier Millénaire. Il possédait une puissance si grande… Darnielin ne doutait pas qu’il vaincrait son père et prendrait la tête des démons. Après tout, son peuple ne cédait qu’à une règle simple : Le plus fort commande. Mais être maléfique ne suffisait pas. Les démons avaient leurs fiertés et ils ne se laisseraient pas manipuler par un humain bien longtemps.
Darnielin sourit tout en sortant une petite boite de son bureau. Elle était faite d’un bois noirci, certainement dû aux siècles passés dans le plan démonique. Un bois subtilisé aux suprêmes, cette race très ancienne aujourd’hui disparue. Depuis quand l’avait-il ? Il ne le savait même plus… Le démon fit pivoter le couvercle et ouvrit la boite. Il en extirpa une gemme d’un noir de jais. Un artefact créé par la Trinité, il y a des millénaires. Jamais il n’avait eu l’occasion de l’essayer. Il ne savait même pas si elle fonctionnait… On disait qu’elle pouvait voler le pouvoir de n’importe quelle créature à sa mort. Et il fallait du sang pour l’activer. Darnielin poussa un soupir. Si la cuirasse protégeant son torse avait bien un défaut, c’était celui-ci : L’empêcher de faire couler son sang. Mais à coté, cela lui offrait une protection bien plus grande qu’une armure classique. Avec peu d’enthousiasme, le satyre fit glisser un ongle sur l’entaille près de son œil afin d’y récolter une goutte de sang qu’il fit glisser sur la gemme. Grâce à ses pouvoirs démoniaques, la plaie se referma immédiatement. Son sang engloba la gemme avant de s’y engouffrer. Une multitude de couleurs naquirent en son sein et tournoyèrent à une vitesse folle. Puis, elles convergèrent au centre, avant d’imploser, illuminant la pièce. Et seul le rouge sang demeura dans la gemme. Darnielin la rangea dans une poche de son trench-coat. S’il la jouait fine, il pouvait fort bien trouver des partisans. Des démons majeurs qui voudront évincer l’humain. Mais avant, il lui fallait se refaire un nom parmi les siens. Et pour cela, il faisait toute confiance à son associé. Il lui redonnerait une place de choix dans la hiérarchie démoniaque. Il suffisait de laisser le temps au temps. La sagesse était une arme tout autant que la patience.



Drake rejoignit bien vite l’Outrelgante. Il se plaqua contre la station et attendit un instant. Il n’y avait aucune patrouille pour monter la garde. Le signe de l’arrogance des démons. Drake sourit. Trop prévisibles. L’homme prit une profonde inspiration et fit le vide dans son esprit. Il scinda son esprit et son corps, se créant une forme éthérée. Grâce à elle, il put pénétrer le vaisseau, passant au travers du métal. Il n’aimait pas cette forme… Oh, certes, elle avait un aspect pratique. Mais ses sens étaient peu aiguisés. Il ne voyait presque aucun être vivant et sa vision était troublée. Et surtout… Il était plus que vulnérable ! Drake secoua la tête et se focalisa sur son objectif. Il arpenta le vaisseau sans être vu. Mais il ne croisa aucun démon. Il ferma alors les yeux pour voir au-delà des choses. Et il ressentit les énergies démoniaques partout autour de lui. Il rouvrit les yeux et regarda au travers des murs. Ils étaient tous regroupés dans une unique salle, à genou devant un autre démon… Drake pivota sur lui-même, regardant tout le vaisseau avec son pouvoir. Un frisson fit trembler sa forme éthérée. Ses yeux se posèrent sur une pièce à l’écart. Celle qu’il avait vue dans les souvenirs du lieutenant. Il s’en approcha et sentit des picotements le parcourir. Mais il n’en tint pas compte, et traversa la porte. Un arc électrique le frappa de plein fouet et l’éjecta de la salle, tel un boulet de canon. Il secoua la tête et se força au calme. Les yeux fermés, il visualisa son corps. Le monde autour de lui disparut alors que sa forme éthérée s’évanouissait peu à peu.
L’homme réintégra son corps et dû user de toute sa volonté pour ne pas flancher. Il avait reçu un sacré choc. Avec un grognement, il concentra sa pensée sur cette fameuse salle. Son corps s’entoura d’une aura verte avant de devenir translucide. Puis, il disparut tout simplement pour rejoindre le parchemin. Drake reçu un éclair en pleine poitrine en pénétrant dans la pièce, manquant rater son processus de réapparition. Il concentra sa magie et se protégea d’un bouclier. A l’abri, il analysa la barrière protectrice. L’enchantement était assez simple mais puissant. Nul doute que les démons les plus faibles finissaient en tas de cendres s’ils avaient le malheur d’approcher la pièce. Drake prit une profonde inspiration. Il savait comment détruire le sort. Mais ça allait picoter… Il annula son bouclier et encaissa une décharge avec un grognement. Il libéra de la main gauche une multitude d’éclairs pour contrer ceux qui fondaient sur lui. Une tempête d’énergie éclata. Les arcs électriques allaient et venaient en se repoussant sans cesse, explosant dans toute la pièce. De sa main libre, l’homme canalisa une boule de magie bleue et l’envoya au centre du phénomène. Une vive lumière inonda la salle alors que l’enchantement cédait et disparaissait. Drake sourit. Il s’approcha du parchemin et grogna. Son épaule gauche l’élançait… Il la regarda et ouvrit de gros yeux, surprit. Il était… Blessé ? Et il saignait... Il avait sous-estimé la puissance du sortilège… L’homme apposa sa main sur la plaie et irradia d’une petite lumière. Il grogna alors que son épaule tremblait. De petits éclairs frappèrent la plaie et lui arrachèrent un cri. Finalement, elle se referma, laissant une belle cicatrice. Drake cracha. Il avait de plus en plus de mal à utiliser les pouvoirs de la lumière… Il soupira et repoussa ce genre de pensées. Elles l’entravaient. Il reporta son attention sur le parchemin. Il passa ses mains au dessus et sentit divers enchantements protecteurs, tous avec une signature énergétique différente. Il en comptait pas moins de cinq. Cinq démons majeurs qui protégeaient un parchemin dont la moitié ignoraient sûrement son utilité. Cela le fit sourire. Il se prépara à les annuler, puis s’arrêta et recula d’un pas. Il avait déjà de la chance que tout ce remue-ménage n’ait pas attiré l’attention… De plus, une autre tâche l’attendait. Avant tout, devenir Illdinus. S’assurer de ne plus avoir le gardien et son élève dans les pattes. Puis rebâtir son empire… Et enfin après, il pourrait s’occuper du parchemin…


Drake s’approcha à petit pas de la salle du trône, dissimulant son aura. Il lui fallait pénétrer la pièce. L’homme poussa un soupir et apposa les mains sur son visage et se mit à le malaxer. Il poussa un grognement en rejetant sa capuche en arrière. Son visage se couvrit de cloques et se mit à bouillonner. Il gémit et se retint d’hurler. Son corps craqua et trembla. Sa peau changea de couleur et des cornes poussèrent sur ses avants bras et sur son crâne désormais chauve. Son visage se remodela pour devenir dur comme la pierre. Drake ouvrit les yeux et se redressa en poussant un soupir. Cette métamorphose lui était insupportable. Il se sentait lourd… Fort heureusement, il ne la garderait pas longtemps. Déguisé, il pénétra donc la salle du trône. Quelques regards se tournèrent vers lui, mais personne ne sentit sa nature humaine. Satisfait, l’homme rejoignit les démons. Nerclaw était assit dans son fauteuil, les yeux mis clos. Du moins, c’était ce que supposait Drake. Le démon avait un corps ressemblant légèrement à celui de son fils, Darnielin. Mais sinon… Des piques sortaient un peu partout sur son corps. Sa peau était d’un violet maladif. Ses yeux n’étaient que deux fentes noires, sans pupilles, sans vie. Sa bouche n’était qu’un ensemble de crocs rougis. Quand à son nez… Deux simples fentes. Nerclaw leva une main vers son second, à ses cotés. Celui-ci intima le silence et se mit à parler dans la langue des démons. Un dialecte sec et agressif qui ressemblait plus à des bruits gutturaux qu’à de vrais mots. Au vu du ton, Drake ne doutait pas qu’il s’agissait d’ordres. Mais il n’aurait pu le parier. Certains démons à coté de lui souriaient férocement. Un plan de bataille… Drake sentit un regard sur lui, et une certaine tension. Ses yeux firent le tour de la salle avant de se poser sur l’Illdinus. Le démon regardait au fond de son âme, passant outre sa chair et son déguisement. Et l’homme frémit. Mais l’Illdinus n’esquissa pas le moindre geste. Il tourna la tête vers les autres troupes, et la réunion continua. Drake s’humecta discrètement les lèvres. Il n’arrivait pas à définir son malaise... Et il comprit qu’il avait eu peur. Ce qui était inacceptable !
Le second continua de parler durant de longues minutes et Drake piqua du nez. Il réprima avec difficulté un bâillement et se rendit compte qu’il n’y avait que le silence. Tous les regards étaient tournés vers lui. Il grogna avec incompréhension et seul un rire lui répondit.
- Le déguisement, pas mal. Mais pour l’imitation, tu repasseras.
Drake plongea son regard dans celui de l’Illdinus. Celui-ci lui fit signer de s’avancer. Après une seconde d’hésitation, l’homme obéit. Il se posta devant le chef démoniaque et reprit son apparence normale au bout d’une minute. Fort heureusement, ce n’était pas aussi douloureux…
- Je dois bien avouer que tu m’impressionnes humain. Tes pouvoirs sont grands. Mais que fais-tu ici ?
Drake ramena sa capuche sur sa tête et sonda le démon. Il avait quelque chose de différent de son souvenir… Pour autant, il n’irradiait pas d’énergie. Alors, l’homme lui accorda son sourire le plus mauvais.
- Seulement ta place.
Seul le silence accueillit sa phrase. Puis, Nerclaw partit dans un fou rire, suivi de ses sbires. Piqué au vif, l’homme pinça les lèvres pour éviter d’exploser.
- Devrais-je m’incliner devant toi ?
- Oh non. Ton cadavre à mes pieds suffira.
Nerclaw fit l’équivalent d’un haussement de sourcil, de ce que put en juger Drake. Il n’était pas simple de décortiquer ces expressions…
- Est-ce un défi ?
- Tout juste.
Le silence s’installa. Nerclaw croisa les doigts, en pleine réflexion.
- Quel intérêt y ais-je ? Tu n’es pas de notre peuple.
Drake sourit.
- Alors, les tiens diront que tu es un lâche.
L’Illdinus se leva d’un bond. Pour autant, il parla sans élever la voix.
- Lâche ? Mot plus qu’absurde dans la bouche d’un humain ! (Il se rassit.) Pourtant… Très bien. Je relève le défi. Mais seulement si tu peux battre Ierlo ici présent.
Le second s’inclina avec un sourire amusé. Drake haussa les épaules, pas le moins du monde intimidé. S’il battait le second, alors il combattrait Nerclaw. C’était une simple formalité. Les démons s’écartèrent, laissant une zone de combat plus que large. Drake et le second s’avancèrent au milieu de la pièce. Ce dernier fit craquer ses articulations et se mit en garde. Les secondes s’écoulèrent sans que rien ne se passe. Puis, l’Illdinus abaissa la main, et le démon disparut. Drake n’esquissa pas le moindre geste. Son adversaire réapparut et disparu à plusieurs reprises tout autour de lui. Finalement, il attaqua. Son poing fendit l’air pour frapper l’humain à la tête. Celui-ci se pencha en avant pour éviter le coup, tout en envoyant son pied en arrière. Le second cracha, le souffle coupé, et recula précipitamment avant de se remettre en garde. Drake ricana et se volatilisa. Il réapparut à la gauche de son ennemi et attaqua ! Le démon para le coup… Qui n’arriva jamais. Il ne se rendit compte que trop tard de son erreur. L’humain avait disparu à nouveau. Il referma sa main sur la gorge du démon et apposa sa main sur son torse avant de libérer une puissante rafale d’énergie. Le second traversa la pièce avec un cri et s’écrasa contre un mur dans un grand crac avant de s’affaisser mollement. Drake, avec un sourire victorieux, fit face à l’Illdinus. Ce dernier ne bougea pas.
- Alors ? On ne tient pas parole ?
Un petit sourire se dessina sur les lèvres décharnées de Nerclaw. Une ombre recouvrit l’homme. Celui-ci écarquilla les yeux et tourna la tête. Il fit un pas de coté pour éviter la charge du second et poussa un juron. Il l’avait sous-estimé. Il fondit sur sa proie et la plaqua au sol. Ses ongles percèrent la fine peau du démon au niveau de ses joues.
- J’espère que tu as faim…
Et il lâcha une nouvelle rafale d’énergie, dans la bouche de son adversaire. Le démon poussa des hurlements étouffés alors que son corps était agité de soubresauts. Il se consuma entièrement.
Alors que les cendres tombaient lentement sur le sol, Nerclaw se redressa en poussant un soupir.
- Ainsi soit-il.
Il détacha la cape qui était posée sur ses épaules, puis descendit une à une les marches menant à son trône. Les deux combattants se toisèrent sans rien dire. Un lourd silence tomba dans la salle du trône. Drake sentit un filet de sueur froide couler le long de son dos alors que son ennemi le sondait en profondeur. Et il ne pouvait même pas l’empêcher. Quels étaient les pouvoirs de Nerclaw déjà ? Le démon brisa le silence.
- Le mal est en toi, tout comme il est en nous. Il est ta nature, ta raison d’être. Mais tu n’es qu’un enfant perdu. Ta destinée était tracée. Tu devais sauver ton monde de la destruction. Et par la même occasion, sauver une race très ancienne… Mais tu as perverti ton rôle, persuadé que tu étais l’élu. Que ta vision était la seule.
Alors qu’il parlait, Nerclaw leva la main et envoya une onde de choc sur l’humain, balayant toute créature sur son passage. Drake poussa un cri et se cogna contre le mur derrière lui. Il se redressa en grognant. Il n’avait pas vu le mouvement de son adversaire et n’avait pas pu échapper à l’attaque. Son esprit était comme hypnotisé par les paroles du démon, à un point qui le terrifia.
- Mais il y a une vérité que tu sais. Une vérité que tu préfères enterrer en te berçant d’illusions…
Mais oui ! Nerclaw était un expert en télépathie et hypnose orale… Des pouvoirs terrifiants…
- Tu connais cette vérité n’est-ce pas ?
Drake déglutit et se rapprocha lentement de l’Illdinus avec un regard haineux.
- Tu n’es pas l’élu.
- La ferme !
Nerclaw sourit.
- Tu n’es qu’un réceptacle. Un pitoyable petit être qui combat une destinée qui lui échappe.
- ça suffit !...
Drake tremblait de tout son corps sous le rire de son ennemi. Il poussa un cri et chargea sans réfléchir. Le démon l’attrapa au vol, le fit tournoyer, et le renvoya à l’autre bout de la salle. Et attendit que l’humain se relève.
- Tu n’es pas l’élu !
La voix frappa Drake et résonna dans son crâne comme des coups de marteaux. Il tomba à genou et hurla. Puis il s’écroula, haletant. Un autre lui avait dit la même chose…


« An 2018.
L’Outrelgante volait en orbite basse autour de la Terre. La station spatiale avait bien changée avec les années. Du système de propulsions aux cabines en passant par la salle du trône, elle était devenue un vrai petit bijou technologique. Drake était là, assit sur son trône marqué d’un « G » et d’un « M » majuscules, en lettre d’or sur fond rouge. Il attendait, visiblement seul, dans le noir. Deux de ses doigts tournaient lentement, sans qu’il n’y pense vraiment, et une aura bleue s’en échappait. De temps à autre, un grognement de douleur résonnait dans la salle du trône. Mais l’Illdinus ne semblait pas le remarquer. Au milieu de la pièce, voletait, la tête en bas, un démon enveloppé d’une aura bleutée. Il suivait les mouvements effectués par son seigneur sans aucun moyen de s’en défaire. Finalement, Drake ramena sa main sur son accoudoir en poussant un petit soupir. Et son subalterne tomba avec un grognement et un bruit mat. Lentement, il se redressa et croisa le regard de l’humain avec une pointe de haine. Il se ressaisit immédiatement, et se mit à genou. Son corps était couvert d’hématomes et du sang suintait de ses blessures. Drake se leva et rejoignit le démon. Il tourna autour de lui sans un mot. Les minutes s’écoulèrent et un raclement de gorge incertain brisa le silence.
- Répète donc ce que tu m’as dit.
Le démon opina vivement et s’humecta les lèvres.
- Sous les ordres de notre seigneur Darnielin, votre second, nous sommes partit à la recherche de votre…
Drake le coupa d’un mouvement de main, la voix du démon mourrant dans sa gorge.
- Non. La suite. Qu’est-il arrivé à l’escouade de trente démons que tu commandais ?
Il abaissa le poignet, et le subalterne put reprendre son souffle.
- Nous avons survolé la France… Le…Euh… Massif…
L’Illdinus lui fit signe de poursuivre.
- Et, nous avons senti une présence dans le temple. Alors nous avons voulu vérifier. Mais… Quelque chose… Nous a… Je n’ai pas vu ce que c’était Seigneur ! Ça a détruit l’escouade en moins de dix minutes… Sans jamais se montrer ! Mais je…
Les portes grincèrent en s’ouvrant doucement pour laisser passer Darnielin. Le second s’avança légèrement. Il regarda autour de lui et renifla l’air. Une légère odeur de sang titilla ses narines et lui arracha un sourire. Il leva sa main devant son visage et libéra une petite boule de lumière qu’il envoya au plafond. La sphère grossit et irradia, illuminant toute la salle. Pas que l’obscurité le dérangeait (Après tout, il voyait aussi bien de nuit comme de jour, comme tout démon.), mais il trouvait plus agréable d’avoir une vue éclairée. Drake soupira doucement en posant son regard sur son second.
Darnielin portait un trench-coat de cuir violet, comme à son habitude, mais filigranés d’argent, tout comme son pantalon d’un noir de jais. Il s’inclina devant son maître et n’offrit au subalterne qu’un regard de mépris.
- Vous m’avez fait demandé, puissant Seigneur ?
- Je te signale qu’être dans le noir était un choix.
- Oh…
Darnielin leva à nouveau la main pour dissiper son enchantement, mais Drake hocha négativement la tête. Alors il n’en fit rien.
- Peux-tu m’expliquer ça ?
Il désigna d’un geste nonchalant le subalterne. Darnielin déglutit et bafouilla.
- Je…euh…
Drake soupira en rejoignant son trône. Il s’assit avec lenteur, prenant soin de marquer chacun de ses gestes. Puis, il plongea son regard dans celui de son second.
- C’est à toi et toi seul que j’avais confié cette mission. Peut être aurais-je dû préciser que tu devais l’accomplir en personne quand j’ai parlé de discrétion ?
L’intéressé déglutit.
- Je vous prie de m’excuser. Je ne savais pas que cet incapable pourrait…
Le subalterne se mit à gémir.
- Je n’ai fais que suivre les ordres, je vous en prie mes Seigneurs !
Drake cracha et leva un doigt vers le démon à genou. Un trait d’énergie ionisa l’air, le réduisant en un tas de cendres.
- Je hais les couineurs. Surtout dans une race si fière.
Il ricana et Darnielin se sentit encore moins en sécurité. Il coula un regard vers les restes du subalterne et eut un léger mouvement de recul, apeuré.
- Que vais-je faire de toi ?
Le second mit un genou à terre et baissa la tête.
- J’ai fais une grossière erreur Maître, et suis prêt à recevoir le châtiment que vous jugerez nécessaire de m’infliger… Mais je vous supplie… (Il s’humecta les lèvres.) De me laisser le temps d’achever ma mission. Laissez moi vous la ramener.
L’Illdinus afficha un sourire amusé.
- Toujours aussi lèche-bottes Darnielin. Tu m’amuses. Je te laisse une heure.
- Merci Grand Seigneur.
Darnielin recula, la tête toujours baissée, les dents serrées, et sortit de la salle du trône. Il attendit que les portes se referment et poussa un soupir en se plaquant contre le mur. Il s’essuya le front et s’étonna de la quantité de sueur qu’il récolta. L’Illdinus lui foutait une trouille bleue… Et c’était de sa faute si l’humain était sur le trône. Il avait fait une bien belle erreur. L’homme était totalement fou… Un être du bien corrompu par le pouvoir et le mal… Il était pire que les démons ! Car, quoi qu’on puisse dire sur eux, ils suivaient un cheminement logique. Ils étaient forts, mauvais et belliqueux... Et pour éviter leur propre anéantissement, ils s’étaient lancés dans une croisade contre les autres peuples, dans un but absurde pour survivre et reculer leur fin tragique qui arriverait quand ils se retrouveraient seuls. Mais Drake était différent. Le pouvoir seul l’intéressait, et il tuait sans distinction, faisant passer ses caprices avant toute chose. Comme celui de retrouver sa femme. Cette… humaine pour qui il s’était éprit. Darnielin avait toujours eu un sentiment étrange en sa présence… Pas vraiment de malaise, mais…
Il soupira et chassa ses pensées de son esprit. S’il voulait vivre au moins un jour de plus, il devait retrouver l’humaine. Le second ne voyait qu’un seul endroit où elle avait pu se rendre. Le sanctuaire… Il se rendit au hangar, sans jamais se retourner vers les démons qui attendaient ses ordres, et s’élança vers la Terre.



La Terre, planète des hommes, était plongée dans la tourmente et le chaos. Partout des villes brûlaient, des gens hurlaient, des cadavres s’entassaient… Drake Albin, le Guerrier Millénaire, avait placé, il y a bien longtemps, la planète sous sa protection. Mais au cours des derniers mois, les démons avaient attaqués diverses zones, tuant chaque fois un peu plus. Et depuis peu, ils ne connaissaient plus aucune limite. L’Illdinus avait alors prit le nom de Destro, un être perverti jusqu’au plus profond de son âme.
Darnielin se posa devant le sanctuaire, en plein cœur du massif central. Cette caverne millénaire qui abritait le gardien et la prophétie du Guerrier Millénaire. Un sentiment de bien être s’échappait de l’endroit, qui frappa le démon et faillit lui faire oublier sa mission un court instant. Mais il repoussa cette sensation comme on le ferait d’une mouche et entra. Il descendit calmement l’escalier d’or, prenant garde à ne pas glisser, à rester aussi silencieux que possible. Il s’avança dans la pièce principale, porteuse de la légende et regarda autour de lui. Des torches brûlaient à divers endroits, et du feu s’échappait d’un petit muret au centre de la salle. Et, tranquillement assise sur un rocher, attendait la reine. Avec humilité, le second s’approcha et s’inclina.
- Ma Reine.
Elle lui répondit d’un sourire las.
- Je savais qu’il t’enverrait.
- Alors tu sais également pourquoi je suis là.
Elle opina. Son regard se perdait dans la salle sans oser croiser celui du démon. Son cœur battait à tout rompre. Elle était inquiète. Pire, elle avait peur. Peur de son mari, peur de l’avenir…
- Et tu comprendras que je ne veuille pas retourner à ses cotés. Je dois l’en éloigner. M’en éloigner.
Le second secoua la tête avec un soupir.
- Si je rentre sans toi, il me tuera.
Leurs regards se croisèrent.
- Pourquoi Darnielin ? Pourquoi tout ça ?
Il fronça le nez, incrédule.
- Pourquoi quoi ?
Elle soupira et Darnielin eut l’impression qu’elle allait s’écrouler. Mais elle se redressa, et une flamme brûla au fond de ses yeux.
- Pars. Je ne te suivrais pas.
Il fit un pas en avant.
- Je te forcerais s’il le faut ! (Sa voix était menaçante.) Et tu ne pourras pas m’en empêcher.
Elle opina.
- Mais lui, si.
- Lui ?
Aussitôt, quelque chose frappa le second au visage, l’attrapa, et l’envoya valser à travers la pièce. Darnielin passa à travers le mur et se retrouva la tête en bas, parmi les débris. Le sol trembla alors que les murs s’effritèrent. La grotte grondait, menaçant de s’écrouler à tout instant. Le démon roula afin de se relever et secoua la tête pour se remettre les idées en place. Puis, il courut et attaqua l’inconnu. Mais ce dernier para l’attaque avec une facilité déconcertante, armé de ce qui semblait être un bâton, et fit tomber le démon. Darnielin grogna, se redressa et griffa l’air de ses doigts. Puis, il se déplaça instantanément dans le dos de son ennemi pour le prendre à revers. Mais l’ombre attrapa son bras, bloquant le coup et le souleva avant de l’envoyer contre le plafond. Le second retomba au sol et prit un instant pour retrouver ses esprits. Il adressa un regard haineux à son adversaire, et chargea son énergie au creux de sa main.
- Bloque ça !
Et il lança la boule. L’énergie crépita et fila sur l’homme qui ne fit pas le moindre geste pour l’éviter. Il tendit la main et stoppa l’attaque. La boule grésilla et le temps sembla se figer un instant sous le regard apeuré du second. Et elle repartit dans l’autre sens avec encore plus de puissance. Darnielin jura et roula sur le coté. Le souffle de l’explosion l’expédia tête la première dans un mur, créant de nouvelles secousses. Des morceaux de roches tombèrent du plafond dans un fracas assourdissant et soulevèrent un nuage de poussière. Profitant de la confusion, le démon s’élança vers le ciel. Il devait prévenir l’Illdinus ! Lui dire où était sa femme et qui le protégeait ! Mais une main attrapa la patte du second et lui fit cogner le sol. Etourdit, découragé, vaincu, le démon ne put empêcher son ennemi de le traîner vers sa reine.


Drake était assit sur son trône, les yeux clos et les bras croisés. Il attendait le retour de son second avec toute la patience qu’il pouvait avoir. Ce qui signifiait très peu. Il n’était là que depuis une heure, et il avait pourtant l’impression d’attendre depuis des semaines. Darnielin avait-il fuit ? Non. Drake doutait que son second soit assez fou pour faire pareille chose… Il devait se douter qu’il ne lui échapperait jamais. Alors avait-il été vaincu ? L’Illdinus fronça le nez. Il ne voyait personne ayant assez de pouvoir en dehors de lui… Mais où pouvait-il bien être ?
Drake se releva en grognant. Il devait tout faire lui-même ! Mais alors qu’il se préparait à rejoindre la Terre, un son retint son attention. Un bruit lent et régulier qui tapotait et résonnait dans les couloirs presque vide du vaisseau. Drake haussa les sourcils, intrigué, et attendit. De longues secondes s’écoulèrent, le son allant grandissant. Finalement, un homme passa l’embrasure de la porte.
- Toi…
L’Illdinus eut un instant d’hésitation. Puis il éclata d’un rire franc qui résonna dans la vaste salle déserte.
- Gardien. C’est un plaisir de te recevoir. Ma demeure… (Il fit une révérence amusée) est la tienne.
Puis, il repartit s’asseoir et toisa le vieil homme du regard. Celui-ci n’avait pas bougé. Drake se pinça les lèvres.
- Que me veux-tu ?
Le gardien avança d’un pas. Il émanait de lui une sensation de bien être et de tranquillité qui ébranla la confiance du Guerrier Millénaire. Il n’arrivait même pas à percevoir la présence du vieil homme…
- Je veux savoir… Es-tu bien sûr du chemin que tu as choisi Drake ? Il n’est pas trop tard pour rebrousser chemin. Regarde un peu les tiens. Ton peuple est en train de mourir… Je t’en supplie…
Drake leva la main, les yeux emplis de rage.
- Il suffit ! D’abord, mon nom est Destro, vieillard ! Pas Drake…
Il cracha, marquant son dégoût pour son ancien nom.
- Ensuite, nous en avons déjà parlé. Si tu es venu pour ça, tu peux repartir. Sois déjà reconnaissant que je te garde en vie.
Le gardien secoua la tête, désolé.
- Alors tu comprendras que je n’ai pas le choix… Je dois t’arrêter.
- Toi ?
Destro éclata de rire.
- Mais tu n’en as pas le pouvoir !
Le gardien opina et s’écarta d’un pas pour laisser passer une autre personne. C’était une femme, à n’en pas douter. Destro plissa les yeux, intrigué, avant de se figer. Elle avait les cheveux attachés à la hâte en une petite queue de cheval et d’énormes cernes. Mais ces yeux en amandes, ces cheveux bruns… Amandine ! La reine… l’Illdinus s’était relevé sans même s’en apercevoir. Il fit un pas vers sa femme, la main tendue. Mais elle secoua négativement la tête.
- Moi je peux, Drake. Et je vais le faire.
Son cœur saignait. Ses jambes étaient faibles. L’homme posa une main sur son front, en proie à une migraine terrible. Le gardien l’avait retourné contre lui… Elle le trahissait.
- Pourquoi ?...
Il avait la bouche pâteuse. Son corps tremblait légèrement. Destro se força au calme. Elle paraissait si fragile… Si fatiguée. Il n’avait qu’une envie, la serrer contre lui et l’embrasser.
- Car tu… Tu es fou Drake…
Des larmes roulaient sur les joues d’Amandine. Ce qui brisa le cœur de Drake. Le peu d’humanité qu’il lui restait…
- Et je dois t’arrêter ! Tu as fais trop de mal…
Le Guerrier releva les yeux et posa un regard haineux sur son ancien maître. Tout était de sa faute ! Il poussa un cri et tendit les mains, y concentrant sa magie. Il l’allongea, lui donnant la forme d’une lame qu’il envoya sur le vieil homme. L’énergie crépita et fila à une vitesse folle. Le gardien frappa le sol de son bâton. Aussitôt, le bois s’illumina et un mur de flammes se dressa, absorbant l’attaque. Drake poussa un grognement animal, le visage enlaidit par un masque de haine.
- Tu es… Une amère déception pour moi, Drake.
La rage emplissait l’Illdinus.
- Mon nom est Destro, pauvre fou !
Il écarta les mains et chargea à nouveau son énergie.
- Et je vais te tuer !
Amandine se plaça entre les deux hommes. Drake écarquilla les yeux et relâcha les bras, laissant sa magie s’évanouir.
- Ecarte-toi.
Il avait parlé d’une voix un peu plus dure qu’il ne l’aurait voulu. Mais il gardait le visage fermé, sévère. Elle secoua la tête négativement et joignit les mains. Amandine fut secouée d’un spasme. Des éclairs l’enlacèrent et léchèrent ses bras. Doucement, mesurant chaque action, elle écarta les mains, dévoilant une petite boule d’énergie qui grossit rapidement.
- Je… Pardonne moi… Je dois le faire…
Et, avec un cri, elle relâcha l’attaque. La boule fila sur Drake. Il fixa ses yeux dessus, interdit. Que pouvait-il faire ? Que devait-il faire ? Le temps sembla ralentir alors que la réalité autour de lui s’allongeait, lui donnant l’impression d’être dans un couloir. La boule avait la puissance d’un soleil. Et sa chaleur. Drake grogna quand son visage commença à le brûler. Sans vraiment s’en rendre compte, il leva les mains et envoya un rayon de même intensité. Les deux attaques se rencontrèrent dans un fracas assourdissant et un rejet de puissance qui secoua toute la salle. Le vaisseau trembla et grinça. Destro sentit le sol sous ses pieds se gondoler. Les murs commencèrent à se fissurer, et des bouts de métal s’en détachèrent et volèrent au dessus d’eux. Les secondes, puis les minutes s’écoulèrent dans une parfaite égalité. L’Illdinus grogna. Comment sa femme avait-elle obtenue tant de pouvoir ? Il avait du mal à la contenir et ne pouvait repousser l’attaque sans risquer de cramer toute son énergie. Il sentit un tremblement secouer son bras et se força au calme. Ses yeux se posèrent sur Amandine. Il étendit son esprit, veillant à ne pas perdre sa concentration et toucha la jeune femme. Mais celle-ci lui ferma le sien. Mais elle était à bout de souffle, Drake pouvait le sentir. Le corps de sa femme était agité de petits spasmes de plus en plus forts et rapprochés. Elle suait à grosses gouttes et les éclairs frappaient sa peau, laissant des traces rouges. A certains endroits même, elle saignait… Ce qui fit souffrir Drake. Il baissa les yeux. Elle ne tiendrait plus longtemps…




Le gardien s’approcha prudemment de son ancien élève. Il déglutit devant les puissances qui s’affrontaient. Amandine prenait le dessous. Il sentait la volonté de la jeune femme s’amoindrir. Elle était à bout de force. Drake tourna la tête, réalisant sa présence.
- T-Toi… Je jure… De te le faire payer, pourriture !
Le vieil homme secoua tristement la tête. Oui, il était entièrement responsable. Amandine mettait sa vie en jeu. Elle payait le prix de son incompétence.
- Je suis désolé mon enfant… Désolé de ne pas avoir été à la hauteur…
Destro écarquilla légèrement les yeux. Avait-il bien entendu ? Le gardien se sentait-il coupable de son chemin ? Il sentit une étrange douleur dans sa poitrine… Dans son cœur…
- Je te dois la vérité.
L’Illdinus reporta son attention sur sa femme. Elle brûlait ses dernières forces. Elle poussa un cri et son énergie s’embrasa. Drake recula d’un pas. Ses oreilles sifflaient. Le sol se souleva et la pièce menaça de s’effondrer. Et au milieu de tout ce bruit, il entendit très nettement les paroles du gardien.
- Tu n’es pas l’élu. Ce n’est pas à toi d’en finir avec les démons. Tu manques de pureté pour cela…
Les mots frappèrent l’homme comme un poignard. Ses jambes faiblirent et tout son corps trembla. Il jeta un regard de haine à son mentor.
- Tu mens ! J’ai stoppé la guerre ! Je suis le seul à avoir réussit !
Le gardien secoua la tête négativement. Le regard de Drake devint implorant. Il déglutit et posa ses yeux sur sa femme. Puis, pour une raison qu’il ne comprit pas, il abaissa les bras, et laissa sa magie l’enlacer tel un bouclier. Les énergies le frappèrent de plein fouet. Peut-être la mort était-elle son destin… Son bouclier explosa. Il poussa un cri alors que l’énergie léchait son corps et le tordait. Ses forces faiblissaient. Soudain, la réalité se contorsionna autour de lui et le temps ralentit avant de passer en sens inverse. Drake frémit et prit peur. Mais il ne pouvait plus bouger. Son corps refusait de lui répondre. Il se sentit aspirer. Et soudain, l’énergie se résorba avant d’exploser.
Amandine fit un pas avant de s’écrouler. Le gardien se précipita et rattrapa la jeune femme. Il la déposa avec douceur sur le sol.
- Est-ce… Fini ?
Il opina.
- Alors… J’ai réussi…
Elle sourit. Le vieil homme leva son bâton et le passa au dessus du corps de la jeune femme. Une aura dorée parcourut le bois. Mais elle le repoussa.
- Non…
Sa voix n’était guère plus qu’un murmure, et elle avait du mal à articuler.
- Amandine ! Laissez moi vous soigner…
La jeune femme lui sourit et posa une main sur son visage, le caressant doucement.
- Il est trop tard… Et vous le savez…
Il baissa les yeux et une larme roula sur sa joue.
- Je n’aurais pas du… C’est…ce…
- C’était mon choix… Mon sacrifice… Et maintenant… Je peux partir, en paix.
Elle ferma les yeux. Le gardien la secoua doucement.
- Vous ne pouvez pas partir !... Il a besoin de vous…
Elle fit non de la tête.
- Je n’ai plus la force… Pas… Pas sans Drake…
Une larme roula sur la joue de la jeune femme. Elle serra la main du gardien.
- Je vous le confie…
Elle plongea son regard dans le sien, attendant une réponse. Il acquiesça.
- Bien sûr…
- Merci…
Elle lui sourit doucement. Et ferma les yeux. Une aura bleue enlaça le corps sans vie puis le gardien. Amandine se décomposa doucement jusqu’à tomber en poussière. Le gardien pleura alors que l’aura se résorbait. Le monde avait payé un tribut bien trop lourd. Une femme exceptionnelle était morte. Et il espérait que ça ne soit pas en vain. Lentement, l’homme se redressa. Désormais, tout reposait sur ses épaules…


Drake ouvrit lentement les yeux, le corps perclus de douleur et regarda autour de lui. Il flottait dans le vide infini. Il tenta de se redresser, et en fut incapable. Il était comme paralysé. Soudain, des couleurs emplirent son champ de vision, l’éblouissant. Il poussa un grognement muet alors que la voix du gardien résonnait à son esprit, blessant son âme.
Tu n’es pas l’élu.
L’espace autour de lui se tordit et s’allongea avant de tournoyer. Et Drake fut aspiré une nouvelle fois. Il se sentit tomber. Il entrouvrit les yeux et vit le sol, loin, très loin. Il se sentait las, faible. Il referma les yeux alors que des flammes léchaient son corps en pénétrant dans l’atmosphère. Il prit de la vitesse, se recroquevillant en position fœtale. Et frappa le sol avec un fracas assourdissant, soulevant un nuage de poussière.
Drake cligna lentement des yeux. Ses oreilles sifflaient et son esprit était embrumé. Pourtant, il entendit très nettement les sirènes et les voix qui résonnaient autour de lui. Il s’accrocha à ces sons afin de revenir à la réalité. Il posa son regard sur les personnes penchées au dessus de lui. Au vu de leurs yeux bridés, il devait s’agir d’asiatiques. Avec un grognement, l’homme tenta de se relever. Mais une main se plaqua sur son épaule et une voix lui brailla des ordres dans une langue qu’il ne comprenait pas. La rage prit le bas sur la faiblesse. Il plissa les yeux et posa une main sur celle de l’inconnu… Et la broya. Puis il se redressa sous les cris de douleur et de terreur. Destro afficha un rictus sadique et se laissa flotter pour s’extirper du cratère qu’il avait créé. Il était dans un petit village d’Asie, assez pauvre… Il renifla de dégoût et se posa devant un policier apeuré, arme au poing, tremblant comme une feuille. Il le souleva comme s’il ne pesait rien et plongea son regard de braise au fond du sien.
- On est où là ?!
L’humain hurla de peur mais ne dit mot. Drake le secoua, sans résultat. Une voix hésitante résonna sur sa gauche, dans un français approximatif, mais compréhensible.
- En… D-Deux… Milles… Six…
- Je n’ai pas dis quand… Mais où !... Attends… 2006 ?!
L’homme acquiesça vivement, paniqué. Drake laissa tomber le policier et regarda vers les cieux à la recherche de son vaisseau. Mais l’Outrelgante n’était pas là… Pas plus que l’abîme vers le plan démonique. Il recula d’un pas, incertain. Avait-il… remonté le temps ? Une nouvelle fois, les mots du gardien résonnèrent dans son esprit.
Tu n’es pas l’élu.
Il sourit. C’était un mensonge. Du venin craché par un vieillard apeuré ! Il regarda autour de lui. De nouveaux officiers de police étaient arrivés et le tenaient en joue, montrant le sol en braillant dans leur langue. Il leur offrit un sourire narquois et fit un pas vers eux. Un coup de feu retentit. Et le projectile tomba au pied de Drake, complètement aplatit.
- Grossière erreur.
Drake chargea son corps en énergie. Des éclairs dorés parcoururent son corps alors qu’il riait à gorge déployée, tel un fou. Puis, il la libéra d’un coup, rasant la ville de la carte.
Voilà ce qu’il était. Un dieu. Capable de créer et de détruire. Le Guerrier Millénaire n’était qu’une partie de son être. Il était tellement plus. Les anciens dieux eux-mêmes l’avaient sauvé de la mort, lui faisant remonter le temps pour empêcher le gardien de le trahir. Il s’envola d’un bond, et partit vers les cieux, son rire résonnant dans le soleil couchant. »



Drake se redressa en jetant un regard haineux à son ennemi. Il était l’élu… celui des dieux ! Sa rage prit le pas sur sa raison. Oubliant toute prudence, il poussa un hurlement et chargea.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mar 26 Juil 2011, 15:43

( Et voici le dernier chapitre que je vous posterais. Pour la suite, faudra attendre la sortie du livre et l'acheter, na ! Razz )
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Chapitre 5 : La légende.


Drake ouvrit doucement les yeux et s’étira en baillant. Une sensation de bien être s’empara de lui, sans qu’il sache pourquoi, et il sourit. Pourtant, sa nuit avait été agitée. Il avait revécu les ultimes moments de son cauchemar de la veille, alors que la voix grondait au dessus de lui. La lumière avait empli son champ de vision, et il avait crié. Le jeune homme poussa un soupir. Ce rêve était étrange. Mais pas autant que le suivant. Il avait volé dans la nuit, et arrêté des brigands. Être un super-héros. Drake s’assit dans son lit avant de se lever. Il prit quelques affaires dans son armoire et alla se doucher. Puis, il descendit au salon. Il était déjà treize heures et la faim le tiraillait. Drake prit une casserole et la remplit d’eau avant de la mettre sur la gazinière. Puis il attendit et les minutes défilèrent. Il mit les mains dans les poches sans vraiment s’en rendre compte et ses doigts caressèrent un bout de papier. Intrigué, le jeune homme le porta à son regard.
‘ Ton père est rentré. J’espère que tu n’as aucun souci. Si tu as faim, il suffira de faire réchauffer.
Je t’aime. Maman.’

Il fronça les sourcils. Mais… Ce message était dans son rêve. Alors, cela voulait dire que ?... Confus, Drake se rendit à peine compte du bouillonnement de son eau. Il baissa le gaz et chercha la casserole à tâtons, les yeux toujours rivés sur le petit mot. Sa main se posa sur le métal brûlant et il n’eut aucune réaction. Il trouva le couvercle et le retira. Puis, il se figea et posa son regard sur la casserole. Avait-il vraiment ?... Il déglutit et approcha doucement sa main du métal. Mais il ne ressentit rien. Drake fronça les sourcils et effleura le récipient avant de poser la main dessus. Toujours rien. Drake nageait dans l’incompréhension la plus totale. Il sentait le métal sous ses doigts, et au bouillonnement de l’eau, savait qu’il était brûlant. Mais aucune douleur ne traversait son corps. Après une longue hésitation, il passa prudemment sa main au dessus de l’eau. La vapeur passa entre ses doigts sans lui causer le moindre mal. Légèrement apeuré, fortement troublé, Drake, sans même s’en rendre compte, plongea la main dans l’eau bouillante. De la fumée s’échappa du récipient au contact. Mais Drake ne ressentit pas la chaleur. Tout au plus, un très léger picotement. Alors, son aventure d’hier soir était-elle…réelle ? Il écarquilla les yeux, entre excitation et peur. Avec précipitation, il retira sa main fumante du récipient, coupa le gaz, et monta quatre à quatre les escaliers. Il se jeta devant son ordinateur et l’alluma. Une fois la machine lancée, il ouvrit le navigateur internet et hésita. Que cherchait-il vraiment ? Il tapa le mot pouvoir dans la barre de recherche. Aussitôt, des milliers de résultat apparurent, faisant mention du verbe, de sa définition, sa conjugaison, du pouvoir politique en passant par le pouvoir d’achat. Drake poussa un soupir. Il lança une nouvelle recherche avec divers mots, tels invulnérabilité, force, légendes, prophéties, super héros. Mais il n’obtint aucun résultat satisfaisant. Il se laissa aller dans son fauteuil en se mordillant un ongle. Le jeune homme soupira et ferma les yeux. Il y avait forcément une explication, quelqu’un capable de l’aider ! Il rouvrit les yeux. Mais oui ! Il y avait bien cet homme… Ce fou qu’il avait rencontré après son accident, la veille… Le…Gar..Dien ! Oui ! Le gardien ! Il tenta une nouvelle recherche avec ce mot, sans plus de réussite.
- Hého ? Gardien ? (Appela t’il.)
Drake attendit, peu confiant. Mais personne ne vint.
J’aurais du m’en douter maugréa t-il pour lui-même. Il repensa aux minutes suivant son accident. Et l’image d’une montagne qui explosait s’imposa à son esprit. Il s’étira, songeur. Il avait l’impression d’avoir entendu parler de ça récemment… Peut être aux informations ? Il alla sur un site d’actualités et fouilla parmi les articles. Et finalement, il trouva son bonheur.
- Une montagne du massif central… La disparition d’un professeur loufoque…
Il afficha une carte de France et vérifia la position du massif central. Drake sourit. Il se redressa d’un bond et s’élança par la fenêtre. Puis, il s’envola.




Le gardien attendait au milieu des débris de la montagne. Son regard parcourait les ruines avec lassitude et mélancolie. La grotte avait été sa demeure pendant tant de millénaires… Et désormais, il n’en restait plus rien. Il n’avait plus de lieu ou se retirer du monde. Cela voulait-il dire que la fin approchait ? Il n’aurait su le dire. Il sentit au loin une aura grandissante qui s’approchait. Drake… L’élu. Le gardien s’assit sur une pierre et ferma les yeux. Il laissa son esprit s’échapper de son corps un instant et parcourut les cieux. Ses yeux se posèrent sur le jeune homme. Il émanait de lui une aura d’un bleu turquoise, reflet de son âme. Elle signifiait la douceur, l’empathie et la bonté. Le gardien tourna son regard vers la lune. L’Outrelgante… Il s’en échappait une noirceur étouffante. Le mal habitait le vaisseau et menaçait de s’écouler sur le monde. Et au milieu, il y avait cet être à l’aura rougeoyante. Il était le mal, la souffrance et la mort. Et pourtant, les vibrations émises étaient exactement les mêmes que celles de Drake. Le gardien, troublé, retrouva le confort de son enveloppe corporelle. Un lien unissait les deux hommes. Plus proche qu’un lien de parenté… Plus proche que des frères… Ils étaient comme les deux faces d’une même pièce. L’ombre et la lumière. Le gardien se redressa. Si Drake existait à deux endroits en même temps, alors la ligne temporelle de la face obscure avait du être très troublée. Et le gardien ne doutait pas qu’il y ait largement participé car le nouvel Illdinus voulait sa mort. Ce nouvel ennemi changeait tout. Le vieil homme avança parmi les décombres, las. Pourquoi fallait-il que les choses soient toujours aussi compliquées ?



Le soleil dardait de ses rayons la France entière. Drake contempla les forêts qui s’étendaient au sol et sourit. On aurait dit un océan de verdure. Rien ne laissait imaginer que le pays avait été encore la veille sous une épaisse couche de neige. Le jeune homme doutait que tout cela soit naturel, mais peu lui importait. Le vent soufflait doucement et s’engouffrait sous son t-shirt, gonflant le vêtement et léchant sa peau. Drake ferma les yeux et se laissa porter, oubliant tout, profitant de cette liberté. Il se sentait si bien qu’il faillit manquer sa destination. Le jeune homme se rapprocha des montagnes et, après un instant d’hésitation, se posa au milieu des décombres. Son regard se promena sur les ruines. Un reflet attira son attention. L’élu déblaya la zone et découvrit un objet en or. Il l’épousseta puis, prit un instant pour le contempler. Des runes étranges étaient gravées à l’intérieur. Il était certainement au bon endroit… Après un instant, il reprit son inspection des lieux et remarqua des marches bloquées par un énorme rocher. Il s’en approcha et passa ses mains dessus. La pierre semblait solide et très lourde. Il se mordit doucement la lèvre. Pouvait-il la déplacer ?
Fais-le. Drake se figea. Cette pensée l’avait traversée comme une flèche, forte, tranchante. Et ses mains se posèrent sur le rocher, sans qu’il n’en ait vraiment conscience. Il prit une brusque inspiration, la bloqua, et poussa. La pierre roula sur le coté avec une facilité déconcertante, manquant faire tomber le jeune homme. Il se redressa et déglutit. Il possédait une telle force... Cela lui faisait peur. Drake scruta la grotte à ses pieds, plissant les yeux pour voir à travers la pénombre. Une voix le tira de son observation.
- Je savais que tu viendrais.
Drake se redressa et posa son regard sur le gardien. Il s’inclina légèrement.
- Je… C’est… Il m’arrive des choses étranges depuis notre rencontre vous savez ?
L’homme opina. Il se volatilisa dans un nuage de fumée et réapparut aux cotés de Drake. Ce dernier fit un bond de coté.
- Woh ! Je…euh…
L’homme lui offrit son sourire le plus amical.
- Tu t’y feras.
Le jeune homme acquiesça mollement, peu convaincu.
- Croyez pas que j’apprécie pas hein, les pouvoirs et tout… Mais… Pourquoi moi ?
Le gardien dévisagea son jeune ami.
- Car tu es l’élu (Répondit-il simplement.)
Drake se racla la gorge.
- Euh… ça signifie quoi exactement ?
L’incompréhension se lut sur le visage du vieil homme.
- Que tu es l’élu.
Drake se passa une main sur le visage et étrangla un soupir.
- Laissez tomber.
Le gardien sourit.
- Suis-moi. Tu as beaucoup à apprendre.
Il s’avança parmi les décombres et s’arrêta devant un tas de pierre. Il frappa son bâton sur le sol. Aussitôt, un vent violent se leva et souffla les ruines, emportant d’énormes rochers. Elles tournoyèrent, se brisèrent et se posèrent avec douceur devant les deux hommes. Un nouveau coup de bâton, et elles s’assemblèrent, créant une masure. Drake, bouche bée, suivit son maître pour découvrir deux chaises et une table en pierre. Il siffla son admiration en s’installant.
- Tu as soif ?
Drake acquiesça, regardant autour de lui, impressionné. La magie était vraiment quelque chose de formidable. Les pierres étaient taillées et collées les unes aux autres. Si l’ensemble n’était pas très esthétique, il semblait solide. Le gardien leva son bâton au dessus de la table et dessina un petit cercle. Deux verres ainsi qu’une carafe se matérialisèrent. Le vieil homme les servit et tendit un verre à Drake. Celui-ci le prit et en but une gorgée. Il sourit. C’était un simple jus de fruit, mais son préféré. Après quelques secondes, le gardien reprit la parole.
- Que sais-tu des démons ?
Drake réfléchit quelques instants, passant un doigt sur ses lèvres.
- Des… Créatures de l’enfer ? (Hasarda t-il.)
Le gardien secoua négativement la tête.
- Vous êtes très en retard. Mais vous êtes un peuple jeune, c’est normal.


Drake s’installa aussi confortablement que possible dans son siège. Le gardien attendit un instant, s’humecta les lèvres, puis commença son récit.
- Notre univers est quasiment infini et très vieux. Personne ne connaît toutes les dimensions le composant et toutes les races y existant. Mais, ce qu’on sait, c’est qu’une très ancienne race est venu dans notre dimension et l’a subdivisé en six plans. Chaque plan a hérité d’un écosystème particulier. D’aucuns appellent cette ancienne race : les Dieux. Ils créèrent quatre grandes races, chacune appelée à dominer un plan : Les elfes, les démons, les humains et les cristaux.
« Le premier plan est celui des plantes. Les planètes sont sauvages, recouvertes de plantes à une intelligence sans pareilles. Les elfes en ont hérité. En tant que première race, ils sont les créatures humanoïdes les plus… Parfaites. A la fois beau, élégant, mais également agiles, vif et puissants. Leurs vies sont étroitement liées à la flore dont ils ont le contrôle.
Le second plan est celui des démons. Leur planète est d’une rudesse sans pareil, composée de volcans actifs et de déserts arides à perte de vue. La chaleur y est étouffante et l’oxygène très rare. Le contraire même du plan elfique. Et pour habiter dans un tel endroit, il n’y a que les démons. Il est dit que ces créatures sont l’extrême inverse des elfes. Moches et trapus, ils sont belliqueux, dénué de sentiments. Mais ils sont également d’une puissance sans égale à cause de l’environnement les mettant constamment à l’épreuve et possèdent de grands talents en magie.
Le plan suivant est celui des hommes. Doté d’un écosystème bien plus doux et équilibré, il fut laissé aux humains qui sont plus faibles physiquement que les autres races. L’intelligence et la sagesse sont leur force.
Viennent ensuite les cristaux dans le plan de la roche. Ce sont des êtres gigantesques et pacifiques, bien que peu accueillants. Leur force physique est impressionnante, et ils contrôlent la roche. Mais n’ont aucune faculté magique.
Puis, les Dieux créèrent un nouveau plan. Parmi les quatre précédents, en plus des races dominantes, ils avaient implémentés d’autres espèces, comme les animaux. On dit que les plus belles créatures, parmi les dragons, phœnix et autres, vivent dans ce plan d’une beauté sans égal.
Et enfin, vient le dernier plan. Le sanctuaire des Dieux. Un plan céleste, nimbé dans un doux halo et où la magie règne en maîtresse absolue. »
Le gardien marqua un temps d’arrêt et but une gorgée de jus de fruit. Il prit un moment pour réfléchir avant de reprendre.
- La dimension la plus proche de la nôtre est celle de la magie. Chaque plan y est relié à un certain degré. Celui des cristaux est le plus éloigné, suivi par celui des humains. Qui plus est, l’humanité n’est pas très réceptive à la magie. Ce qui vous empêche de l’utiliser. C’est pourquoi la magie ne fait pas partie intégrante de ce plan.
Drake fronça les sourcils.
- Je ne comprends pas…
Son maître considéra la chose.
- Et bien… Imagine que… Toi et un ami, vous retrouviez devant un panneau. Vous avez l’un et l’autre une très bonne vue. Vous lisez donc parfaitement le panneau d’accord ? Mais si vous reculez ? Arrivés à une certaine distance, vous ne pourrez plus le lire. C’est une limite naturelle.
L’élu opina.
- Bien. Maintenant, considère le même cas. Sauf que cette fois-ci, ton ami à un problème de vue. Vous reculez une nouvelle fois. Mais, cette fois-ci, ton ami aura moins de distance à parcourir avant de ne plus pouvoir lire le panneau. D’accord ?
Une nouvelle fois, le jeune homme opina.
- Bien. Maintenant, remplace ta vue par la capacité à sentir la magie. Le panneau est quand à lui une énergie invisible. Alors que tous les humains sont limités dans leur capacité à la ressentir…
- Moi, je n’aurais aucun souci ! (Termina t-il)
Le gardien sourit.
- Exactement.
- Mais alors…Si la magie est peu présente… Je me retrouve de ce fait limité, non ?
- Non. Car ta capacité à sentir et utiliser la magie est tellement grande qu’elle te permet d’y puiser pleinement.
Drake s’humecta les lèvres en acquiesçant, en proie à l’excitation. Le vieil homme sourit simplement avant de reprendre.
- Comme je te l’ai dis… Les démons sont une race sadique et belliqueuse… Ils se livrent un combat perpétuels où seuls les plus forts survivent. Et alors que les démons étaient condamnés à cette vie, un événement d’une puissance qui n’a d’égale que sa rareté c’est enclenché. L’alignement parfait des planètes composant les systèmes solaires de chaque plans, a proximité de chaque planète mère.
Drake fronça les sourcils pour marquer son incompréhension.
- Les systèmes solaires, comme le tien, se sont alignés pour chaque plan. Les planètes mères sont celles d’origine.
L’élu opina.
- L’alignement a libéré une pulsion électromagnétique d’une puissance colossale, grillant tout les systèmes électriques.
C’est donc la raison des pannes, pensa Drake.
- Mais pire que ça, il a affaiblit les barrières entre les plans. Trois démons majeurs ont alors percés le voile et rallié les leurs. Et encore maintenant, et à jamais, nous les appelons, la Trinité…
Le gardien s’humecta les lèvres, en proie à un léger tremblement. Il se ressaisit et secoua la tête avant de reprendre.
- Les démons ont lancé une croisade contre les autres plans. Pour éviter leur propre destruction, ils se sont mit à massacrer les autres races. Le plan de la roche fut le premier à tomber, suivit par celui des créatures divines. Après quoi, ils ont massacrés les elfes. Ce que je te dis a prit des milliers d’années. Et, au final, ils sont arrivés dans notre plan. Bien avant que les Terriens n’apparaissent, il existait une race d’humain dans ce plan. Leur nom véritable a été perdu depuis longtemps. Mais les démons les ont rebaptisés les Suprêmes. Car ils furent les seuls à les repousser. Les humains avaient prit le temps d’évoluer alors que les autres races se faisaient massacrer. Leur cerveau s’est développé à un tel point qu’ils ont pu utiliser la magie, comme toi. Ils ont alliés énergie mystique et technologie. La guerre se poursuivit inlassablement. Les Suprêmes n’étaient pas de taille à lutter contre la Trinité. La seule chose qui les sauvait était la fragilité de l’abysse.
« Le voile entre les plans se réparait continuellement jusqu’à se refermer, accordant un répit à l’humanité, permettant de reconstruire, recréer. Cette lutte dura durant des millénaires. Les Suprêmes avaient acquis une longévité égale à celle des démons : de quelques milliers d’années. Finalement, ils ont fait la seule chose leur permettant de survivre : Se débarrasser de la Trinité. Sans leurs chefs, les démons ne purent contenir l’abysse ouvert et se retrouvèrent de nouveau enfermé. Une paix qui fit pousser un cri de joie aux Suprêmes. Malheureusement… Les millénaires passer à déchirer le voile l’avaient fragilisés. La vérité était là : Ils n’avaient gagner que quelques millénaires. Le temps que les démons se reconstruisent, et qu’une nouvelle élite ne prenne place. Alors les humains ont décidé d’ouvrir eux même l’abysse. Ils ont utilisé beaucoup de temps, d’énergie et de ressources pour ouvrir une brèche vers le sixième plan. Cela n’aurait pas dû être possible. La raison pour laquelle les démons n’y étaient jamais allé était simple : Il fallait posséder les cinq planètes mères pour libérer suffisamment de puissance. Mais les humains réussirent à passer outre cette limite. Et ils migrèrent là bas, laissant loin derrière eux la guerre et la souffrance. Seulement, entre-temps, naquirent les premiers Terriens. Un groupe de scientifique Suprêmes avaient découvert l’aube de votre espèce. Ils ont même… Aidés à votre évolution. Alors que les Suprêmes avaient rebâti une civilisation dans le sanctuaire et que les siècles s’écoulaient, un des membres du conseil Suprême milita pour retourner dans le troisième plan. Afin de protéger l’humanité naissante… (Le gardien prit un instant de réflexion.) Ainsi qu’une… Importante relique qu’ils n’avaient pu emmener. Mais… C’était peine perdue. Alors, entourés de gens partageant sa vision, il prit la décision de repartir mettre un terme à la menace démonique. Plus d’une centaine de Suprêmes lui confièrent leurs pouvoirs. Avec, il ouvrit une brèche et retourna dans le troisième plan, vers la Terre. Les démons venaient de percer une nouvelle fois le voile. L’homme les combattit courageusement, en tuant des centaines. Mais il ne parvint pas à les vaincre. Alors qu’il faiblissait, il mit au point un puissant sort de vide qui souffla les démons et referma l’abysse. Il fut le premier Guerrier Millénaire.
Le vieil homme marqua une pause. Drake se pinça les lèvres.
- Mais les démons sont revenus.
Le gardien opina.
- Tout puissant qu’il était, il ne pouvait contrer la puissance de la nature même. Quand un des plans subit un alignement de planète, l’énergie ré ouvre le portail, car le voile est trop fragilisé. Ce qui arrive une fois tout les milles ans environ. Pendant deux millénaires, il combattit et veilla sur l’humanité. Mais il était déjà âgé. Alors, avec ce qu’il lui restait d’énergie, il enferma quelqu’un dans la pierre et avec lui, les pouvoirs du Guerrier. Et tout les milles ans, le descendant direct du Suprême serait choisit pour affronter les démons et préserver la race humaine.
Le gardien plongea son regard au fond de celui du jeune homme.
- Et c’est toi. L’élu.



Drake ouvrit et referma la bouche à plusieurs reprises sans trouver quoi dire. Toutes les paroles du gardien était pour le moins… ahurissante. Et pourtant, le jeune homme savait que c’était la vérité. L’humanité était très en retard… Une multitude de question lui brûlait les lèvres. Il se les humecta.
- Si je comprends bien… Vous êtes enfermés depuis des milliers d’années ?
Le gardien acquiesça, une pointe de tristesse dans le regard. Drake sentit la douleur de l’homme comme si elle était la sienne et eut l’impression de porter un fardeau d’un poids terrifiant. Il déglutit et pensa que son protecteur était un véritable héros. Il avait sacrifié tout ce qu’il avait pour sauver la Terre sur plusieurs millénaires.
- Vous étiez son ami ?
- On peut dire ça comme ça.
- Dites moi… Comme le Guerrier est-il choisit ?
- Oh, c’est très simple. (Il plongea son regard dans celui de l’élu.) C’est toujours un descendant du Suprême.
Devant la mine ahurie de Drake, le gardien opina.
- Et oui. Tu es le dernier descendant vivant du premier Guerrier Millénaire. Tu es un métis. Mi Terrien et mi Suprême.
Drake regarda ses mains et sentit un frisson remonter le long de son échine. De légers tremblements le secouèrent, mais il se força au calme.
- Je suis un… Extra-terrestre ?
Une nouvelle fois, le vieil homme opina. L’élu accusa le choc mais ne parvint pas à retenir le léger tremblement dans sa voix.
- Comment mes prédécesseurs ont-ils vaincu les démons ?
Le gardien secoua tristement la tête.
- Ils n’ont fait que les repousser. Grâce à un sort de vide mit au point par votre ancêtre. Ils les ont simplement enfermés pour la prochaine génération…
Drake baissa les yeux et déglutit.
- Combien ?
La question prit le protecteur au dépourvu.
- Combien quoi ?
L’élu prit une inspiration.
- Combien ont survécu ?
L’homme déglutit et prit un moment avant de répondre. Drake remarqua qu’il était tourné vers un mur proche, fuyant son regard.
- Aucun. Ils sont morts pour protéger la Terre…
Drake sentit la peur nouer une boule dans son estomac et la colère naître en lui. Des frissons parcoururent sa peau, lui donnant la chair de poule.
- Est-ce… Mon destin ?
Sa mâchoire était crispée alors qu’il se retenait d’exploser. Doucement, le gardien tourna la tête et posa son regard sur lui.
- Toi seul peux le décider.
Drake se releva d’un bond.
- C’est un cycle sans fin ?
L’homme secoua la tête.
- Un seul homme pourra le briser…
Drake posa un regard presque suppliant sur son maître.
- Qui ?...
- L’élu véritable. Le digne descendant du Suprême. (Le gardien déglutit.) Il aura un potentiel illimité et un pouvoir de loin supérieur à son ancêtre. Il ne fera pas que repousser les démons… Il les annihilera.
Drake considéra la chose un instant, silencieux, puis il opina.
- Et… Qui est-ce ?
Le protecteur hésita une seconde, le trouble se lisant dans son regard. Puis, il secoua doucement la tête.
- Je l’ignore. A chaque génération, j’espère…
L’élu tremblait des pieds à la tête. Sa mâchoire était crispée, les jointures de ses mains blanchies. Il ne voulait pas… Pourquoi ?! Pourquoi devait-il se sacrifier ?...
- Non… (Marmonna t-il.)
- Pardon ?
Le jeune homme laissa sa colère exploser.
- Non !!
Drake poussa un cri qui brisa les verres et la carafe. Une bourrasque de vent balaya la montagne. Le sol trembla. Le corps du jeune homme irradia d’énergie et des ondes firent vibrer l’air. Les murs autour d’eux se fissurèrent. Drake doubla la puissance de sa voix. Aussitôt, le mur face à lui explosa et une faille apparut au sol. Puis, la masure s’effondra, levant un nuage de poussière alors que Drake tombait à genoux. Le souffle court, l’élu regarda les débris autour de lui, incrédule. Le gardien le dévisagea un instant, bouche bée, puis vint poser une main amicale sur son épaule.
- Ton pouvoir est impressionnant Drake… Il est… (Il marqua un temps d’hésitation.) Peut-être es-tu l’élu ? Dans tout les cas, le choix est tien.
Drake se força au calme, reprenant une respiration normale.
- Quel choix ?
- La façon d’appréhender ton destin. Tu peux combattre les démons. Ou bien ne pas les laisser mettre le monde à feu et à sang…
Drake cracha.
- C’est pas un choix ça !
- Rien ne t’oblige à utiliser le fameux sort de ton ancêtre.
L’élu posa son regard sur le vieil homme.
- Quels chances ais-je alors ?
- Soit maître de ton destin Drake. Ne le laisse pas décider pour toi. C’est tout ce que je peux te dire.
Le gardien s’éloigna doucement. Il choisit un terrain déblayé, frappa du bâton sur le sol et reconstruit sa masure. Puis, il pénétra à l’intérieur. Drake prit une profonde inspiration et se redressa. Il porta son regard sur la région et soupira. Etait-ce vrai ? Avait-il le choix ? Le gardien lui avait dit qu’il était peut être l’élu véritable… Drake se figea. Un frisson courut le long de son dos. Lentement, il leva les yeux vers le ciel. Des points noirs se dessinèrent dans le ciel, s’approchant à grande vitesse. Drake se précipita vers la masure et entra en trombe.
- Gardien ! Il y a des… Choses qui viennent sur nous !
Le vieil homme était tranquillement assit, sirotant son jus de fruit. Il posa son regard sur son élève.
- Je sais. (Dit-il d’une voix tranquille.)

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Hyponeros
Orbeux(se)


Messages : 89
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 44
Localisation : Acheres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mer 27 Juil 2011, 23:55

Le livre sort quand et où.
j'adore l'histoire
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Jeu 28 Juil 2011, 00:40

Oulà, je n'en sais rien. Faut-il que je termine. Je suis au second jet ( Chapitre 9 débuté sur 16.) une fois fait, je démarche les éditeurs. Smile
Je pense que d'ici début Septembre, j'aurais terminé le principal et pourrais l'envoyer.
Merci du soutien Hypo Smile

Lühanne - Qui croise les doigts.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Lun 15 Aoû 2011, 10:46

Bah voilà, ya qu'une seule personne qui a lu, han !

Lühanne - Qui pourrait bien rebouder... :p

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Lun 15 Aoû 2011, 11:09

Moi, je lirai tout que si on entends une fois ta voix sur ts.
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Lun 15 Aoû 2011, 11:16

L'espoir fait vivre...

Lühanne - Qui est sûre que Lina serait trèèèès déçu.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Lun 15 Aoû 2011, 14:03

Tu es un homme. Oki!
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Lun 15 Aoû 2011, 20:22

Je suis ce que je suis.
Pour le reste, Mystère...

Pourquoi est-si important que je parle sous TS ? Tu n'as pas assez de voix de fille entre Cycy et Kiki ?

Lühanne - Qui est ce qu'elle est !

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Linaehwen
Orbeux(se)


Messages : 267
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 35
Localisation : Surgeres

MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   Mar 16 Aoû 2011, 01:25

Nah.......!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Lühanne
Orbeux(se)
avatar

Messages : 303
Date d'inscription : 14/05/2010
Age : 29
Localisation : J'vais pas vous l'dire !

MessageSujet: Seconde version   Mer 31 Aoû 2011, 16:01

( Je vous poste la seconde version du prologue. N'hésitez pas à comparer Smile)



Prologue



Le pan de mur s’abattit dans un fracas assourdissant de pierres brisées, soulevant un nuage de poussière qui masqua le soleil. La fumée resta quelques minutes au dessus du sol et des bruits de toux s’élevèrent. Le docteur Williams, chef de l’expédition, masqua sa bouche et son nez d’un mouchoir, en proie à l’excitation.
La poussière se dissipa et laissa entrevoir l’entrée d’une grotte. Le docteur s‘en approcha et porta son regard à l’intérieur. Un large escalier descendait dans les profondeurs de la terre sans qu’on ne puisse apercevoir quoi que ce soit hormis le fait que les marches étaient faites d’or brillant dans la pénombre. Les faibles rayons du soleil qui réussissaient à filtrer à travers les arbres ne suffisaient pas à éclairer la caverne. Le groupe se massa derrière le professeur, manquant de le faire tomber, et masquant un peu plus le soleil. Légèrement nerveux, il leur fit face.
- Et bien ne restez pas planté là ! Apportez les lampes !


Williams se passa la langue sur les lèvres, trahissant son émotion. Il n’en revenait pas. C’était peut être bien la découverte du siècle ! Et pourtant, celui-ci venait à peine de débuter. Les membres de l’expédition s’éloignèrent et revinrent quelques minutes plus tard avec des lampes. Williams réajusta ses lunettes sur son nez aquilin et recoiffa hâtivement ses cheveux frisés et argenté. Prenant une profonde inspiration pour calmer son excitation, et le cœur qui tambourinait dans sa poitrine, le docteur alluma la lampe que son élève venait de lui donner et pénétra dans la grotte. Pas à pas, il descendit le long escalier. Très vite, ses narines furent assaillies par une forte odeur de renfermé et de moisissure. Avec un grognement, il se masqua le nez de son mouchoir et poursuivit sa descente. L’escalier était fait d’or de tout son long, la lumière artificielle se reflétant quelque peu pour éclairer la grotte.
- Vous rendez-vous compte messieurs ? Un escalier en or menant dans une caverne oubliée…
Des murmures s’élevèrent dans son dos, certains inquiets, d’autres excités. Une personne demandait ce qui avait bien pu être enseveli avec un tel respect tandis qu’un autre pensait déjà à la gloire et la récompense les attendant. Pour Williams, rien n’égalait la joie d’apporter une nouvelle richesse à l’archéologie et à l’histoire. Et qui sait ? Peut-être cela changerait-il tout !
Enfin, l’escalier s’arrêta, dévoilant une douce pente montante. Des toiles d’araignées d’une belle taille encombraient le passage de temps à autres, mais leurs propriétaires ne venaient jamais se plaindre quand elles étaient détruites.
- Professeur ? Qu’est-ce que c’est à votre avis ?
Benjamin, l’étudiant du chercheur, pointait de sa lampe un muret qui longeait la pente jusqu’à son sommet et se perdait dans la pénombre. Avec un regard intrigué, Williams s’approcha et adressa un sourire affectueux à son élève. Sur le dessus du muret reposait une sorte de gouttière remplie d’un liquide poisseux. Après une seconde d’hésitation, le chercheur plongea l’extrémité de son index dedans, puis porta le liquide à son nez. Il en huma le parfum avant d’éloigner son doigt d’un air songeur.
- On dirait… Quelqu’un a du feu ? (Dit-il tout en faisant face aux membres de son expédition.)
Les hommes s’échangèrent des regards en haussant les épaules, pris au dépourvu.
La joie du professeur décrut au fur et à mesure des réponses négatives de ses suivants. Une main se leva.
- J’ai des allumettes Monsieur.
Le jeune homme s’avança et donna le paquet au chercheur. Ce dernier le gratifia d’un sourire et embrasa l’une des brindilles en bois.
- Écartez-vous…
Williams lança le morceau de bois enflammé sur le muret. Aussitôt, le liquide s’embrasa et parcourut toute la salle, l’illuminant.


De nouveaux murmures s’élevèrent. Tous les membres de l’expédition écarquillèrent les yeux de surprise et d’excitation. La grotte était immense. Le plafond était un dôme de métal terni de plusieurs mètres de hauteur. Un trou permettait à la fumée de s’échapper en son sommet tel une cheminée. De petites alcôves perçaient le dôme ci et là, créant un système d’aération. Des peintures rupestres ornaient les murs et des toiles jonchaient le sol. Des sculptures et des objets en or ou en argent étaient exposés sur les cotés de la salle, couverts de poussières. L’un des hommes poussa un sifflement d’admiration. Ils restèrent figé un long moment, à regarder tout autour d’eux, n’osant pas bouger de peur que ce ne soit une illusion qui se dissiperait. Et alors que Williams, un petit sourire satisfait et impatient aux lèvres, s’approchait des peintures, les membres de l’expédition se précipitèrent sur l’or.
- Tant d’or ! Tant de beauté, de richesse ! (Dit l’un.)
- Regardez moi ces merveilles ! A votre avis, c’est un tombeau ? (Demande un autre.)
- On s’en fiche ! (Répondit un troisième en prenant une énorme poignée de pièce d’or.) Nous allons être riche, c’est tout ce qui compte.
Benjamin les regarda faire, les yeux écarquillés, n’y croyant pas. Williams effleura le mur des doigts avec un respect infini avant de sortir un mémo vocal et un pinceau. Son élève le rejoignit.
- Monsieur ? Vous ne croyez pas qu’il faudrait…
Le professeur n’accorda qu’un soupir à son élève.
- Dis leur de ne rien toucher pendant que j’examine ces peintures.
Sans attendre de réponse, Williams épousseta le mur de son pinceau, faisant tomber une bonne quantité de poussière et commença à analyser les dessins et gravures. Il les parcourut du bout des doigts avec excitation, tremblant légèrement. Dans son dos, des murmures de mécontentement résonnèrent quand Benjamin ordonna de ne toucher à rien. Le feu continuait de brûler avec intensité, créant des ombres mouvantes dans la grotte.
Après plusieurs minutes, le jeune homme rejoignit le professeur.
- Professeur… Où sommes nous exactement ? On dirait une espèce de tombeau, mais je ne vois pas de tombe. De plus, ces gravures me font penser aux dessins de la préhistoire.
Williams tourna son visage vers son élève avec un air amusé.
- Les escaliers mènent directement ici Benjamin. Qu’en déduis-tu ?
L’intéressé prit le temps de réfléchir.
- Que nous sommes dans une sorte… D’antichambre ? (Hasard t-il.)
Le chercheur le gratifia d’un sourire.
- Exactement. Je pense que tout ces objets ne sont pas les possession d’un quelconque défunt, mais plutôt des offrandes.
Benjamin regarda les gravures en opinant doucement. Le professeur reporta son attention sur le mur et le jeune homme recula, demeurant silencieux. Williams activa son mémo vocal et le porta à sa bouche.


15 juin 2006.
Enfin, j’y suis. J’ai trouvé les traces de ce que j’avais toujours soupçonné, et plus personne ne me traitera de fou.
Benjamin a avancé la théorie d’un tombeau, mais je sais qu’il n’en est rien. Il a rapidement rectifié sa théorie en conséquence. Il est d’une rare intelligence..
(Il marqua une pause.)
Les signes sur les murs sont étranges… Ils ne ressemblent à rien de ce que j’ai déjà pu voir. Gravé dans le mur, ils ont ensuite été peints… De plus, les finitions ne sont caractéristiques d’aucune civilisation ancienne connue… C’est une prophétie, j’en suis sûr. La question est : C’est-elle déjà réalisée ou non ? Je crois reconnaître les signes du passé et du futur… Mais comment en être sûr ? Tant à découvrir….


L’appareil grésilla et le professeur le rangea dans sa poche.
Quelques heures s’écoulèrent ainsi, dans un silence seulement troublé par les marmonnements du chercheur qui semblait enthousiaste à certains moments et très contrariés à d’autres. Finalement, il poussa un petit cri de triomphe.
- Ça y est ! Je crois avoir compris !
Benjamin rejoignit le professeur, impatient de connaître les théories de ce dernier. Le reste de l’expédition resta en arrière, ne dissimulant pas son ennui. On entendait régulièrement des bâillements bien audibles.
- Avez-vous découvert ce dont il s’agit ?
L’homme agrippa son étudiant et le regarda dans les yeux.
- Benjamin ! Je crois que je l’ai enfin trouvé ! Et c’est bien plus énorme que tout ce que j’avais pu imaginer ! Ecoute donc ça…
Williams lâcha son élève et reporta son attention sur les gravures. Il pointa du doigt celle de gauche sous le regard gêné de son élève qui massait ses bras douloureux. La gravure représentait une forme géométrique ronde d’où s’échappait des traits qui ondulaient qui firent immédiatement penser à Benjamin au symbole de la chaleur. Suivaient huit petits points alignés ainsi qu’un cercle, arrivant en troisième position. Le jeune homme plissa les yeux, cherchant la signification du dessin.
- Tu vois ? Au départ, j’ai pris cela pour une forme géométrique… (Ses yeux pétillèrent.) Mais c’est tout autre chose ! Dis moi Benjamin, combien comptes-tu de points ?
- Il y en a huit, professeur. Plus un cercle.
Le chercheur sourit largement.
- Exactement. Et à ton avis, qu’est-ce que cela représente ?
Benjamin fronça les sourcils et réfléchit.
- La première chose qui me viendrait à l’idée serait… Le système solaire.
- Tout à fait Benjamin. C’est exactement ça !
- Mais c’est impossible, professeur ! Comment aurait-il pu…
Williams interrompit son élève.
- Ne te disperse pas. Nous y reviendrons plus tard.
Il passa au dessin suivant. Celui-ci représentait d’hideuses créatures aux formes très étranges, munies de longues dents et de griffes.
- Ces étranges créatures… (Il prit un instant pour réfléchir.) Appelons les des démons, apparaissent durant l’alignement. D’une manière ou d’une autre, je pense qu’une énergie est libérée, permettant à ces monstres… (Il chercha ses mots.) D’investir notre dimension.
Benjamin observa tour à tour les dessins et son professeur, partagé.
- Comment est-ce possible ? Tant de fausses légendes existent… Celle-là semble en faire partie, non ?
- J’avoue que je ne sais pas. Il est vrai que cela semble irréel… (Déclara t-il en regardant le dessins des démons.) Mais regarde autour de toi. Les objets entreposés ici datent de toutes les époques… On dirait que la grotte existe depuis la nuit des temps.
- Peut-être est-ce une secte ? (Demanda le jeune homme sans vraiment y croire, cherchant une explication plausible.)
Le regard de Williams se perdit dans la pièce quelques secondes. Il secoua doucement la tête pour se ramener à la réalité et reprit son explication en indiquant la gravure suivante. Elle représentait plusieurs humains, les bras levés vers un autre qui volait au dessus d’eux, entouré de deux traits.
- Qu’en penses-tu Benjamin ?
L’élève s’humecta les lèvres et se rendit compte qu’il tremblait légèrement. Les gravures l’intriguaient de plus en plus. Son scepticisme laissait place à une excitation croissante.
- On dirait une sorte de… Dieu ? Nimbé d’une aura et vénéré par les hommes ?
Williams fit non de la tête d’un air amusé.
- Pas du tout…
Les yeux du chercheur pétillèrent de joie.
- C’est un homme élevé au rang de Dieu ! Le dernier rempart contre le mal, protégeant l’humanité.
Benjamin resta bouche bée un instant et il se rendit compte que tout incroyable que celui puisse paraître, il commençait à y croire. Il regarda autour de lui, ses yeux détaillant le moindre objet et un frisson d’excitation s’empara de lui. Il y avait plus qu’un fond de vérité dans tout ça et il le savait. Il reporta son attention sur le chercheur ainsi que sur le mur.
- Tout ceci est incroyable, professeur… (L’étudiant montra les deux derniers dessins) Et là, qu’est-ce que c’est ?
- Hum… Si j’ai bien compris…
Williams posa la main sous la première gravure représentant deux hommes côte à côte, celui de gauche à genou, celui de droite posant quelque chose sur ses épaules.
- Je dirais qu’il s’agit d’un protecteur, d’un guide, aidant l’homme désigné comme le Guerrier Millénaire. (Il tourna son regard vers la dernière gravure.) Et là, c’est… La mort du héros.
Benjamin opina doucement, ne sachant quoi dire. Une partie de lui continuait d’hurler son désaccord, de dire que tout cela n’était qu’ineptie. Mais le jeune homme ne l’écoutait plus, absorbé par les gravures. Elles le fascinaient. Bien qu’étant très vielles et assez rudimentaires, elles n’en étaient pas moins sublimes et très bien réalisées. On comprenait parfaitement ce qu’elle signifiait. Son attention retourna sur le premier dessin, celui du système solaire. Quel âge pouvait-il avoir ? Ce dessin était celui qui le troublait le plus car il induisait une certaine connaissance de l’astrologie. Benjamin se rendit compte que plus qu’y croire, il souhaitait que tout cela soit vrai. Le tapotement du pinceau de son professeur sur le mur le ramena à la réalité.
- Et concernant ceci… (Dit Williams en indiquant une inscription que Benjamin ne put déchiffrer.) On dirait un avertissement…
L’étudiant dévisagea Williams avec inquiétude.
- A quel sujet ?
Mais le chercheur ne faisant plus attention au jeune homme. Il marmonnait des mots incompréhensibles, fouillant sa mémoire afin de traduire l’inscription. Il demeura ainsi de longues minutes sous le regard tendu de son élève avant de finalement reprendre la parole.
- Si… (Il s’humecta les lèvres, tremblant.) Si je comprends bien…. Le Guerrier Millénaire, étant à la base un être humain, donc un être imparfait, peut devenir non pas le défenseur de la Terre, mais son destructeur… Se vouant à la mort et à la destruction plutôt qu’à la vie et à la protection…



Des bruits de pas résonnèrent dans la grotte et attirèrent tout les regards. Des murmures inquiets s’élevèrent et Williams posa son regard sur le nouvel arrivant. Bien que la grotte soit convenablement éclairée, l’inconnu conservait le visage dissimulé par un voile d’ombre. Il s’approcha du chercheur en applaudissant un large sourire aux lèvres.
- Magnifique, professeur, vraiment magnifique. Votre connaissance de la légende m’étonnera toujours. Peu d’humains peuvent se targuer d’être expert en ce domaine.
Williams plissa les yeux, plongé dans l’incompréhension.
- Qui êtes-vous ?
- Moi ? Oh, mais je ne suis personne voyons… Considérez moi comme un simple admirateur. J’apprécie beaucoup votre travail. Et je m’intéresse de près à la légende du Guerrier Millénaire, tout comme vous.
Le professeur opina. Pour autant, il n’était pas convaincu. Il coula un regard tendu vers son élève et ce dernier le lui rendit. Quelque chose n’allait pas. Prenant son courage à deux mains Benjamin avança vers l’inconnu.
- C’est un site de fouille privé Monsieur. Vous ne pouvez rester ici. Je vous prierai de sortir.
Benjamin posa une main sur l’épaule de l’homme. Celui-ci lui jeta un regard noir et le repoussa sans effort, manquant faire tomber l’étudiant.
- En voilà des manières. (Dit-il d’une voix dure.)
Tout dans son attitude avait changé, jusqu’à son maintien, lui donnant l’air plus féroce, plus sauvage.
- Je crois que vous ne vous rendez pas comptes, humains. C’est vous qui ne devriez pas être ici ! Les secrets renfermés dans ce sanctuaire sont au-delà de votre compréhension. (Il marqua une pause, un sourire mauvais sur les lèvres.) Sauf peut être pour vous, Professeur. Dès notre première rencontre, vous m’avez immédiatement fait forte impression. Votre aide m’a été très appréciable.
Benjamin suait à grosse gouttes. Il recula d’un pas, tremblant, tentant tant bien que mal de conserver son calme. Jamais encore il n’avait ressentit une telle pression. Elle semblait s’échapper du nouvel arrivant, chauffant l’air de la salle, le rendant insupportable, étouffant. L’étudiant coula un regard au professeur et comprit qu’il était dans un état identique, collé contre le mur, le regard terrifié.
- J-Je ne vois pas de quoi vous voulez parler !... Je n-ne vous ai jamais vu… (Dit-il d’une voix tremblante.)
Williams peinait à garder les idées claires. Il avait l’impression que son cerveau se liquéfiait tant la pression était grande. Il poussa un maigre gémissement en se massant le front dans une tentative inutile d’apaiser la souffrance.
- Donc… Tous les autres nous sont inutiles. (Déclara l’inconnu, un rictus sadique sur les lèvres.)
Un frisson d’horreur parcourut les membres d’expédition alors que l’homme s’avançait d’un pas. Il leva une main gantée, et la pointa sur un groupe sur sa gauche. Une lumière rougeoyante s’en échappa et les frappa dans une explosion assourdissante qui leva un nuage de poussière qui retomba en quelques secondes, dévoilant simplement quelques traces noirâtres.
Benjamin poussa un hurlement terrifié et prit les jambes à son cou. Mais dans sa précipitation, il trébucha, s’étalant de tout son long au pied de l’assassin avec un bruit sourd. Ce dernier leva la main, faisant flotter le corps devant lui. Leurs regards se croisèrent et le jeune homme se figea. Les yeux de l’inconnu étaient d’un rouge sang effrayant, et il y brillait une lueur malsaine. Il empoigna la gorge de Benjamin et commença à serrer. Celui-ci poussa un gémissement et commença à se débattre, frappant des pieds et des poings le bras qui le soulevait tandis que l’air dans ses poumons se vidait et que sa vie s’échappait. Il hoqueta alors que le regard de l’inconnu captait le sien. Benjamin put y lire la démence et le plaisir malsain qu’il prenait à torturer et tuer les gens. La peur secoua tout son corps d’un spasme. Et l’homme lui brisa la nuque d’un simple mouvement du poignet, captant dans les yeux de sa victime la dernière étincelle de vie, frémissant de plaisir, avant de jeter le corps sans ménagement.



Williams resta figé d’horreur, collé contre la paroi, assistant impuissant à la mort de son étudiant. Il frémit en entendant le craquement sinistre de la nuque de Benjamin se brisant. Il regarda le corps rouler sur le sol avec effroi et se colla un peu plus contre le mur, priant pour qu’il s’ouvre et lui offre une chance de salut. Il ferma les yeux alors que l’assassin s’avançait d’un pas lent. Une nouvelle explosion retentit et Williams ressentit plus qu’il n’entendit les cris de terreurs des derniers survivants de son expédition avant qu’ils ne s’éteignent. Tremblant de tout son corps, il attendit que la mort ne vienne le prendre, récitant des prières entendues dans son enfance pour le salut de son âme. Les bruits de pas s’arrêtèrent. Et rien ne vint. Williams, tremblant, osa rouvrir un œil pour apercevoir le visage de l’inconnu. Celui-ci avait des cheveux mi long d’un noir de jais ainsi qu’une barbe naissante. Son regard était légèrement rougeoyant et plein d’amusement. Et il affichait un sourire bienveillant. Intrigué, le professeur ne fit pas le moindre geste alors que l’assassin posait une main sur son épaule dans un geste rassurant.
- Toute votre analyse est on ne peut plus juste mon cher Williams.
Abasourdis, le professeur écarquilla les yeux, la bouche grande ouverte.
- Je… De quoi ?
- Oui ! (L’homme montra le mur contre lequel le chercheur était collé.) Tout ce que vous avez dit tout à l’heure… Tout est vrai ! L’alignement, la faille ainsi que l’invasion démoniaque ! Ce combat millénaire… Et cet homme, comme les autres au départ, élevé à un rang… (Un sourire mauvais se dessina sur son visage tandis qu’il se passait la langue sur les lèvres, tremblant d’excitation.) Divin.
Williams resta interdit une seconde, puis son visage s’illumina et il regarda à nouveaux les peintures avec un enthousiasme renouvelé.
- Je le savais ! C’est plus énorme que tout ce que j’ai jamais vu ! Cette découverte va révolutionner le monde !
L’inconnu se pinça les lèvres et toute gaieté déserta ses traits. Williams sentit le changement dans l’air et fit face à son agresseur.
- Là est bien le problème Professeur Williams. Je vous ai laissé trop de liberté autrefois, et désormais…
Le chercheur écarquilla les yeux d’horreur.
- Sachez que vous avez toute ma sympathie, Professeur. Et je vous sais gré d’un tel sacrifice afin de protéger mon secret.
Avec un rictus, l’assassin apposa sa main sur le ventre de Williams. Celui-ci blêmit mais ne fit pas le moindre geste. Une étrange chaleur envahit le ventre du chercheur. Agréable au début, elle devint rapidement insupportable et s’étendit à tout son être. Alors que sa peau se recouvrait de cloque et que son corps se désagrégeait, il plongea son regard dans celui de son agresseur.
- Choisir… La destruction… (Murmura t-il dans un souffle.)
L’assassin acquiesça alors que le corps du chercheur s’enflammait avant de tomber en cendres.



L’homme huma l’air avec délice tandis que les dernières cendres tombaient au sol. Il se demandait s’il n’en avait pas trop fait à ainsi jouer avec ses victimes. Mais jamais il ne pourrait s’en lasser. Torturer, massacrer, tuer…. C’était une sensation pareille à nulle autre qui le grisait. La bonté ? La gentillesse ? Tout cela n’était que faiblesses et foutaises. Seul le pouvoir prévalait et ceux ayant la force de l’utiliser. Et il était de cela. Un être à part. Un dieu !
Le monde serait bientôt à ses pieds. Mais avant, il devait régler un petit problème. L’homme plissa le front sous la concentration et leva une main d’un geste vif. Aussitôt, un pan de mur explosa. Un nuage de poussière envahit la grotte durant quelques secondes.
- Gardien ? Je suis là ! (Hurla t-il d’une voix enjouée.)
La fumée se dissipa lentement jusqu’à totalement disparaître, dévoilant un petit renfoncement vide. L’assassin se figea, la colère déformant ses traits.
- Quoi ?! Sors de ta cachette, lâche ! Je ne te laisserai pas l’occasion de me nuire cette fois ! Ce monde est mien, gardien ! Et tu vas l’apprendre à tes dépens !
Les yeux de l’homme firent le tour de la grotte. Il poussa un hurlement de rage et fit exploser tout le mur où reposait la prophétie.
- Si tu ne te montres pas, je détruits ta grotte !
Seul le silence lui répondit. Il cracha et se mit à flotter, concentrant son énergie. Puis, l’assassin envoya des boules d’énergies dans toute la caverne, explosant les murs et le dôme, détruisant des artefacts inconnus d’une valeur inestimable. Les minutes s’écoulèrent dans un chaos assourdissant. L’homme laissa ses bras retomber et attendit alors que la poussière retombait doucement sur le sol. Mais personne ne vint.
- Tu veux jouer à cache-cache ? Très bien !
L’inconnu s’élança et transperça le dôme sans effort avant de survoler la grotte. Là, il fit apparaître une boule d’énergie de couleur rouge dans sa main. Elle grandit rapidement jusqu’à atteindre le triple de sa taille d’origine. Puis, il la lança avec rage sur la caverne, la faisant exploser dans une lumière aveuglante. L’assassin matérialisa une autre boule et attendit, prêt à attaquer au moindre mouvement suspect. De longues minutes s’écoulèrent dans un silence presque total. Finalement, l’homme poussa un soupir exaspéré. Il devait se rendre à l’évidence, c’était trop tard… Sa cible avait quitté les lieux.
Il cracha et fit exploser le reste de la grotte dans une vaine tentative pour se calmer. Les traits défigurés par la haine, il concentra son énergie, son corps s’entourant d’une aura rougeâtre. Et sans un regard en arrière, il s’envola à toute allure, fendant les cieux et hurlant avec rage.

_________________
- Lühanne, soins ! Mais qu'est-ce qu'tas foutue bordel ?
- Euh... Quoi ça ? < était afk > Han, j'ai eu une déco serveur !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Guerrier Millénaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
le Guerrier Millénaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Batailles du 41ème millénaire
» dans le futur cauchemardesque du 41ème millénaire, il n'y a
» La solution complète de Paper Mario la Porte Millénaire
» Paper Mario : La Porte Millénaire
» Rumeur 6ème édition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orbe Stellaire :: Présentation de votre ego IG-
Sauter vers: